Marco Bezzecchi est arrivé à Misano avec 12 points d’avance au Championnat sur Jorge Martin. Devant son public, l’Italien chutait hélas à un tour de la fin (comme au Mans et à Assen), et son adversaire espagnol quittait les bords de l’Adriatique avec 8 points d’avance grâce à la deuxième place du GP derrière Lorenzo Dalla Porta.

Au niveau des roulages de pré-course, Marco s’est classé 2e des essais libres, 6e des qualifications et 2e du warm up. Lui et toi en avez-vous été satisfaits ?

« J’ai été satisfait dans l’ensemble, sauf pour la qualification parce qu’on espérait mieux. Il a été un peu gêné par le trafic dans son deuxième run, puis dans le troisième run beaucoup de pilotes ont attendu sur la piste pour se placer derrière lui. Il était leader du groupe, mais sans aspiration dans la ligne droite de derrière, on perd au moins quatre dixièmes.

« Nous espérions bénéficier de l’effet de groupe pour l’aspiration, mais ça n’a pas fonctionné comme on l’avait envisagé. On était quand même satisfaits dans l’ensemble parce qu’une deuxième ligne, c’était très positif car en Moto3 avec les aspirations, en course il y a toujours possibilité de se retrouver aux avant-postes rapidement. »

Après une très belle course en tête, Marco est tombé à un tour de la fin. Pour quelle raison ?

« Il a chuté en raison malheureusement d’une toute petite erreur. La KTM pardonne un petit peu moins que la Honda. Il a changé un peu son style de pilotage pour s’adapter à la diminution progressive de l’adhérence du pneu arrière, et il voulait également fermer les portes pour ne pas se faire doubler par les autres pilotes si près de l’arrivée. Hélas ça a été préjudiciable car avec un peu plus de gaz et un peu moins de frein arrière, l’arrière a glissé et il est tombé.

« C’est quelque chose sur lequel on doit travailler pour les prochaines courses afin de mieux gérer ce problème d’usure du pneu arrière en fin de course. »

C’est seulement la deuxième saison de Bezzecchi en mondial Moto3. N’est-ce pas un gros handicap face à un adversaire très expérimenté comme Jorge Martin qui a 61 GP à son actif ?

« Le mot « handicap » est un peu fort, mais effectivement ce n’est pas à son avantage parce que Martin a beaucoup plus d’expérience. Il a plus l’habitude des stratégies de course, sait comment économiser ses pneus, analyse plus les trajectoires et le comportement des autres pilotes en course. C’était une fois de plus visible à Misano.

« Marco apprend vite. Il a montré lors des courses précédentes qu’il était suffisamment intelligent pour analyser lui aussi. Mais peut-être que son manque d’expérience a été la raison de sa chute lors de cette course de Misano. »

Depuis le premier GP de la saison au Qatar, Marco Bezzecchi (23e du mondial l’an dernier) a mené 97 tours, contre 78 pour son principal rival Jorge Martin (4e en 2017) et 20 pour Fabio di Giannantonio (5e l’an dernier). Est-ce une surprise ?

« Oui, c’est une surprise, une bonne surprise. Marco est un pilote qui pousse tout le temps, qui veut toujours aller de l’avant. En course, il a de la vitesse, mais cela peut être aussi quelques fois légèrement préjudiciable au niveau stratégique, comme on a pu le voir parfois.

« Ça a été une surprise en début de saison, mais ça ne l’a pas été longtemps car il s’est mis en valeur au Qatar (bien qu’un peu bousculé) puis sa victoire en Argentine a mis en valeur tout son potentiel. »

Il y a eu jusqu’à présent sept vainqueurs différents lors des douze premiers Grands Prix en Moto3, avec treize pilotes différents sur les podiums, représentant six pays. Est-ce une belle preuve de vitalité pour la catégorie ?

« C’est non seulement une preuve de belle vitalité, mais également une preuve de haut niveau. Il y a beaucoup de pilotes dont le niveau est très élevé, sur des motos différentes, ce qui démontre un championnat très relevé. »

Comment se présente pour Marco Bezzecchi et toi la suite du Championnat, avec le prochain Grand Prix dans quinze jours en Aragon ?

« Ce Grand Prix va se dérouler en Espagne sur les terres de Jorge Martin. Ça ne va donc pas être très évident pour nous, mais Marco aime bien ce circuit. Suite à sa chute de Misano, il a envie de montrer de quoi il est capable, et que même si ce sera dur, il sera à même de gagner sur les terres de son adversaire. »

Vidéo motogp.com / Dorna ci-dessous : Marco Bezzecchi en tête

VLOG VR46 Riders Academy #08 – @Marco12_B

Photos © PrüstelGP RLekl, et motogp.com / Dorna



Tous les articles sur les Pilotes : Marco Bezzecchi

Tous les articles sur les Teams : Prüstel GP