C’était connu du paddock, mais jusqu’à présent Johann Zarco ne s’en était pas ouvert publiquement : Le pilote Pramac a souffert cette année du syndrome des loges, en Autriche et à Silverstone.

Bien que de prime abord réticent, il envisage maintenant une opération chirurgicale pour résoudre ce problème qui tétanise parfois son bras droit.

Celle-ci devrait intervenir soit en fin de saison, soi-même entre Austin et Misano 2.

Johann Zarco a expliqué lors de son débriefing à Aragón : « En Autriche et à Silverstone, j’ai eu ce problème du syndrome des loges. J’ai souvent dit que si je me sentais bien sur la moto je n’aurais pas le syndrome des loges, mais nous atteignons un niveau où il semble que vous n’avez pas d’autre solution que d’avoir le syndrome des loges pour être rapide. Cela m’incite à penser à l’opération mais je ne peux pas encore la subir. Aujourd’hui, je n’ai pas eu la moindre douleur et j’ai réalisé une bonne performance, mais pour commencer à essayer de diagnostiquer ce genre de problème, c’est qu’il semble maintenant que cela fait partie de notre sport : Nous atteignons un niveau où si vous voulez vous battre, oui c’est dur physiquement mais si vous voulez avoir cette opération c’est comme du dopage. Peut-être que j’ouvrirai mon potentiel à un autre niveau et je me sentirais alors encore mieux. Fabio en est un bon exemple : Il a rapidement fait ce genre d’opération. Pour moi, c’était peut-être trop rapide car il n’avait pas eu le temps de bien s’adapter à la moto, mais au final c’est lui qui gagne les courses, donc c’est peut-être celui qui y a pensé le moins longtemps, qui a bien fait l’opération et qui est peut-être la moto la plus facile. »

Le pilote Pramac précise : « Il y a un point où il y a une limite corporelle. À Silverstone, parce que je peinais plus qu’ici, le problème était plus présent. Mais si vous rendez toutes les choses parfaites pour ne pas souffrir, vous ne pouvez pas performer pendant 20 courses. C’est pourquoi maintenant j’y pense et je l’accepte plus : Peut-être que je devrais franchir ce pas si je veux performer au même niveau et encore mieux l’année prochaine. »

Johann Zarco complète : « Nous avons une meilleure accélération, nous pouvons freiner très fort et ralentir énormément, mais si vous le faites très relâché, vous ne mettez la moto nulle part. Il n’y a que Pecco qui peut le faire, et Marc Márquez qui, je pense, n’a pas eu cette opération du syndrome des loges. Il n’y a quasiment qu’eux deux sur 20 pilotes. C’est pourquoi je ne voulais pas le faire et que je réfléchis encore, mais je vois que si je veux être compétitif avec mon style, je dois sans doute accepter de le faire. J’ai deux choix : Cela peut être à la fin de la saison ou pendant le break entre Austin et Misano. Cela dépendra de si je souffre beaucoup à Austin. Je verrai. Je continue à croire que je peux le contrôler, et c’est pourquoi ici dirait que je suis normal, mais je veux bien faire des choses et avoir suffisamment de temps pour la convalescence. Deux semaines après Austin peuvent suffire pour se rétablir car certains pilotes l’ont fait en une seule semaine, mais c’est quelque chose où, si vous ne vous rétablissez pas suffisamment, ce n’est pas comme le poignet, il peut y avoir des suintements de liquide. Personnellement, je suis toujours prudent et à l’écoute de mon corps. C’est pourquoi je veux le faire avec intelligence. Si je suis vraiment en crise après Austin et que le diagnostic est positif pour le syndrome des loges, ce serait bien de le faire pour terminer les trois dernières courses et retrouver du feeling après l’opération. Je pense que si je le fais en hiver, la pause sera trop longue avant les tests à Sepang. Je dirai à tout le monde comment ça se passe. Pour le moment, j’accepte que cela puisse arriver, et il semble que simplement en acceptant, cela fonctionne mieux pour ce week-end. Je parle du bras droit, qui freine et qui accélère, et qui est le plus sollicité. »

 



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing