La situation sanitaire en Espagne s’est récemment aggravée, et Alberto Puig, le team manager de l’équipe Repsol Honda, qui vit en Catalogne, suit l’évolution de la situation avec inquiétude. Alors qu’il soutient l’action de son voisin barcelonais Carmelo Ezpeleta (patron de Dorna), il a emménagé dans la maison de ses parents, à la périphérie de la métropole espagnole, avant même le couvre-feu.

« La chose la plus productive que nous puissions faire en ce moment est de rester en vie, déclare-t-il. Et cela à une époque où 700 personnes pourraient mourir chaque jour. Je sais que ça semble un peu apocalyptique, mais c’est la priorité. »

En dehors de cela, il parle régulièrement aux pilotes et aux mécaniciens et essaie de leur remonter le moral. « Je suis également en contact avec l’usine au Japon, où les usines n’ont pas été fermées. Nous attendons que les organisateurs donnent le feu vert et proposent un nouveau calendrier, mais nous ne pouvons pas faire grand-chose d’autre. »

« La moto pour la saison 2020 est déjà terminée et conforme à la réglementation en vigueur. Les moteurs ont été scellés rétroactivement afin de créer une plus grande égalité des chances entre les constructeurs. »

« Mais bien sûr, chacun essaie d’apporter des améliorations mineures dans les domaines où il est autorisé à travailler. Nous parlons du châssis, de certains aspects sur le plan aérodynamique, mais d’éléments très spécifiques. Vous ne pouvez pas changer la structure de base. »

Honda n’a pas publié de directives explicites sur la manière de gérer la situation. Puig admet : « Au début, ils n’étaient pas pleinement conscients de l’ampleur du problème en Espagne. Mais au fil des jours, ils ont compris que ce n’est pas seulement un problème, mais que nous sommes confrontés à un véritable drame. »

« C’est différent au Japon, où les gens peuvent plus ou moins continuer leur vie quotidienne, soit parce qu’ils savent mieux comment contenir la propagation, soit parce que le virus y est moins virulent », spécule Puig.

« En Espagne, par contre, il y a maintenant un verrouillage complet – comme en Italie. Il est difficile de prévoir quand la situation s’améliorera. Et il est tout aussi incertain de savoir quand le MotoGP pourra commencer sa nouvelle saison, après l’annulation de la première course de la catégorie reine au Qatar et le report des événements suivants. Et là où il n’y a pas de course, il n’y a pas de revenus. »

Pour les équipes, cela entraîne également des incertitudes financières. Mais Puig, interrogé sur ses propres sponsors, ne voit aucune raison de s’inquiéter jusqu’à présent : « Nous sommes très heureux d’avoir Repsol, avec qui nous travaillons depuis longtemps. Le partenariat dure depuis plus de 25 ans. »

« C’est une entreprise qui a une grande responsabilité sociale et qui comprend la situation dans laquelle nous nous trouvons. Il est évident que personne n’aime investir de l’argent dans quelque chose qui n’est pas fait, c’est pourquoi Repsol est très généreux. Et les autres sponsors que nous avons comprennent cela aussi. »

 

 

Source : Motorsport-Total.com

Photos © Repsol Media



Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team