David Muñoz est la dernière carte sortie de la manche d’un Valentino Rossi qui, à plus de 40 ans, veut toujours rester dans la partie du MotoGP. Une redistribution dans son box pour répondre à la nouvelle donne initiée par Fabio Quartararo qui a déjà donné un coup de fouet à Maverick Viñales. Ce nouveau chef-mécanicien, du même âge que son pilote, est-il un joker ou l’atout maître qui manque au Doctor ? Les pilotes qui l’ont côtoyé pencheraient plutôt pour la seconde hypothèse…

David Muñoz officie actuellement comme chef mécanicien de Nicolò Bulega au sein du team Sky VR46 de Moto2. Une position intéressante mais discrète qui est bien différente de celle qui l’attend en 2020. Le Catalan de 41 ans remplacera en effet Galbusera au poste de chef mécanicien de Valentino Rossi.

« Bien sûr, je suis heureux de cette opportunité que m’offre Valentino », a-t-il déclaré à Motogp.com. « Je ferai de mon mieux, jusqu’à Valence, je me concentrerai uniquement sur mon rôle dans l’équipe Sky. Évidemment je n’ai aucune expérience en MotoGP, il va falloir que j’apprenne beaucoup. » Une humilité et une prudence qui n’inquiètent cependant pas plus Yamaha que Vale. Car l’homme n’est pas non plus un débutant.

Dans le passé, il a rejoint Pecco Bagnaia, a travaillé avec l’équipe de Sito Pons, était mécanicien de Pablo Nieto, Maverick Viñales, Álex Rins et Jorge Lorenzo. Et tous ces hommes gardent un bon souvenir du David Muñoz. Avec Pecco Bagnaia, il a remporté le titre mondial de Moto2. « Il est l’un des meilleurs techniciens en chef avec qui j’ai travaillé » déclare le pilote de l’équipe Pramac Racing. « Même sur le plan personnel, travailler avec lui est un plaisir, je connais son potentiel et il mérite cette opportunité. »

Un bon souvenir que nourrit également Jorge Lorenzo : « en 2002, il était mon premier mécanicien, quand j’avais 15 ans », a déclaré Lorenzo. « Je n’ai travaillé avec lui que cette année-là, mais c’est un bon garçon, calme et professionnel. » Álex Rins a collaboré avec David Muñoz pendant un an lorsqu’il était dans les classes intermédiaires « C’est certainement un bon responsable technique, car il est très intelligent. Maintenant qu’il a plus d’expérience parce qu’il a remporté le championnat du Monde, il doit attendre et voir ce qui se passe en MotoGP. Je suis content qu’il ait cette opportunité. »

Il ferait donc presque l’unanimité. Nous verrons sa plus-value en 2020. Quant à Galbusera, il ira s’occuper du team test européens de Yamaha qui doit encore se déterminer sur le nom de son pilote.



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP