En ce dimanche 6 juin 2021, Johann Zarco a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Barcelona-Catalunya à l’issue du Grand Prix de Catalogne qu’il a terminé en 2e position.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français, qui conserve sa 2e place au championnat mais a réduit son écart à 14 points derrière Fabio Quartararo.

 

 

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Johann Zarco sans la moindre mise en forme.


Comment se sont déroulés les derniers tours dans votre tête ?

Johann Zarco : « J’étais heureux de terminer deuxième car j’ai beaucoup attaqué dans les deux derniers tours pour rattraper Miguel. J’étais fort dans le premier secteur, mais dans le deuxième et dans le dernier, ce n’était pas facile de gagner du temps. J’ai pensé à l’attaquer mais je n’avais pas assez de marge, donc c’était mieux de terminer deuxième : même quand vous essayez de rattraper un pilote pour la victoire, cela veut dire que vous êtes deuxième donc vous ne voulez pas commettre la moindre erreur. Deuxième, c’est très bien ! Globalement, la course a été meilleure que ce à quoi je pouvais m’attendre hier, car j’ai pu voir que j’avais un bon contrôle de l’arrière. Parfois ça glissait mais parfois je pouvais le faire rester au sol pour suivre les autres. Donc c’était bien, mais en essayant de ne pas commettre d’erreur en début de course, je pense que j’ai perdu quelques positions, car les autres attaquaient également. J’ai eu Aleix Espargaró puis j’ai eu également, et après ça j’ai dû commencer à être davantage agressif pour ne plus perdre de position et utiliser mon bon feeling. Avec Jack, cela a été exactement la même chose et il a été difficile de le doubler car il freine fort au premier virage et il a une bonne moto donc je ne peux pas le doubler dans la ligne droite. Je pense donc avoir perdu un peu de temps et les pneus ont également un peu trop chauffé derrière lui. Mais j’ai été heureux de le doubler, puis d’essayer de rattraper Fabio et Joan Mir. Là encore, cela m’a coûté beaucoup d’énergie : j’ai pu le faire mais c’est peut-être pourquoi j’étais vraiment à la limite en fin de course. Simplement apprécier le podium a été parfait ! »

Course après course, vous êtes très régulier et vous avez réduit votre écart au championnat…

« Je suis très satisfait de la situation au championnat pour le moment. Quand j’ai pu doubler Joan Mir et être sur le podium, j’ai pensé que ce serait parfait d’être au moins devant Fabio pour rattraper des points sur lui. J’ai été surpris quand il a rencontré ce problème avec son cuir. Je ne sais pas vraiment ce qui s’est passé mais j’étais derrière lui quand il a enlevé sa protection pectorale au virage trois. Il était juste derrière Miguel et je me suis demandé ce qu’il faisait : peut-être qu’il avait une douleur au bras, je ne comprenais pas. Mais quand j’ai vu ça, j’ai compris qu’il perdait du temps. Il y a alors eu ce moment où je me suis dit que c’était bien et que je pouvais le doubler. Donc c’est bien pour le championnat, mais je ne veux pas trop y penser et rester concentré sur la course, et pourquoi pas y obtenir une victoire. Je pense que c’est la meilleure manière de rester concentré jusqu’à la fin. C’est un bon dimanche et je n’ai pas grand-chose d’autre à dire. »

Vous avez obtenu quatre deuxième places. La victoire vous manque-t-elle ?

« Ce serait bien de gagner, mais pour moi, une deuxième place et 20 points c’est formidable. Je ne m’inquiète pas trop pour la victoire et je ne me mets pas trop de pression là-dessus car je crois que cela pourra arriver quand tout sera encore plus sous contrôle. Nous verrons bien mais je progresse toujours sur la moto, et c’est une belle sensation. Je sens que la Ducati a un potentiel énorme et c’est pourquoi j’essaie de mon mieux de l’utiliser, à chaque fois le mieux en mieux, et quand j’aurai un bon contrôle de toute la situation, j’aurais peut-être la victoire à porté de main. »

Casey Stoner a déclaré que Fabio Quartararo aurait dû être disqualifié à cause de son cuir ouvert. Qu’en pensez-vous ?

« Concernant Fabio et un drapeau noir… Je pense que ce n’était pas dangereux pour nous mais peut-être plus dangereux pour lui. On ne peut pas courir avec une combinaison ouverte. Au moins, enlever la protection pectorale et refermer la combinaison, oui, car la protection ne fait pas tout, mais  simplement avec la combinaison ouverte, cela peut être très dangereux. Donc un drapeau noir pour sa propre sécurité, de cette façon cela peut avoir du sens. »

Vous semblez utiliser la même stratégie que Joan Mir l’année dernière, avec plus de régularité que de victoires…

« L’année dernière, Joan Mir a été un bon exemple de ce genre de stratégie, mais ce n’est pas la stratégie que nous avons en début de weekend. Nous essayons vraiment de faire au mieux pour être en mesure de gagner, mais je vois encore que quelque chose manque. Certains disent que j’aurais peut-être pu gagner avec un demi-tour ou un tour de plus, mais je pense que 24 tours étaient suffisants pour chacun de nous. Je dois simplement être un peu plus rapide au début, ce que je n’ai pas été. Si cela me procurait un avantage en fin d’année, j’en serais le premier heureux, mais nous devons clairement être prudent avec Fabio : il a été très rapide ce weekend et je pense que sans ce problème… Je pense qu’il attendait peut-être derrière Miguel pour l’attaquer quand il a eu le problème, donc nous avons pris l’avantage. Mais le plus important est de rattraper des points sur lui en ce moment, pas la victoire. »

 

Avez-vous pu vous servir des écrans géants qui viennent de refaire leur apparition ?

« C’est vrai que parfois on peut jeter un œil sur les écrans mais cette fois je ne les ai même pas vus. Ils étaient placés là où c’était trop difficile de contrôler la course avec eux aujourd’hui. »

Avez-vous été surpris par le fait que la KTM soit si rapide aujourd’hui ?

« Il est difficile de dire surpris car j’ai davantage été surpris au Mugello par les progrès qu’ils ont faits. Quand j’ai pu le voir en tête de la course, cela a été une bonne confirmation et j’ai alors espéré qu’il ne pourrait pas s’échapper comme il aime le faire, comme à Portimão : avec la façon dont il l’a fait, il était intouchable ! Je pense qu’aujourd’hui il était possible de le battre. Il manquait simplement quelques éléments, mais au moins j’ai pu essayer et y penser, donc c’était bien. Mais la surprise a été au Mugello, où KTM a fait un énorme progrès et Miguel a su en tirer avantage. »

 

MotoGP Catalogne Barcelone Course : classement

Crédit classement et photo: MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing