Décidément, ce dernier Grand Prix avant la pause estivale aura apporté son lot de nouvelles fracassantes, de l’annonce à demi-mots de la retraite probable de Valentino Rossi jusqu’à l’hypothétique départ de Maverick Viñales en cours de contrat avec Yamaha.

À ce sujet, si tout porte aujourd’hui à croire qu’il n’y a pas de fumée sans feu, nos confrères de la chaîne britannique BT Sport ont interrogé Mario Meregalli, le team manager de l’équipe Monster Energy Yamaha MotoGP.

L’interview, menée principalement par Suzi Perry, a eu lieu dimanche, quelques heures avant le Grand Prix à Assen.

En voici la retranscription complète.


Massimo Meregalli, merci de nous rejoindre.

« Je commence en avoir l’habitude (rires). »

Massimo, évidemment nous avons entendu cette très forte rumeur de Ricard Jové la nuit dernière, et maintenant dans tous les journaux espagnols, comme quoi Maverick allait rompre le contrat avec Yamaha pour s’en aller chez Aprilia. Que pouvez-vous nous dire ?

« Simplement que nous ne voulons pas commenter cette rumeur aujourd’hui. Nous voulons rester concentrés sur la course que nous allons avoir dans quelques heures. »

S’agira-t-il de la dernière course de Maverick Viñales pour vous ?

« Non ! Ce ne sera pas le cas (rires). »

S’agira-t-il de la dernière course de Maverick Viñales à Assen pour vous ?

« Vous verrez. Vous verrez par vous-même. Mais ce n’est pas le cas, ne vous en faites pas (sourires). »

Nous avons quand même entendu beaucoup de commentaires étranges de la part de Maverick… La relation entre vous est-elle brisée ?

« Pour nous, ce qu’il a dit dimanche après la course (au Sachsenring) était seulement le résultat de sa frustration, car il était vraiment frustré après la course. Je continue à croire que sa course a été ruinée par la chute qu’il a subie en FP3. Il n’a pas pu alors sauter en Q2 et il a fait une très mauvaise Q1. Comme vous le savez, il est très difficile pour lui de doubler quand il part de l’arrière. Bien sûr, finir dernier n’est pas sa position et je continue à dire qu’il était vraiment frustré. Honnêtement, mercredi, quand nous avons commencé à préparer ce Grand Prix, nous avons parlé de cette course et nous avons analysé quelques datas. Nous avons également vu qu’il avait été le plus rapide des Yamaha durant la course en terme de chrono. Donc je ne pense pas que la moto était aussi mauvaise qu’il l’a déclaré. Ici, bien sûr, nous avons dit qu’il pouvait commencer en menant la FP1 et globalement il l’a fait. Bien sûr, c’est également frustrant pour nous de comprendre ce genre de comportement. Comme il l’a dit, entre le Sachsenring et ici la moto a un peu changé, mais pas pour faire cette grosse différence. Il continue à dire que l’adhérence est ici super, très bonne, et dans ce genre de situation il peut exploiter son style de pilotage. Et probablement à cause de son style de pilotage, quand il est dans une situation où il y a un manque d’adhérence, il souffre bien plus que les autres. »

Vous êtes un ancien pilote avec beaucoup d’expérience : Vous savez que l’équipe fournit une moto et que c’est aux pilotes de l’exploiter, qu’il y ait de l’adhérence ou pas. En tant que team manager, qu’est-ce que ça vous fait qu’un pilote blâme son équipe ?

« Évidemment, et pas seulement moi, nous ne sommes pas du tout contents. Je ne veux pas dire quelque chose d’incorrect. Nous avons clarifié avec lui avant de débuter ce Grand Prix. Il a dit beaucoup de choses qui pour moi n’ont aucun sens, et c’est pour cette raison que je continue à croire qu’il était confus et frustré. »

Faites vos jeux…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP