Le premier galop d’essais du Moto3 pour l’année 2017 s’est effectué du côté de Valence et il a livré un premier verdict en faveur de KTM. Mais les troupes Honda sont au travail et dans le rythme. Parmi elles, une écurie Marinelli Rivacold Snipers aux dents longues et menée d’une main ferme par un Mirko Cecchini qui n’est pas né de la dernière pluie. C’est l’homme qu’il faut pour encadrer Romano Fenati et faire progresser Jules Danilo. Et le patron a fixé les objectifs.

Les tests de Valence ont d’abord été concentrés sur un travail de fond dans cette écurie qui n’a pas cherché la performance pure lors de cette première sortie. Et tant mieux d’ailleurs, car une météo peu avantageuse avec un vent fort ne favorisait pas la prise de risque. Qu’a pourtant voulue assumer un Di Giannatonio qui se remet à présent d’une clavicule brisée.

Côté Cecchini, on fait le bilan sur Speedweek : « je suis content de ces essais car on avait reçu la nouvelle Honda. Même si on a roulé qu’un jour en raison de la météo on a trouvé une bonne base de réglage. Les chronos ne sont pas mirobolants mais Romano ne voulait prendre aucun risque inutile ».

« Les 22 et 23 février, on ira tourner à Jerez pour consolider notre travail. Pour le moment, tout va comme prévu dans notre préparation en vue du Qatar. La nouvelle Honda n’est pas une moto révolutionnaire mais elle apporte quelques différences du point de vue moteur par rapport à 2016 ».

Sur ce, il commente sur son second pilote Jules Danilo : « il doit encore progresser et monter dans la hiérarchie. Son but cette année sera d’entrer dans le top 10. Il avait bien commencé 2016 puis il s’est perdu en chemin ». Voilà la feuille de route du Français assignée.



Tous les articles sur les Pilotes : Jules Danilo, Romano Fenati

Tous les articles sur les Teams : Ongetta-Rivacold