Champion du Monde Moto2 en 2018, le Turinois Francesco « Pecco » Bagnaia est à 23 ans un pur produit de la VR46 Riders Academy, parfait exemple de l’excellence de cette formation transalpine mise en place par le maestro Valentino Rossi pour soutenir et former les jeunes talents italiens.

Il a disputé 124 Grands Prix, dont 69 en Moto3 avec 2 victoires, 36 en Moto2 avec 8 premières places et le titre, et 18 en MotoGP avec la 15e place l’an dernier du Championnat, et comme meilleur résultat une magnifique 4e position à Phillip Island, 0.1 derrière son coéquipier australien Jack Miller.

« La première fois que j’ai piloté une Ducati, c’était en 2016. C’était une des motos du team Aspar, mais je ne l’ai pas tellement appréciée à ce moment-là. » Il s’agissait de sa récompense pour ses victoires en Moto3.

« Alors qu’en 2018, quand je l’ai pilotée à Valence, ce fut l’un des moments les plus excitants de ma carrière. Je me souviens de l’excitation d’ouvrir les gaz à fond pour la première fois et je pense que je vais réessayer quand nous recommencerons, parce que je n’ai pas participé à une course de MotoGP depuis longtemps », a expliqué « Pecco » à GPOne.com, en répondant aux questions des fans sur Instagram.

Pecco a également révélé son désir de faire de l’endurance, et pas n’importe quelle course.

« J’aimerais participer aux 8 heures de Suzuka, et je pense que Jack Miller aimerait aussi. Nous pourrions demander une moto à Ducati. C’est une de ces choses à faire une fois dans sa vie. »

Bagnaia a également retracé sa carrière en choisissant les deux meilleurs moments.

« Certainement ma victoire en Championnat du Monde Moto2 parce que j’ai réalisé un rêve. Ça a été un moment magique et je le mets à la première place. »

« Puis, à côté de cela, celui où j’ai signé le contrat avec Ducati et Pramac. Nous étions en contact depuis un certain temps, et j’ai signé sans avoir encore gagné en Moto2, puis trois semaines plus tard, je l’ai fait au Qatar. »

Le pilote piémontais a également décrit une certaine dynamique dans le stand.

« Un rapport amical se crée entre le pilote et le team manager. Celui-ci est le point de référence dans le stand, et toujours du côté du pilote. Si vous créez un bon lien, ce peut vous aider à gagner parce que vous lui faites aveuglément confiance. »

 

 

 

Photos © Pramac Racing



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia, Jack Miller