Après le douzième Grand Prix de l’année qui a eu lieu à Silverstone, Fabio n’en est qu’à utiliser son quatrième moteur, et il est le seul dans ce cas car ses collègues en sont tous à leur cinquième, sinon à leur sixième, alors qu’ils n’en ont droit qu’à sept par saison.

Pour plus de précision, si certains pilotes d’usine disposent de sept moteurs neufs différents, au niveau des teams satellites il arrive fréquemment qu’un pilote ait à sa disposition cinq moteurs, dont deux sont reconditionnés par le constructeur en cours de saison, ce qui amène au même total de sept. A titre indicatif, un sixième et un septième moteurs neufs peuvent être disponibles, à 250 000 euros pièce environ.

Dans le cas de Fabio, on ne peut qu’admirer le soin avec lequel il utilise son matériel. A titre de comparaison, son coéquipier Franco Morbidelli s’est servi en Angleterre de son cinquième bloc propulseur (pour les FP3, FP4, Q2, warmup et course), tout comme Valentino Rossi (qui a un moteur retiré depuis la FP3 de Brno) et Maverick Viñales.

Si le talent de Quartararo est évident dans la sauvegarde de ces moteurs, il faut noter qu’il dispose d’un petit avantage avec un régime qui est inférieur de 500 tr/mn par rapport aux trois autres Yamaha. Et du coup ce qui est un handicap dans les lignes droites en vitesse de pointe devient un avantage pour la longévité.

Si l’on compare les vitesses de pointe des quatre Yamaha lors de la course du GP d’Autriche (impossible à faire pour Silverstone avec hélas la chute dans le premier virage), on constate 309,4 km/h pour Morbidelli, 308,5 pour Viñales, 306,8 pour Rossi et 302,5 pour Quartararo qui disposait ce jour-là de la moins rapide de toutes les motos du plateau.

D’autres sont moins soigneux que Fabio, et la palme dans ce domaine revient à Andrea Iannone comme on peut le voir sur le tableau ci-dessous.

Ci-dessus : Fabio a utilisé à Silverstone son quatrième moteur pour deux séances d’essais libres, la Q2, le warmup et la course.

Ci-dessus : Andrea Iannone a déjà deux moteurs qui ont été retirés de son allocation, et il a utilisé son sixième moteur pour le warmup et la course de Silverstone.

Ci-dessus : Les vitesses de pointe lors de la course du GP d’Autriche, dont “El Diablo” a terminé troisième.

Graphiques et tableau © Dorna

Photo © Petronas Sepang Racing Team



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team