Aprilia

Massimo Rivola, l’homme de la compétition chez Aprilia, ne cherche pas d’excuses après la course MotoGP en Malaisie. Aleix Espargaró doit maintenant défendre la troisième place du classement.

Par Luigi Ciamburro de Corsedimoto

Jusqu’à la manche d’Aragon, l’Aprilia RS-GP et Aleix Espargaró figuraient parmi les favoris pour le titre MotoGP, avec une victoire et quatre podiums en poche. De 17 points du leader du classement avant de se lancer dans la tournée en outre-mer, l’écart s’est creusé à 46 points à l’issue du GP de Malaisie. La maison de Noale avait imaginé une fin de saison bien différente, mais quelques problèmes techniques, notamment dans le domaine de l’électronique, ont fait voler en éclat le grand rêve de championnat du monde.

Aleix Espargaró s’est montré très critique envers le constructeur vénitien après le dimanche de Sepang. Il a pointé du doigt certaines faiblesses au sein de l’équipe, qui n’est pas encore en mesure de s’exprimer au même niveau que les concurrents. Ainsi Ducati, en mesure de décrocher la Triple Couronne si Pecco Bagnaia termine son ascension à Valence. Pour le pilote de Granollers, en revanche, il s’agit désormais de défendre la troisième place du classement face à l’assaut d’Enea Bastianini, dont la perte risquerait de s’avérer être le dernier point sensible pour la marque Aprilia dans cette saison MotoGP.

Massimo Rivola sourit amèrement après le GP de Sepang et fait son mea culpa pour les résultats décevants d’Aleix accumulés lors des quatre dernières courses : 16e -11e -9e -10e. « Si dans les trois autres courses hors Europe, nous avions l’absence de données récentes comme justification, en Malaisie, nous avions les données récentes, car nous avons fait des tests MotoGP en février et nous étions beaucoup plus rapides. C’est vrai qu’il y avait plus de grip à l’époque, mais la comparaison avec les autres suffit. Il faut tout démonter et bien analyser, il faut dire que même dans les courses précédentes on a fait quelque chose de mal, on n’a pas été assez bon pour analyser ce qu’on a fait de mal ».

Massimo Rivola, Aprilia Racing, Gran Premio d’Italia Oakley

Aprilia : « la chasse au coupable ne commencera pas, mais la chasse à ce qui a mal tourné« 

Aprilia a goûté à l’air doux du sommet et compte y rester, mais ils doivent apprendre de leurs erreurs pour mettre en place un package et une équipe gagnante pour la prochaine année MotoGP : « maintenant, la chasse au coupable ne commencera pas, mais la chasse à ce qui a mal tourné – a souligné le PDG. Massimo Rivola-. Aujourd’hui se termine notre petit rêve que nous avions. Mais à Valence, ce sera tout aussi important pour nous, car nous avons tellement de choses comme le classement des équipes, des pilotes et des constructeurs que nous ne voulons pas manquer ».

Il est évident qu’Espargaró et Viñales n’ont aucune responsabilité dans la débâcle en outre-mer. A Motegi l’erreur humaine dans les stands a forcé le doyen du plateau à 33 ans à revenir pour le changement de moto après le tour de reconnaissance. Depuis, une descente s’est amorcée, presque incompréhensible au regard de ce qui s’est fait dans la première partie du Championnat du Monde MotoGP.

« Il faut être objectif dans l’analyse course par course, chaque week-end est le sien, avec des caractéristiques de piste différentes, avec des conditions météo différentes… Mais j’ai envie de dire que le facteur pilote est presque une constante, les deux sont allés au maximum. S’ils n’ont pas été capables de faire ce qu’ils faisaient avant, il y a une raison, et en plus nous avons deux pilotes d’une grande profondeur – a conclu l’ancien manager de Ferrari -. Donc c’est notre faute et c’est tout ».

MotoGP, Massimo Rivola

Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro, Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing MotoGP