L’équipe CIP-Green Power d’Alain Bronec a fait peau neuve cette année, avec deux nouveaux pilotes, l’Ecossais John McPhee et le Kazakh Makar Yurchenko, et des KTM pour remplacer ses Mahindra. John McPhee vient d’obtenir son meilleur résultat de l’année avec la quatrième place en Catalogne, à 8 centièmes du troisième Gabriel Rodrigo. Nous avons interrogé Alain Bronec pour savoir si maintenant son team avait trouvé un bon équilibre entre les pilotes, l’équipe et la KTM.

« Ce qui s’est passé à Barcelone confirme ce qu’on fait depuis le début de l’année, c’est-à-dire que John commence à prendre confiance. Les caractéristiques de pilotage de la KTM sont un peu différentes de celles de la machine qu’il pilotait l’an dernier. Nous travaillons donc pour que John et la KTM forment un ensemble qui fonctionne bien. Actuellement, ça commence à marcher. »

L’année dernière, McPhee roulait sur Honda et toi tu engageais des Mahindra. L’adaptation à la KTM a-t-elle été difficile ?

« Pour nous ça s’est passé assez facilement parce qu’il y a un suivi de KTM et de WP pour accompagner leurs nouveaux teams. Nous n’avons pas eu de problème particulier en début d’année, si ce n’est de trouver les bonnes géométries et de s’adapter aux réactions de la moto en fonction de la température de la piste et des facteurs extérieurs. »

Makar Yurchenko a obtenu à Montmelo la douzième place, sa meilleure de l’année, et sa troisième dans les points. On ne connait le pilote kazakh d’origine russe (né à Saint Pétersbourg) que grâce à son palmarès en Rookies Cup (6e à Silverstone en 2015) et en CEV (4e à Valence en Moto3 en 2016 et 2e à Albacete en 2017). Que penses-tu de lui ?

« C’est un pilote qui me surprend parce que c’est vrai que ses trois premières courses sur des circuits (Qatar, Argentine, Texas) qu’il ne connaissait pas ont été une découverte et donc par moment un petit peu difficile. Mais dès qu’il est arrivé sur des circuits qu’il connaissait, comme il avait déjà piloté sur la KTM, il a été vraiment à l’aise. »

« Il a un peu de difficulté pour faire de très bons chronos en séances d’essai, mais par contre en course il démarre bien et il arrive à rester dans les groupes. Ça nous impressionne, comme à Jerez où il a fini à 8 secondes du premier, et au Grand Prix de France à 12 secondes. Là, à Barcelone, il finit assez près du groupe de tête. »

En partant hyper loin.

« En partant 23e sur la grille, donc c’est vraiment très bien, c’est-à-dire qu’il était là au chrono et qu’il a évité les pièges.

Marco Bezzecchi avait terminé troisième du GP du Japon en 2017 sur Mahindra pendant sa saison rookie dans ton équipe. Il est maintenant en tête du Championnat du Monde Moto3. Manifestement, tu l’as bien formé. Ses performances cette année te surprennent-elles ?

« Non, car on savait depuis l’an dernier que Marco Bezzecchi roulait vite parce qu’il a exploité la Mahindra à 100%. C’est une de ses qualités et c’est ce qu’il fait cette année avec la KTM. »

En dehors de ton équipe de Grand Prix, quelles sont tes activités actuelles concernant la promotion des jeunes pilotes français ?

« Nous avons un jeune pilote français qui roule en European Talent Cup avec le soutien de la FFM : Clément Rougé. Il a fait un début de saison assez timide car il était aux alentours de la 30e place lors des essais, mais remontait ensuite dans les points en course et c’était intéressant. Il a passé un cap à Barcelone, avec la 7e place aux essais et la 5e en course (interrompue par le drapeau rouge). On travaille avec lui à l’entrainement et sur la piste. »

« J’ai d’autres missions pour la Fédération. Il y a un championnat pré-Moto3 en France, Objectif Grand Prix au sein du Championnat de France Superbike, qui fonctionne bien et on y voit de jeunes pilotes performants qui arrivent. Ça nous intéresse pour l’avenir dans les catégories supérieures comme l’ETC, le Championnat du Monde Junior, et ensuite les Grands Prix. »

Ton team CIP-Green Power vient de marquer 17 points au classement par équipes à Barcelone, ce qui le plaçait en troisième position du Grand Prix. Comment envisages-tu la suite de la saison ?

« Nous arrivons maintenant sur des circuits dont les caractéristiques sont assez favorables au pilotage de John. Makar va rentrer dans une période où il va découvrir quelques circuits et continuer son apprentissage. »

« Notre objectif est toujours le même, c’est-à-dire qu’on va essayer de se rapprocher du top 5 régulièrement. C’est réalisable. Pour Makar, il faut qu’il soit à chaque GP dans les points pour se bagarrer au classement rookies. »

John Mcphee GBR
CIP Green Power
KTM
Moto3
GP Spain 2018 (Circuit Jerez)
04-06.5.2018
PSP/ Lukasz Swiderek
www.photoPSP.com
@photoPSP

John Mcphee GBR
CIP Green Power
KTM
Moto3
GP Qatar 2018 (Circuit Losail)
16-18.3.2018
PSP/ Lukasz Swiderek
www.photoPSP.com



Tous les articles sur les Pilotes : John Mc Phee, Makar Yurchenko

Tous les articles sur les Teams : CIP-Green Power