Les commissaires de piste sont les anonymes du spectacle des Grands Prix. Et pourtant, sans eux, il n’y aurait pas de meeting possible. Leur présence et leur action ne sont pas seulement routinières. Elles sont même à ce point essentielles qu’elles peuvent carrément sauver des vies. Il y a un an, sur le tracé de Silverstone, Tito Rabat l’a vérifié. Et il a tenu à remercier les deux femmes officiant en bord de piste qui lui ont, dit-il, « sauvé la vie ».

Un an après l’accident de Silverstone, Tito Rabat a rencontré deux femmes, qui ont été parmi les premières personnes à l’aider après avoir été percuté de plein fouet par la moto en perdition de Morbidelli. Il a revécu ces moments, et le pilote Avintia Ducati a tenu à les remercier pour leur travail.

Environ un an a passé depuis la terrible blessure de Tito Rabat à Silverstone. Une chute provoquée par une flaque d’eau et le contact avec la moto de Morbidelli, qui s’est retrouvé au sol au même endroit, immédiatement après. Un accident qui lui a valu de multiples fractures à la jambe, suivies d’un long processus de rééducation. Ce week-end, l’Espagnol retrouve la piste britannique et ses commissaires. Il en a profité pour rencontrer une « marshall » et une femme du personnel médical, qui l’ont immédiatement secouru. Devant les caméras BT Sport, il a revécu ces moments, les remerciant tous les deux. « Tu m’as sauvé la vie » a déclaré l’Espagnol non sans émotion.

Une des deux femmes rencontrées par Rabat s’est rendue immédiatement auprès du pilote et lui a parlé « dans un espagnol épouvantable » comme elle s’en souvenait elle-même sur les ondes de notre partenaire Corsedimoto. « Une mauvaise journée, je n’ai pas beaucoup de souvenirs » a ajouté Rabat. La deuxième femme, une commissaire, a ensuite parlé de l’incident : « j’ai vu la moto de Morbidelli glisser dans le gravier. La première pensée fut “Oh mon Dieu, ça le frappe !”. Tout est arrivé rapidement. Et puis, quand l’impact est arrivé… Eh bien, c’est l’un des moments les plus effrayants de ma vie ».

« D’une certaine manière, c’était un soulagement de vous voir blessé » a poursuivi l’intéressée. « Au moins tu étais conscient. Mais vraiment, un moment effrayant ». « Pour moi aussi ! » a ajouté Tito Rabat, essayant de minimiser le souvenir de cet événement. « Je me souviens de ma chute, mais je n’ai pas vu la moto venir à moi. J’étais accroupi sur le sol. Tout s’est passé si vite… Je me souviens que Rins avait fait signe de la main, essayant de me signaler quelque chose, puis rien, juste le fort impact ».

Physiquement, la récupération a été vraiment difficile » a poursuivi Tito Rabat. « Mentalement, c’était encore pire. Chaque jour, nous nous entraînions avec les motos, il était difficile de rester immobile aussi longtemps. J’ai vu tous les autres pilotes faire les courses, alors que je ne pouvais rien faire. La douleur était forte, je ne pouvais rien risquer. Un grand merci et à ceux qui m’ont secouru. Nous sommes vraiment reconnaissants. Que puis-je dire ? Vous avez fait un travail fantastique. Vous m’avez sauvé la vie et je vous en remercie beaucoup ».



Tous les articles sur les Pilotes : Esteve Rabat

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing