Fabio Quartararo parle en exclusivité à Solomoto.es de ses débuts dans le monde des sports mécaniques et analyse point par point toute sa carrière sportive.

Par Mar Fucho González / Motosan.es

Fabio Quartararo est l’un des pilotes les plus remarquables de la grille MotoGP actuelle, avec un titre sur son CV dans la catégorie reine et avoir été sur le point de conserver ce titre en 2022. Le Français a fait fureur dans son pays. Enfant, il était déjà considéré comme un prodige et, à l’âge de quatre ans, il a commencé sa carrière dans le monde de la moto, qui allait décider tout ce qui lui adviendrait plus tard.

 

 

Comme on dit, les débuts ne sont jamais faciles et, pour Quartararo, ils ne l’ont pas non plus été. Dès son plus jeune âge, il montrait déjà des signes de succès, et afin de courir avec les meilleurs, à l’âge de 13 ans, il est venu en Espagne pour participer au CEV. « En France, il n’y avait pas le même niveau. En Espagne, par contre, de nombreuses courses étaient organisées avec 50 pilotes et un bon niveau. Je suis venu seul pour vivre à Altea. À cette époque, je me battais déjà avec Pecco Bagnaia, Álex Márquez, Álex Rins… », explique le Français, devenu à 15 ans champion Moto3 du FIM CEV Repsol où « Jorge Navarro était mon plus grand rival ».

Lorsque le numéro « 20 » est arrivé dans le championnat du monde MotoGP, le règlement a été modifié pour qu’il puisse y participer à l’âge de 15 ans. Un événement qui, pour le jeune coureur, « a causé plus de stress que de motivation, j’ai souffert de blessures et pris de mauvaises décisions ». La période en Moto3 n’a pas été très positive pour Fabio, qui n’a réussi que deux podiums lors des deux saisons qu’il a passées dans la catégorie. « Un peu comme ce qui est arrivé à Alonso López en Moto2 cette année », a ajouté le pilote actuel de Yamaha dans une interview exclusive avec Solomoto.es.

Un passage décevant dans la catégorie intermédiaire
En 2017, il a fait le saut en Moto2 avec Pons HP 40, où il n’a pas non plus réussi à monter sur le podium. L’année suivante, il change d’équipe pour porter les couleurs de Speed Up Racing dans le but de franchir une nouvelle étape dans sa carrière. Cette année-là, il s’est amélioré petit à petit jusqu’à obtenir une victoire à Montmeló, « à partir de 2018, j’ai commencé à remonter ».

Malgré une mauvaise période en Moto3 et Moto2, l’option d’abandonner n’a jamais effleuré l’esprit du Français. « J’ai toujours eu dans ma tête la concentration nécessaire pour continuer, même dans les pires moments. Je me suis toujours battu, je pensais que j’étais bon pour ça et j’aimais ça. Ma seule option était de devenir un pilote de MotoGP », souligne le jeune homme de 23 ans.

Finalement, l’objectif a été atteint et en 2019, Quartararo est passé en MotoGP avec Yamaha. Cependant, beaucoup de gens ont accusé le Français de ne pas être prêt pour un si grand défi, « 98% des gens pensaient que je ne méritais pas une place en MotoGP. Il était temps de bien faire, sinon en deux ans j’aurai été dehors. J’ai saisi cette opportunité et j’ai tout donné, j’étais super concentré et les résultats sont venus », a déclaré le Français, qui pour sa première année chez Petronas a obtenu sept podiums et a été le meilleur rookie de la saison, terminant cinquième pour sa première saison en MotoGP.

Pour Fabio, les pilotes qui l’ont le plus surpris sont Marc Márquez et Andrea Dovizioso. Cependant, il avoue que, dans son enfance, « mon pilote préféré était Rossi et, en grandissant, Marc Márquez. Et encore plus ces dernières années. J’ai beaucoup de respect pour lui et après ce qu’il a subi, je le respecte encore plus. Mentalement, il est très fort », déclare-t-il en soulignant les points forts du numéro 93.

Le présent et l’avenir
Lors de sa deuxième année en MotoGP, il a remporté ses premières courses, bien qu’il ait souffert de quelques problèmes avec la moto, mais « cette expérience a été positive pour quand de meilleurs moments sont arrivés ». 2021 est l’année de Quartararo. Avec 5 victoires et 278 points, il devient Champion du Monde MotoGP, titre « pour lequel j’ai travaillé dur toute ma vie ».

La saison dernière, il semblait que Fabio était en passe de conserver le titre, mais c’est finalement Francesco Bagnaia qui l’a emporté sur Ducati. Cela n’a pas été une année 2022 facile pour le pilote de Nice. « En tant que pilote, je me donne à fond. Au début de la saison, nous avions le même moteur qu’en 2020 et 2021 et j’espérais une amélioration majeure qui n’est pas venue. Je me suis demandé ce que je faisais là, mais là encore, j’ai changé radicalement ma façon de penser. La façon de penser et d’être sur la moto était la bonne, et je pense que tout ce que nous avons subi cette année nous aidera pour 2023 », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne l’année prochaine, les samedis seront différents pour les pilotes MotoGP : la Sprint Race entre en jeu. « Je ne suis pas très partisan de cette idée, mais au final, ce sera une question d’adaptation. Il y aura plus de risques parce que vous avez un départ de plus, mais vous devrez vous y habituer. En fin de compte, si vous devez apporter quelques améliorations pour le championnat, alors vous le faites. Les fans vont l’apprécier », a déclaré Fabio Quartararo.

Source : Álex Medina, Solomoto.es, 24.11.2022 )

Lire l’article original sur Motosan.es 

 

Mar Fucho González

 

 

Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP