Pour ces premiers tests MotoGP de la saison 2019 qui se déroulaient à Valence, Marc Márquez disposait de 3 RC213V pour tester des évolutions aussi bien dans le domaine du moteur qu’au niveau du châssis.

En attendant de revenir sur cet aspect technique ultérieurement, Marc Márquez nous apparaît déjà au moins aussi fort que l’homme le plus rapide des 2 séances, Maverick Vinales.

Le pilote Honda a conclu la première journée en 2e position, à 3/10 de l’officiel Yamaha, avant de terminer ses différentes comparaisons de châssis et de moteurs à la 3e place, à seulement 15/100 de Maverick Vinales.

Mais le fait important reste que Marc Márquez n’a pas pris le moindre risque, puisqu’il lui est dorénavant totalement interdit de chuter à cause de son épaule qui se déboîte pour un oui ou pour un non.

En témoigne le fait inhabituel qu’il n’a pas utilisé de pneus avant durs, comme c’est le cas quand il est décidé à pousser sa RC 213 V dans ses limites.

Le champion espagnol s’en est expliqué le soir, devant les journalistes réunis entre les 2 camions Honda : « nous nous sommes concentrés aujourd’hui pour travailler sur la nouvelle moto car il y avait beaucoup de nouvelles choses à comprendre. Le matin, j’ai déjà été très rapide et très à l’aise, et j’en suis resté là, car pour parler franchement, il m’était interdit de chuter. C’est la raison principale pour laquelle je suis resté calme, j’ai juste pris un rythme et essayé des choses. Cela a été une bonne journée pour nous et nous avons beaucoup progressé. Nous avons essayé beaucoup de choses et recueilli beaucoup d’informations. Il reste encore beaucoup de travail à faire mais c’était bien. Parfois, nous avons fait une sorte de mélange entre différentes choses pour essayer de comprendre quelle était la meilleure direction à suivre, donc nous sommes restés longtemps dans le box le matin et nous avons fait quelques runs plus consistants durant l’après-midi. Globalement, nous avons travaillé sur le moteur qui est le domaine où nous nous concentrons le plus ».

Vous disposiez de 2 nouvelles motos. Y a-t-il beaucoup de différences entre les 2 ?

« Oui, bien sûr, aujourd’hui nous avions des motos différentes dans le garage. L’une d’entre elles possédait des spécifications différentes et semblait être la dernière évolution qu’ils avaient apportée ici. C’est celle qui fonctionne de la meilleure façon mais il reste encore différentes évolutions qui arriveront avec le temps. Mais quoi qu’il en soit, je pense nous avons travaillé d’une bonne manière car aujourd’hui, je me suis immédiatement senti rapide et fort. Mais je suis resté à ce niveau de chronos car j’avais l’interdiction de chuter à cause de ma condition physique (rires). J’ai donc juste piloté et je me suis concentré pour essayer les pièces. Nous avons recueilli beaucoup d’informations et la journée a été positive, mais il reste encore beaucoup de choses à améliorer, même si nous sommes dans la bonne direction ».

Vous avez seulement travaillé sur les moteurs, ou aussi sur les châssis ?

« Les moteurs et les châssis. Les deux. Maintenant, il est temps d’analyser et essayer de faire un autre pas en avant à Jerez ».

Vous aviez deux différents nouveaux moteurs ?

« Des spécification moteur différentes, oui. Les 2 moteurs étaient nouveaux, mais ils avaient des spécifications différentes ».

Nous parlons de puissance, de couple, d’accélération, ou de tout à la fois ?

« De tout ! Quand vous parlez du moteur, c’est le couple, la fiabilité mais aussi la douceur et toutes ces choses. Pas seulement le couple. C’est là où nous devons travailler car quand vous essayez un nouveau moteur, vous ressentez parfois qu’il y a plus de couple, mais ensuite vous devez ajuster beaucoup de choses avec l’électronique ».

Le point sensible de la Honda est son train avant. Avez-vous amélioré cela avec le nouveau châssis ?

« On dirait. Pas à pas. Aujourd’hui, cela a été le premier jour où j’ai pu rouler avec le pneu avant médium alors que je n’ai pas pu le faire durant toute la saison. Même s’il reste trop tendre pour moi, utiliser le dur aurait été prendre trop de risques, et je ne pouvais pas en prendre aujourd’hui. Donc c’est positif car avec l’ancien châssis, il était impossible de piloter avec cette gomme. Aujourd’hui, j’ai pu le faire toute la journée ».

