Depuis que Valentino Rossi est un retraité, on semble s’ingénier à rouvrir les dossiers en MotoGP. Les versions de certains événements passés sont reprises et agrémentées de confidences et autres petites histoires qui, finalement, ont fait la grande. C’est comme si l’obligation d’un secret venait d’être levée depuis que le Doctor a raccroché son casque. Ce flot d’informations vient d’une émission passée sur DAZN où les adversaires de Vale s’ouvrent sur leur vécu de leur rivalité avec le nonuple titré. Jorge Lorenzo a ainsi donné sa version de la saison 2015. Voici le cas de Casey Stoner qui, bien que reconcilié avec la légende des Grands Prix, garde son franc-parler…

Valentino Rossi a classé Casey Stoner parmi ses rivaux les plus coriaces. Et il lui a en effet voir de belles sur la piste. Alors le Doctor a utilisé toutes les ficelles du métier pour le combattre, et il était fort à ce jeu que l’Australien réfutait et, donc, subissait. Une lassitude en est née qui a fini par l’user suffisamment pour passer à autre chose. Casey Stoner commençait aussi à souffrir d’un problème de santé le mettant dans un état de fatigue chronique. Un syndrome dont il est toujours victime.

Mais c’est en pleine possession de ses moyens et l’esprit clair qu’il s’est remémoré sa période en tant que rival direct de Valentino Rossi. Une évaluation qui commence fort : « c’était le plus grand pilote de son temps, surtout au début des années 2000. Il était capable de faire des choses que les autres ne pouvaient pas faire. Il était dans une autre catégorie ». Ce compliment fait arrive une suite plus tranchante : « mais ensuite, moi, Jorge Lorenzo et Dani Pedrosa sommes arrivés et il n’était en aucun cas supérieur à nous ».

Valentino Rossi

Casey Stoner : “j’ai aimé voir Valentino Rossi souffrir chez Ducati

Casey Stoner raconte aussi que défier Rossi ne se limitait pas à croiser le fer sur piste : « quand vous essayez de jouer à ces jeux d’esprit avec des personnes avec lesquelles ils ne fonctionnent pas, vous ne faites que vous faire des ennemis. Il a fait en sorte que je sois vu comme son ennemi et il a fait la même chose avec Marc Marquez. À partir de ce moment-là, je n’ai plus voulu être son ami, je n’ai plus voulu jouer franc jeu. À un certain moment, je ne voulais plus rien avoir à faire avec lui ».

Et ce ressentiment s’illustre ainsi : « en 2011, la Honda était sensationnelle et j’ai aimé voir Valentino souffrir chez Ducati parce qu’il parlait si mal de moi, blessant surtout l’équipe. Il a dit qu’il la changerait pour le mieux alors qu’en réalité la moto devenait pire ». La conclusion sur MowMag est aussi assez froide et elle est à rapprocher de l’introduction puisqu’elle parle du niveau de Valentino Rossi : « il était bon en combat rapproché et pour voler la vedette aux autres. Sa limite est qu’il n’a jamais fait un tour rapide par ses propres moyens. Lorsqu’il a remporté les championnats du monde, il les a dominés, et ce n’est pas un hasard s’il a perdu deux fois sur deux lors de la dernière course ».

Casey Stoner ne déboulonne certes pas la légende et ne tient pas à dégrader une relation renouée. Cependant, son avis de champion basé sur un fort vécu apporte un éclairage qui ne manquera pas d’alimenter les conversations.

Valentino Rossi

 



Tous les articles sur les Pilotes : Casey Stoner, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team