Dans ce nouveau questions-réponses du Team Suzuki Ecstar, le pilote d’essai MotoGP Sylvain Guintoli parle de ses fonctions pour Suzuki Motor Corporation avec la GSX-RR, de son nouveau rôle dans le team Yoshimura SERT Motul du Championnat du Monde d’Endurance, ainsi que de son activité de présentateur pour la chaîne britannique BT Sport.


Sylvain, vous êtes vraiment devenu un maître du multitâche. Appréciez-vous ce nouveau style de vie ?

Sylvain Guintoli : « Oui, je suis très occupé et c’est passionnant, parce que j’ai mon rôle principal, qui est d’essayer les MotoGP pour Suzuki, et puis cette année j’ai ajouté le Championnat du Monde d’Endurance (EWC) qui est un défi très agréable pour moi parce que c’est un retour à la compétition à plein temps, ce qui est très motivant pour moi. Et puis il y a aussi la télévision. Ces dernières années, j’ai fait des “wildcards”, des apparitions en tant que présentateur et commentateur sur certaines courses. Mais récemment, je l’ai fait de plus en plus parce que j’aime vraiment le faire, et c’est vraiment intéressant pour moi de voir le travail des deux côtés. C’est donc très, très prenant, mais les motos sont mon univers, donc je n’ai pas l’impression de faire quelque chose de fou ou d’excessif; j’ai juste l’impression d’avoir beaucoup de casquettes différentes. »

Qu’est-ce que vous trouvez le plus difficile, quel est le rôle dans lequel il est le plus difficile de se glisser ?

SG : « Je les apprécie tous bien maintenant, au début le rôle à la télévision avec BT Sport était assez difficile parce que ce n’est pas facile d’être devant la caméra quand vous êtes en direct et que vous devez poser des questions, surtout dans la pitlane où il y a beaucoup de bruit. Et vous devez vous concentrer pour être dans l’action; Le direct est quelque chose de spécial. Je dirais donc que c’est ça qui a demandé le plus de temps pour comprendre comment le faire correctement. Mais au bout d’un moment, une fois qu’on s’y est habitué, ça devient vraiment amusant. Je trouve cela fascinant d’un point de vue technique aussi et j’aime découvrir comment toutes les motos fonctionnent et comment les pneus fonctionnent pour chacune d’elles. C’est un peu geek mais je trouve que tout ce qui concerne le monde de la moto est fascinant. Mais pour être honnête, faire de la moto est la seule chose que je sais vraiment faire, parce que je le fais depuis 25 ans, alors ça me semble presque “facile” maintenant. »

Vous devez être neutre lorsque vous travaillez pour la télévision. Est-ce que c’est difficile quand vous devez venir dans notre stand et interviewer (le directeur du team) Shinichi Sahara par exemple, et poser des “questions inconfortables” ? Des questions qu’en tant que pilote d’essai vous savez qu’il est préférable de ne pas poser, mais que vous devez poser parce que vous êtes aussi journaliste…

SG : « En fait, cela ne s’est pas vraiment produit. Je sais ce que c’est que d’être de l’autre côté, alors j’essaie d’être très respectueux et de ne pas poser de questions embarrassantes ou difficiles. Je préfère toujours donner une tournure positive à tout, et demander aux gens le bon côté des choses. Qu’il s’agisse d’une question pour Suzuki ou pour n’importe qui d’autre. Je veux montrer le MotoGP d’une bonne manière et je veux le faire en faisant en sorte que les gens se sentent à l’aise pour me parler. »

D’une certaine manière, tous vos métiers sont liés : Par exemple, être pilote d’essai du MotoGP vous aide dans l’endurance et cela vous aide aussi pour interviewer les gens. Pouvez-vous expliquer comment chaque rôle se complète ?

SG : « Ce n’est jamais complètement séparé, il y a toujours beaucoup de parallèles. Par exemple les MotoGP, les Superbikes et les motos d’endurance sont très différentes mais il y a toujours un lien entre elles, un de vos rôle peut toujours vous inspirer dans l’autre. Vous trouvez toujours des facteurs intéressants que vous remarquez et dont vous tirez des enseignements. J’ai appris des choses en endurance qui pourraient changer ma façon de piloter une MotoGP, ou l’inverse. La vie est toujours une journée d’école, on apprend toujours, même après tant d’années. La MotoGP est en constante évolution et c’est la même chose en Endurance, donc dans ce sens, le multitâche est génial car vous pouvez toujours apporter de nouvelles idées et aider chaque projet à avancer. »

Vous devez faire beaucoup de tours en tant que pilote d’essai, donc dans ce sens les test en MotoGP sont déjà une activité d’endurance ?

SG : « Oui, c’est un très bon entraînement, car vous faites beaucoup de tours en tant que pilote d’essai, parfois jusqu’à 100 tours. Dans la course d’endurance du Mans, sur une durée de 24 heures, chaque pilote fait environ 300 tours. Il faut être capable de rester concentré, de garder sa vitesse et de garder la tête froide, donc c’est vraiment un bon entraînement ! »

Le MotoGP est-il plus exigeant physiquement que l’endurance ?

SG : « La moto de GP est plus rapide et freine plus fort; Elle prend aussi les virages plus vite. Mais la moto d’endurance est plus lourde et, d’une certaine manière, plus difficile à manier. Il est difficile de les comparer car elles sont très différentes et nécessitent des techniques différentes, mais il est certain qu’elles sont toutes deux physiquement exigeantes. »

La force physique sur la moto est une chose, mais comment faites-vous face à l’aspect trépidant de votre travail : Vous prenez souvent l’avion, vous voyagez, vous travaillez dur. Avez-vous le temps de faire des choses normales comme téléphoner à votre famille lorsque vous êtes sur la route ?

SG : « Nous essayons de le faire autant que possible. Évidemment ce mois de juin a été très chargé avec les courses, les voyages et les essais, donc pour le moment je ne peux pas passer autant de temps que je le voudrais avec ma famille. Mais cela fait partie du travail et ma famille le comprend. Et d’un autre côté, il y aura des moments où je pourrai passer beaucoup de temps avec eux quand il y aura moins de courses et de travail. Mais c’est la vie, quand je suis absent, je travaille dur et c’est intense, mais ensuite, quand vous êtes en congé, vous pouvez passer des moments précieux et privilégiés avec votre famille. L’année dernière, comme beaucoup de gens, j’ai passé beaucoup de temps à la maison, ce qui était agréable pour être avec mes proches. Mais même cette année, il y a des périodes sans trop d’engagements, par exemple il n’y a pas de courses MotoGP en juillet et juste une course d’endurance à Estoril. C’est par intermittence et vous devez faire avec. »

Comment vous détendez-vous après une période aussi intense et riche en action ?

SG : « Je ne me détends pas vraiment ! Je n’ai pas vraiment de jour où je me dis “ahh, je me détends aujourd’hui”. Je fais juste les choses normales, un peu d’exercice mais un exercice plus léger que lorsque je m’entraîne vraiment. Je me détends aussi avec les enfants et la famille, je passe de bons moments et je rigole. Se détacher de l’entraînement intense, bien manger et passer du temps avec sa famille et ses amis est une bonne façon de se détendre; C’est tellement bon pour le corps et l’esprit. »

En parlant de famille, vous avez six enfants: quelle est la première chose qu’ils vous demandent lorsque vous êtes loin de chez vous ?

SG : « Comme tous les enfants, ils veulent des câlins de leur père, ils veulent être proches et passer du temps à faire des choses ensemble. Après que j’ai été absent, ils n’exigent rien ou ne demandent rien; ils veulent simplement être avec moi. C’est tellement agréable, et j’y attache une grande importance. »

Est-il difficile, d’un point de vue mental, de passer d’une activité à une autre ? Devez-vous passer mentalement d’une activité à l’autre ou cela se fait-il tout seul ?

SG : « Oui, c’est vraiment fluide. Je connais très bien la GSX-RR et quand je monte dessus, c’est comme un interrupteur automatique dans ma tête: je me concentre immédiatement pour faire des tours et donner du feedback à l’équipe. La moto d’endurance, la GSX-R1000R, est similaire. Je pense qu’après avoir tant roulé durant ma carrière, il est assez naturel de monter sur n’importe quelle moto. Ensuite, vous vous adaptez rapidement à l’équipe qui vous entoure parce que nous nous connaissons tous bien. Et avec la télévision, on s’adapte tout simplement et je suis toujours excité de penser à ce que je vais reporter le week-end, donc dès que j’arrive, je pense : “Quoi de neuf ? Qui est en bonne forme ? Comment sera la course ?”. »

Vous êtes champion du monde, certains pilotes se calment après avoir remporté un titre, pour diverses raisons. Mais dans votre cas, vous êtes toujours plein d’activités et de projets. Est-ce un choix délibéré de vous tenir occupé ou est-ce une question de ce que la vie vous a offert et des chances qui vous ont été données ?

SG : « Cela fait longtemps que je n’ai pas été champion du monde ! (rires). Je pense qu’au bout du compte, tout dépend de ce que l’on veut faire et de la motivation que l’on a, ainsi que de l’investissement que l’on veut faire dans son travail. Je suis le genre de personne qui, si je commence quelque chose, je veux y aller à fond. Je veux m’y engager pleinement et fournir un maximum d’efforts. Quand j’ai commencé les essais avec Suzuki en 2017, j’ai dit à l’équipe “je veux tout donner, je veux le faire pleinement, et me concentrer à 100% sur le travail” et Sahara-San a dit “Oui, allons-y ! Faisons comme ça !”. »
« C’était la même chose avec l’endurance; Nous avons décidé de faire de la course, donc nous y produisons beaucoup d’efforts, et avec le SERT (Sarthe Endurance Racing Team) nous donnons notre maximum, et cela a payé au Mans avec la victoire. Ce n’est pas parce que vous vous engagez dans quelque chose dans la vie que cela signifie automatiquement que de bonnes choses en sortiront, mais je pense que les chances d’atteindre ce que vous voulez sont accrues lorsque vous essayez fort. »

Le Team Suzuki Ecstar en MotoGP est connu pour avoir une atmosphère familiale, avec une équipe très soudée et en harmonie. Est-ce la même chose avec le SERT ? Pensez-vous qu’il s’agisse d’une philosophie Suzuki ou simplement d’une approche du Team Suzuki Ecstar ?

SG : « Cette équipe, le Team Suzuki Ecstar, a créé un environnement de travail parfait, car elle a le statut d’usine à part entière et tout le travail rigoureux qui en découle, ainsi que l’éthique de travail qui vient du côté japonais. Et vous avez aussi le côté européen qui complète bien le tout. Suzuki était un outsider quand il est revenu dans le championnat, mais tout le monde était très déterminé, même si ce n’était pas la plus grande des équipes. Je pense que cela a créé une forte solidarité et un bel état d’esprit  parmi les membres de l’équipe, et cela demeure, même après avoir remporté le titre l’année dernière. L’équipe SERT a une longue histoire mais cette dernière collaboration (Yoshimura SERT Motul) est aussi une nouvelle aventure et d’après ce que je peux dire jusqu’à présent, en tant que nouveau pilote de l’équipe, l’atmosphère est fantastique et je sens que c’est un état d’esprit Suzuki : Les deux équipes sont motivées par la même philosophie. »

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Sylvain Guintoli

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar, Yoshimura SERT Motul