MotoGP, affaire Ducati : Davide Brivio encaisse pour Suzuki mais ne se résigne pas

par | 28 mars 2019

Avec Aprilia, Honda et KTM, le constructeur Suzuki était l’un des quatre noms qui ont mené la fronde contre le déflecteur posé par Ducati sur le bras oscillant de sa GP19. Un mécontentement qui s’était traduit, au soir du Grand Prix du Qatar, par la pose d’une réclamation rendant le verdict de la piste de Losail officieux en attendant celui du tribunal d’Appel de la FIM. Qui a débouté les plaignants. Deux de ces derniers ont déclaré qu’ils en resteraient là et ne solliciteraient pas le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), pour tenter un revirement. Mais le débat reste ouvert, comme le précise le représentant d’Hamamatsu sur le terrain du MotoGP, Davide Brivio.

Comme la majorité du paddock MotoGP, Davide Brivio est déjà en Argentine où se déroulera la deuxième course de la saison ce week-end. À Termas de Rio Hondo. Le responsable de l’équipe Suzuki rencontrera dans les prochaines heures ses collègues de Honda, Aprilia et KTM afin de discuter du verdict de la Cour d’appel FIM.

L’Italien ne croit pas que Suzuki fera appel de la décision devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), la dernière instance. Cela ne signifie toutefois pas qu’il était convaincu par les arguments développés dans la déclaration de la FIM.

Toutes les parties impliquées ont reconnu que le déflecteur était un accessoire aérodynamique, mais le directeur technique Danny Aldridge l’a approuvé “, a déclaré Brivio à ‘Motorsport-total.com‘.

C’est le point qui a soulevé le plus de questions du côté du demandeur. Ducati a été autorisée à utiliser l’élément en question grâce à une présentation simple : il a été souligné que l’objectif principal de la pièce était de refroidir le pneu arrière et non de créer une charge aérodynamique.

Quelle va être la suite ? “Nous espérons pouvoir clarifier les règles afin que les limites de ce qui est légal et de ce qui ne l’est pas deviennent plus claires“, a ajouté le team manager du fabricant japonais. Un autre aspect à prendre en compte est la compétence d’une seule personne, en l’occurrence Aldridge, aux problèmes techniques. Il y aura donc une volonté de réformer le système…

La décision de la Cour d’appel légitime l’aile utilisée à Losail par Andrea Dovizioso, Danilo Petrucci et Jack Miller avec toutes ses implications. Il est donc probable que les autres équipes présenteront des propositions similaires dès qu’elles le pourront.

Étant donné que la météo dans la région de Santiago del Estero prédit la possibilité de pluie à différentes heures du week-end, il ne serait pas étonnant de voir Yamaha avec un tel déflecteur. Après tout, la firme aux trois diapasons, qui n’a pas rejoint les plaignants contre Ducati, avait déjà utilisé ce type d’accessoire lors du dernier test à Valence l’année dernière.

Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar