La saison 2020 de MotoGP aura bel et bien lieu. Les efforts de Dorna, l’entêtement de son patron Carmelo Ezpeleta et la solidarité du paddock ont permis de rendre possible ce qui semblait inenvisageable il y a seulement deux mois. Seulement attention : tout est fragile. Le plus dur, en fait, reste à faire. Car tout tient en un protocole sanitaire strict qu’il va falloir respecter scrupuleusement. Le Dr Angel Charte, responsable médical de Dorna, prévient les équipes qu’il ne laissera rien passer…

Il sera un des hommes clés de cette saison MotoGP, et c’est le Coronavirus qui l’a ainsi monté en grade dans l’organigramme du paddock. Il s’agit du Dr Angel Charte, responsable médical de Dorna, qui n’a plus seulement pour fonction le suivi de l’état physique du pilote qui s’est blessé, mais carrément l’expertise sanitaire de tout un paddock dans une période de pandémie. Ce qui exige un protocole, de la discipline, et un isolement du monde extérieur…

Sans ça, c’est la fin de la fête, avec de lourdes conséquences sportives et économiques. Alors, à maintenant un mois de la reprise de la compétition sur le tracé de Jerez qui aura des airs de camp retranché, le toubib passe fermement ses consignes… « si la première course a lieu le 19 juillet, tous les membres du paddock devront passer les tests le vendredi 10 juillet, rester à la maison ce week-end et aller à Jerez lundi » commence Angel Charte.

“Il y a beaucoup d’enjeux”

« Nous ne voulons pas de bêtises ou d’indiscipline, mais que tout le monde soit extrêmement scrupuleux. Il y a beaucoup d’enjeux. Nous avons créé une application, une base de données, où chaque chef d’équipe fournira les données de tous les membres de l’équipe tous les jours à sept heures du matin » explique le Doc. « Ceci afin que je puisse les examiner et donner le feu vert, en commençant la journée en sachant que nous sommes tous en bonne santé. A ce moment-là j’aurai la température de chaque habitant du paddock et je saurai s’ils ont des symptômes ou pas ».

On rappellera pour plomber encore un peu plus l’ambiance que les Grands Prix se dérouleront à huis-clos. Mais c’est le monde d’après…