Le début de saison d’Andrea Iannone chez Suzuki ne se passe pas exactement comme espéré. Les premiers tours de roues avec la moto bleue après avoir été débarquée de la rouge ont été encourageants, puis Joe le Maniac est entré dans le rang. Il est à compter parmi les déçus du nouveau pneu avant Michelin, mais à la différence d’un certain Valentino Rossi, l’Italien n’a pas fait de miracles en course. Pour autant, il ne s’en fait pas, comme il ne s’inquiète pas pour Ducati, où le problème ne serait pas la moto…

Dans la vie, sa relation avec l’incandescente Belen Rodriguez file le bonheur parfait. Le couple pense à une maison à Milan et même à assurer une descendance. Mais pour ce qui est du concubinage avec la Suzuki, il y a encore à faire. Un abandon malheureux sur chute au Qatar qui aurait pu sauver les apparences, puis une seizième place en Argentine et une septième à Austin. Autant dire qu’il faudra faire mieux dès le week-end prochain à Jerez.

18194123_1244191452369758_5446874734813381499_n-900x624

Cependant, Iannone ne s’affole pas : « Suzuki ne me met pas la pression, au contraire, ils me soutiennent » assure sur GPOne l’équipier d’un Rins à nouveau blessé et indisponible. « Je consulte les données de Maverick Viñales de l’an dernier et j’ai été plus fort que lui au Qatar, en Argentine, comme lors des tests à Sepang, à Phillip Island. Après quatre ans passés chez Ducati, je savais utiliser la moto à 110%. Je ne suis pas encore à ce niveau avec la Suzuki, mais c’est une question de roulage. Je peux vous assurer que la situation n’a rien de critique ».

Justement, au sujet de Ducati, il commente sur la situation actuelle d’Andrea Dovizioso et de Jorge Lorenzo : « je pense que la Desmosedici est toujours compétitive. Comme je l’ai laissée à Valencia où j’ai terminé sur le podium et pas si loin de Lorenzo. Je me suis toujours battu pour les premières places l’an dernier. Je ne crois pas que Ducati ait régressé. C’est juste une moto qui a besoin d’un pilote pour être exploitée. Il est faux de croire que Ducati n’a plus une moto capable de jouer devant ».

Le duo officiel actuel de Borgo Panigale appréciera. En conclusion, Iannone insiste aussi sur un aspect de la méthode Ducati : « j’aimerais vraiment voir plus de GSX-RR sur la piste à l’avenir. Avoir plus de motos est un avantage ». Suzuki s’y emploie, comme Aprilia. Mais les actuels teams privés qui seraient disponibles tiennent, pour la plupart à leur… Ducati.



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar