Auteur de deux brillantes victoires sur les circuit de Jerez et du Mans, malgré deux long laps et un passage dans les graviers pour la deuxième, Jack Miller s’est vu reconduire pour un an chez Ducati avant de vivre un Grand Prix d’Italie en demi-teinte à domicile pour la firme italienne.

Cette demi-teinte, qui préserve quand même la quatrième place du championnat 5 points derrière son coéquipier Francesco Bagnaia, il l’a emmenée avec lui dans ses valises jusqu’à Barcelone, où le pilote australien ne figurait qu’en septième position au terme de la première journée d’essais libres, presque 7 dixièmes derrière le leader du jour équipé de la même machine, Johann Zarco.

Ce samedi ne commençait guère mieux, avec une modeste 10e place en FP3 qui, au final, contraignait le natif de Townsville à passer par la Q1.

Grâce à une FP4 productive et en se relevant les manches, le pilote de 26 ans obtenait lors de la Q1 la première position grâce à un temps de 1’39.153, avant de devoir concéder la pole position du Grand Prix de Catalogne pour seulement 37 millièmes à Fabio Quartararo en Q2.

Après ce spectaculaire redressement, et malgré une chute lors de sa dernière tentative, l’optimisme est de rigueur dans le box d’un Jack Miller qui connaît très bien son principal adversaire pour la course de 24 tours qui débutera exceptionnellement demain à 13 heures.

Jack Miller : «  Oui, c’était une journée assez mouvementée. Lors de la FP3, je n’ai pas vraiment réussi à faire le temps que je pensais faire avec le nouveau pneu arrière tendre. A la 11ème place, je me suis dit, “Où là là, je dois passer par la Q1 et tout est très serré”. Mais j’ai fait le boulot en Q1; je suis passé en Q2 grâce à la 1e place. Là, il ne me restait qu’un pneu tendre. Mais cet après-midi, lors des qualifications, je me sentais à l’aise sur la moto. Je me suis peut-être un peu emporté lors du deuxième tour lancé, en faisant une erreur dans le premier secteur. Heureusement, la moto m’a projeté vers l’avant et non vers le haut, donc je ne me suis pas blessé. Un highside dans le rapide virage 3, ce n’est pas très drôle, mais heureusement je suis resté en un seul morceau. Mon cuir Dainese m’a sauvé, mais il a été sévèrement abîmé. Au cours de la journée, nous avons réussi à trouver quelque chose qui nous a permis de faire un pas en avant, m’aidant à passer de la Q1 à Q2. Le niveau d’adhérence s’était amélioré environ par rapport à vendredi. En même temps, nous avons fait des progrès significatifs avec les réglages. Dans la FP4, j’ai fait 17 tours consécutifs avec le même pneu et je suis resté dans les 1’40. Je ne sais même pas pourquoi, mais je me sentais très bien, alors j’ai continué. Je pouvais faire tout le temps des 1’40, mais pas des 1’39 comme Fabio. Mais d’habitude, je trouve une vitesse supplémentaire dans la course, donc je pense que notre rythme pour la course est bon. Bien sûr, 24 tours, c’est beaucoup, mais ce n’est pas une corvée, et c’est important. Je pense que nous pouvons bien les gérer, donc je suis confiant pour demain. »

 

 

Classement de la Qualification 2 du Grand Prix de Catalogne MotoGP à Barcelone :

Classement de la Qualification 1 du Grand Prix de Catalogne MotoGP à Barcelone :

Crédit classements : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team