Avez-vous pu regarder les datas de Lorenzo ?

« Non, je n’ai pas pu le faire. Je n’ai pas vérifié car il est normal que je sois plus rapide que lui les premiers jours. Pour le moment je n’ai pas vérifié et je suis seulement concentré sur mon côté du box ».

Temps combinés 20/21. Novembre 2018:
1. Maverick Viñales (E), Yamaha, 1: 30,757 min
2. Andrea Dovizioso (I), Ducati, +0.133 sec
3. Marc Márquez (E), Honda, +0,154
4. Jack Miller (AUS), Ducati, + 0,182
5. Danilo Petrucci (I), Ducati, +0.202
6. Franco Morbidelli (I), Yamaha, +0.217
7. Alex Rins (E), Suzuki, +0.497
8. Takaaki Nakagami (J), Honda, +0.547
9 Valentino Rossi (I), Yamaha, +0 614
10e Aleix Espargaró (E), Aprilia, +0 643
11e Francesco Bagnaia (I), Ducati, +0 648
12e Jorge Lorenzo (E), Honda, +0 827
13e Pol Espargaró (E), KTM, +0,871
14. Joan Mir (E), Suzuki, +0,957
15. Tito Rabat (E), Ducati, +1.183
16. Stefan Bradl (D), Honda, +1.258
17. Fabio Quartararo (F), Yamaha, +1 334
18. Andrea Iannone (I), Aprilia, +1 367
19. Michele Pirro (I), Ducati, +1 463
20. Jonas Folger (D), Yamaha, +1 508
21. Johann Zarco (F), KTM, +1.752
22. Karel Abraham (CZ), Ducati, +2.149
23. Hafizh Syahrin (MAL), KTM, +2.251
24. Bradley Smith (GB), Aprilia, +2.271
25. Miguel Oliveira (P), KTM, +3,041

Test de Valence, 21 novembre 2018:
1. Viñales, Yamaha, 1: 30,757 min
2. Dovizioso, Ducati, 1: 30,890
3. Márquez, Honda, 1: 30,911
4. Miller, Ducati, 1: 30,939
5. Petrucci, Ducati, 1: 30,959
6. Morbidelli, Yamaha, 1: 30,974
7. Rins, Suzuki, 1: 31,254
8. Nakagami, Honda, 1: 31,304
9. Rossi, Yamaha, 1: 31,371
10. Aleix Espargaró, Aprilia, 1: 31,400
11. Bagnaia, Ducati, 1: 31.405
12. Lorenzo, Honda, 1: 31.584
13. Pol Espargaró, KTM, 1: 31.628
14. Mir, Suzuki, 1.31.714
15. Rabat, Ducati, 1: 31.940
16. Quartararo, Yamaha, 1: 32.091
17. Iannone , Aprilia, 1: 32.124
18. Folger, Yamaha, 1: 32.265
19. Pirro, Ducati, 1: 32.376
20. Zarco, KTM, 1: 32.509
21. Abraham, Ducati, 1: 32.906
22. Syahrin, KTM, 1: 33.008
23. Smith, Aprilia, 1: 33.028
24. Oliveira, KTM, 1: 33.798

Test de Valence, 20 novembre 2018:
1. Viñales, Yamaha, 1: 31,416 min
2. Márquez, Honda, 1: 31,718
3. Rossi, Yamaha, 1: 31,845
4. Dovizioso, Ducati, 1: 31,846
5. Bradl, Honda, 1: 32,015
6. Morbidelli, Yamaha, 1: 32.085
7. Aleix Espargaró, Aprilia, 1: 32.095
8. Petrucci, Ducati, 1: 32.100
9. Pol Espargaró, KTM, 1: 32.179
10. Pirro, Ducati, 1: 32.220
11. Bagnaia, Ducati, 1 : 32 396
12. Rins, Suzuki, 1: 32,402
13. Nakagami, Honda, 1: 32,539
14. Miller, Ducati, 1: 32,555
15. Mir, Suzuki, 1.32.787
16. Rabat, Ducati, 1: 32.834
17. Zarco , KTM, 1: 32.835
18. Lorenzo, Honda, 1: 32.959
19. Iannone, Aprilia, 1: 33.291
20. Abraham, Ducati, 1: 33 301
21. Smith, Aprilia, 1: 33 709
22. Folger , Yamaha, 1: 33 810
23. Quartararo, Yamaha, 1: 33
850, Syahrin, KTM, 1: 34,233
25. Oliveira, KTM , 1: 35,118

 



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team