Ducati a révélé ses couleurs et ses troupes pour la saison 2020. Au vu des effectifs et de l’uniforme, il semble qu’il n’y ait rien de neuf sous le soleil, mais entre le général Gigi Dall’Igna et son soldat de choc Andrea Dovizioso, on remarque comme un manque de cohésion. Ainsi, alors que le pilote réclame depuis des années un châssis qui lui permettrait de passer rapidement dans les courbes plutôt qu’un moteur surpuissant, l’ingénieur n’a pas caché lors de cette cérémonie qu’il n’avait pas ménagé ses efforts pour renforcer encore la cavalerie mécanique de la Desmosedici…

Quelle est véritablement l’ambiance chez Ducati ? Des déclarations prises séparément, on suspecte comme un dialogue de sourds entre Andrea Dovizioso et Gigi Dall’Igna. Le premier a une revendication précise en matière de priorité dans le développement qui ne semble pas être exactement la priorité du second. Le directeur de Ducati Corse a ainsi présenté sa nouvelle GP20 : « je pense que la performance du moteur est un outil pour gagner des courses. Honda a amélioré le moteur et les vitesses maximales la saison dernière. Nous aimerions refaire la différence que nous avions ces dernières années. » Une volonté qui ne va pas dans le sens d’un Dovizioso qui avait déclaré au cours de la saison passée qu’il était plus facile de trouver de la puissance moteur que de mettre au point un châssis agile dans les courbes…

Cependant, le même Dall’Igna ajoute : « nous travaillons non seulement sur le moteur, mais nous accordons une certaine attention au reste afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles. » Mais quelle sera la nouvelle puissance du moteur V4 de la Desmosedici ? Il ne devrait théoriquement plus lui manquer grand-chose pour atteindre les 300 ch. « Il est difficile de donner la valeur exacte. Les performances du moteur ? Je suis satisfait des valeurs que nous avons pu atteindre au cours de l’hiver », commente diplomatiquement Dall’Igna. Les initiés ont divulgué que la Ducati avait plus de 280 ch sur le vilebrequin il y a deux ans. Il est donc concevable que la marque des 300 ch soit déjà atteinte.

Mais les performances ne fonctionnent pas si elles ne peuvent pas être converties en propulsion. Les pneus sont-ils le facteur limitant ? « Michelin a fait un très bon travail ces dernières années pour améliorer les performances et la durabilité des pneus. Les nouveaux pneus arrière que nous utiliserons cette saison sont une avancée par rapport aux pneus précédents », a déclaré Dall’Igna qui met ainsi le doigt sur un aspect occulté mais qui risque de s’avérer incontournable.

 

 

 

« La recherche de performances moteur est importante. Les performances au tour sont suffisantes pour jouer la course, la vitesse globale vient en premier, mais la vitesse de pointe est tout aussi importante car il est plus facile de vaincre les adversaires en ligne droite plutôt qu’en virage » insiste un Dall’Igna qui semble comme répondre aux revendications d’Andrea Dovizioso… D’ailleurs, il enfonce ainsi le clou : « ce sont des problèmes différents auxquels sont confrontés différents techniciens. Mais travailler sur le châssis n’empêche pas le développement continu du moteur. »

Cette mise au point étant faite, Dall’Igna s’ouvre sur le travail global effectué, en laissant entendre que d’ici le premier Grand Prix au Qatar, la GP20 surprendra… « Les innovations sont nombreuses à tous points de vue : châssis, moteur et aérodynamique. Nous avons travaillé et travaillerons toujours sur le cadre, sur le bras oscillant, l’aérodynamique va changer. Le règlement ne vous permet plus de faire de grosses évolutions dans ce domaine, nous sommes coincés de ce point de vue, mais nous avons travaillé pour nous améliorer. Nous verrons lors des tests si nous avons fait du bon travail. »

Nous verrons donc les premiers résultats de ces recherches à compter du 7 février du côté d’un tracé de Sepang qui sonnera la rentrée du MotoGP dans cette année 2020…



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team