En ce dimanche 6 juin 2021, Marc Márquez a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Barcelona-Catalunya à l’issue du Grand Prix de Catalogne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui a chuté pour la troisième fois consécutive en course, après avoir réalisé pourtant un bon début d’épreuve, qui l’a vu remonter de sa 13e place sur la grille à la sixième en l’espace de quelques tours.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Marc Márquez sans la moindre mise en forme.

 


 

Marc, de quoi parlez-vous avec Honda en ce qui concerne l’amélioration de la moto ? Qu’est-ce qui figure en haut de vos priorités ?

« Progresser, c’est plus facile à dire qu’à faire. Ce qui est vrai c’est que du point de vue de l’accélération nous ne parvenons pas à avoir suffisamment d’adhérence, et à l’opposé en entrée de virage nous ne pouvons pas freiner la moto correctement en raison de ce même manque de grip. Ce sont des problèmes qui ont trait à deux secteurs différents, mais je pense que la façon de les résoudre est la même.
Lors des freinages, nous sommes obligés de beaucoup nous incliner, et quand vous vous inclinez beaucoup il vous arrive ce qu’il m’est arrivé aujourd’hui [sa chute en course]. D’un autre côté comme je l’ai dit nous perdons beaucoup du point de vue de l’accélération car nous n’avons pas suffisamment d’adhérence. Et si vous perdez du temps à l’accélération, cela signifie que vous allez en perdre durant toute la ligne droite. Tout cela mis bout à bout, ça n’aide pas sur toute la distance d’une course. »

 

« Tous les problèmes mis bout à bout, cela n’aide pas sur la distance d’une course »

Que s’est-il passé lors de votre chute ? C’est votre troisième d’affilée en course, est-ce liée aux problèmes que vous venez d’évoquer ou bien vous étiez tout simplement trop à l’attaque à ce moment-là ?

« Aujourd’hui j’ai pris du plaisir et j’ai pas mal attaqué, j’étais le “vrai Marc”. Ce furent mes sept meilleurs tours de l’année jusqu’ici, car j’ai pu piloter comme je le voulais. Quand j’étais sur la grille, je me suis décidé à prendre des risques en course, peu importe où nous nous situions et d’où nous partions. Je pense qu’aujourd’hui c’était le moment de prendre des risques, car gérer les pneus et le carburant juste pour finir 12 ou 14e, cela n’avait aucun intérêt. »

« Aujourd’hui, j’étais le “vrai Marc »

»

« J’ai donc attaqué dès le début, j’ai fait quelques dépassements, j’ai pris du plaisir et ensuite j’ai vu tout le monde prendre son rythme. Je savais qu’il y aurait trois ou quatre tours qui allaient être critiques, lorsque nos concurrents allaient courir dans la fenêtre basse des 1’40, ce qui ne correspondait en rien au rythme que j’étais capable de soutenir. Mais je me suis dit que si je parvenais à tenir le coup pendant ces trois tours, alors je serai capable de rester avec eux pour tout le restant de la course. »

« Le problème c’est que sur ces trois tours j’ai pris trop de risques. Ce qui s’est passé est facile à comprendre : j’étais derrière Aleix [Espargaró] et j’ai perdu beaucoup de temps à la sortie du virage 2, puis j’ai perdu encore un peu de terrain dans le virage 4, puis encore à l’accélération en sortie du virage 5, même chose à la fin du virage 9… et puis ensuite j’ai chuté lors d’un freinage. »

« C’est vrai que ce ne fut pourtant pas un très gros freinage. J’en veux pour preuve que Viñales était derrière moi et a freiné encore plus fort, mais lui a été capable de bien ralentir, ce qui n’a pas été mon cas. La suite est simple : j’ai perdu l’avant et je suis tombé. Je ne suis donc bien sûr pas content de mon résultat, mais je suis tout de même satisfait de la façon dont se sont déroulés ces sept tours. Je préfère ça que finir la course, mais loin. »

 

 

Qu’attendez-vous de la journée d’essais prévue demain, notamment du point de vue de votre condition physique ?

« A Jerez j’avais eu un très gros accident le samedi, et ma condition physique était bien pire qu’à présent. Ce qui est étrange c’est que sur ces deux dernières courses les choses se sont passées à l’envers par rapport à d’habitude : aucune chute lors des essais mais plutôt en course, ce qui est finalement normal car dans les deux cas je n’avais pas encore éprouvé les limites de ma machine. »

« Cela mis à part, aujourd’hui nous n’avons couvert que sept ou huit tours. Donc le problème au niveau de mon physique pourrait survenir dans l’après-midi, mais le matin je pense que je vais pouvoir mener les essais normalement. Pour nous la journée de demain sera bien plus important qu’aujourd’hui. Ce que je veux dire c’est que demain est la journée qui va être vraiment cruciale pour nous, nous devons essayer plusieurs choses sur la moto, simplement pour améliorer notre compréhension des choses. Il est clair que nous n’allons pas être une demi seconde plus rapide d’un seul coup, mais ce sera une journée déterminante pour l’avenir. »

« La journée d’essais prévue demain sera vraiment cruciale »

 

 

MotoGP – Catalogne : Résultats de la course

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team