MotoGP Alex Rins : “chez Suzuki il manque cette figure d’une personne qui commande”

par | 6 décembre 2021

Alex Rins fait partie de ce groupe de pilotes qui ont à ce point déçu en 2021 qu’ils vont devoir très vite convaincre en 2022. Ainsi va le MotoGP qui ne supporte pas les passages à vide, ces trous d’air dans une carrière qui aspirent fatalement vers les abysses. L’équipier de Joan Mir en a bien conscience, mais s’il prend sa part de responsabilité dans cette campagne passée évaluée avec la note de 6/10, il signale qu’il n’était pas le seul en galère…

L’officiel Suzuki Alex Rins figure parmi ceux dont on attendra beaucoup en 2022. Et pour cause : le Catalan n’a pas fait mieux que 13e au classement général de la saison 2021, soit dix positions de perdues, comparé à 2020. Le n°42 n’a inscrit qu’un seul podium, contre quatre l’année précédente. Mais ce qui lui a coûté particulièrement cher, ce sont des résultats blancs à répétition, six pour être exact. Et puis, il y a eu cette dynamique brisée : en 2018, il avait terminé le championnat cinquième, en 2019 quatrième, en 2020 troisième…

La régression est telle que l’on serait plus tenté de parler d’un coup d’arrêt brutal plutôt que d’un fort ralentissement. A tout le moins, Alex Rins reconnait qu’il a fallu mentalement gérer cette phase qui l’a fragilisé : « la vérité est que cela a été une année très difficile, une année que nous avons commencée avec de grandes attentes » commente l’Espagnol sur motorbikemag. « Les deux premières courses au Qatar n’étaient pas mal du tout et nous sommes arrivés très forts à Portimao, en nous battant avec Quartarararo. Mais c’était très difficile, car j’ai fait une chute et à partir de là j’en ai fait quatre de suite. Ce n’était pas facile du tout, car je me sentais très fort, avec beaucoup de vitesse, mais après nous n’avons pas pu terminer les courses ».

« C’était assez dur, mais avec mes gens, avec mon équipe et à domicile, nous devenions plus forts. Oui, c’est vrai que je me sentais évidemment mal à propos des chutes, mais c’était un sentiment différent. C’étaient des chutes très à la limite, sans crier gare, dont je ne comprenais pas très bien les raisons, mais finalement j’allais vite et j’étais là devant. C’est compliqué, mais comme ça allait vite… Cela m’a paris de canaliser rage et colère. Nous avons appris à gérer ces moments” assure Rins qui, s’il prend sa part, précise qu’elle faisait partie d’un tout…

Entretien avec Alex Rins MotoGP (28)

Alex Rins évalue Suzuki : “conservateurs comme ils le sont, ils n’ont pas voulu tout bouleverser

On rappellera en effet que le représentant du team Suzuki Ecstar déclarait à l’issue de la finale, qu’il n’aurait pas eu besoin de jouer avec les limites si seulement son package lui avait permis de rivaliser avec les Ducati : « qu’on le veuille ou non, je pense que, soit la moto n’était pas au niveau qu’elle aurait dû être, soit je ne savais pas comment la rouler de la meilleure façon pour pouvoir être rapide. Mais c’est vrai qu’il y a eu une petite différence avec les autres. Je ne sais pas si les autres se sont améliorés beaucoup plus que nous, car nous n’avons pas non plus la même moto que l’an dernier et nous nous sommes un peu améliorés, mais peut-être que les autres ont progressé davantage ».

La moto est une chose. Mais Alex Rins souligne aussi une faiblesse dans l’organisation qui en dit long sur le process des prises de décision chez Suzuki : « au début je pensais qu’il ne manquait rien, mais au fur et à mesure de l’année et des choses que vous voyez au sein de l’équipe, c’est vrai qu’il manque cette figure d’une personne qui commande, qui sait gérer ça. Je ne blâme personne et je ne dis pas que Suzuki a mal agi, car il est très difficile de faire gérer tout cela par une personne extérieure, mais il manque la figure d’un directeur sportif ».

Alex Rins termine : « je me mets aussi à la place de Suzuki et c’est difficile. Étant conservateurs comme ils le sont, ils n’ont pas voulu tout bouleverser pour ensuite peut-être empirer les choses ». Ce qui est sûr, c’est qu’en 2022, l’Espagnol devra livrer une autre partition, avec ou sans une remise en cause chez Suzuki.

Alex Rins

Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar