Les choses bougent dans les coulisses du Grand Prix de France qui finalise visiblement les négociations en vue de la constitution de la grille de départ à l’horizon 2022-2026. En jeu, les motos disponibles pour trois écuries à vocation satellite. Il s’agit de Petronas, Gresini et des futures couleurs Aramco VR46. Ce sont ces dernières qui mettent un peu la panique, et sèment même la discorde avec une proposition alléchante de Yamaha qui met Petronas dans une colère noire. Sinon, il ne reste que des Ducati et des Aprilia…

Suzuki n’est pas entré dans le jeu, et chez Honda les effectifs sont au complet à l’instar de KTM. Chez Yamaha, il y a deux M1 encore disponibles et il y aura autant de RS-GP chez Aprilia. En revanche, chez Ducati, on serait prêt à monter à huit machines…

Une inflation due aux dernières rumeurs Yamaha et au vu de la tension palpable, Dorna a donné son quitus à Ducati pour un projet à huit Desmosedici. Pour qui et avec quoi ? Au Mugello sera annoncé le renouvellement avec Pramac, qui restera la première référence Ducati et disposera de deux motos officielles pour Jorge Martin qui a un contrat jusqu’en 2022, et très probablement aussi pour Johann Zarco, sur lequel l’équipe rouge a une option à lever d’ici la pause estivale. Le Français aurait tout de même sondé Yamaha au cas où selon la Gazzetta dello Sport.

Avec Ducati se joue l’avenir de Bastianini

Dans les négociations avec la VR46, qui aurait le droit de choisir les pilotes, Borgo Panigale propose une GP22 pour Luca Marini plus une GP21 sans doute pour Marco Bezzecchi, mais la même option est sur le bureau de Nadia Padovani, veuve de Fausto et récemment PDG de l’équipe Gresini, et de Carlo Merlini, qui gère les négociations. Sur les deux pilotes, la certitude est Fabio Di Giannantonio, qui avait déjà un accord pour 2022 avec Fausto. L’autre dépendra du constructeur avec lequel il signera et ce sera Enea Bastianini si l’affaire est conclue avec Ducati.

De son côté, Aprilia attend une réponse d’Andrea Dovizioso, afin de comprendre si l’Italien a l’intention de revenir à la compétition. Sinon, Noale est prêt à miser sur Raul Fernandez et Joe Roberts, qui s’est déjà vu offrir la possibilité de passer en MotoGP à la fin de 2020. Quant à l’équipe satellite, la seule négociation est avec Gresini, qui s’est vu proposer les motos avec les dernières évolutions de 2021 à un prix inférieur à celui de Ducati, qui, cependant, offre également un certain nombre d’ingénieurs. Autant de discussions qui devraient se poursuivre au Mugello dans le cadre du Grand Prix d’Italie



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini, Ducati Team, Petronas Yamaha Sepang Racing Team