Ce dimanche 12 septembre 2021, Álex Rins a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Motorland Aragón, au terme du Grand Prix MotoGP de Aragón.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui a vécu un weekend difficile avec une 12e place à l’arrivée après un départ depuis le 20e emplacement sur la grille.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Álex Rins sans la moindre mise en forme.


 

Álex, vous avez connu une course assez difficile en partant depuis le fond de grille, pouvez-vous nous raconter comment cela s’est passé ?

« Ce fut en effet une course très difficile. Au départ j’ai été en mesure de dépasser de nombreux pilotes. Avant même d’arriver dans la ligne droite de retour dans le premier tour j’avais déjà dépassé plusieurs adversaires, mais il fallait que je fasse attention à mon pneu arrière, car c’était très facile de l’endommager. »

« Par la suite quand j’ai dépassé Pol Espargaró je me suis retrouvé avec Takaaki Nakagami devant moi à cinq ou sept dixièmes, mais dans la foulée j’ai ressenti quelque chose de vraiment très étrange car l’avant de la moto a été d’un seul coup très difficile à manœuvrer. C’était très difficile de stopper la moto. »

« Je n’arrêtais pas de bloquer l’avant, mais ensuite j’ai piloté comme je le pouvais. Après j’ai eu des difficultés pour dépasser Iker Lecuona car il freinait vraiment fort. Mais bon, j’ai gagné huit places en passant de la 20e position sur la grille à la 12e à l’arrivée, donc maintenant il s’agit de se focaliser sur la prochaine manche. »

Pensez-vous que votre problème avec l’avant de la moto soit lié à votre ride height device ?

« Je ne le pense pas. Je pense que l’arrière détenait beaucoup de grip et poussait vraiment la moto. Normalement quand vous êtes derrière quelqu’un, il est assez difficile de stopper la moto car les pneus montent en température. Mais cette fois-ci c’est étrange car c’est l’inverse qui s’est produit. »

 

Est-ce que c’est la première fois que vous avez ce genre de sensations avec l’avant de votre machine ou est-ce quelque chose que vous aviez déjà eu l’occasion de ressentir par le passé ?

« Franchement c’est vraiment quelque chose de nouveau, car comme je l’ai dit normalement quand vous êtes derrière un pilote vous avez des problèmes car la température ainsi que la pression de votre pneu avant s’élèvent. Mais cette fois-ci, j’ai eu ces sensations alors que j’étais seul en piste. »

Êtes-vous déçu de votre résultat ce dimanche, ou bien était-il clair après les qualifications que vous ne pourriez espérer mieux en termes de classement ?

« C’est un peu décevant, c’est sûr, car nous avons réalisé un double podium ici l’an passé. Je dois vérifier le temps qu’avait duré ma course l’an dernier, mais je pense que j’ai été un peu plus lent cette année, même si j’étais pourtant constamment à la limite et que j’étais à fond dans tous les virages, mais je n’ai pas pu faire mieux au final. »

 

Classement du Grand Prix d’Aragón MotoGP :

 

Classement du championnat du monde des pilotes :

Aragon

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar