A eux cinq, ils dépassent largement le siècle de journalisme consacré aux Grands Prix et ils se sont réunis pour la cinquième fois pour faire le point en vidéo sur toutes les questions que se posent actuellement le petit monde du MotoGP.

Le maître des débats, Franco Bobbiese, qui officie habituellement dans l’émission italienne Paddock TV, est en effet entouré de l’ancien pilote et néanmoins excellent journaliste Mat Oxley (MotorsportMagazine.com, Royaume-Uni), de Michel Turco (Moto Revue, France), de Manuel Pecino (PecinoGP.com, Espagne) et de Giovanni Zamagni (Moto.it, Italie).

Après Carmelo Ezpeleta, le grand patron de Dorna Sports, puis Cal Crutchlow et Danilo Petrucci , c’est au tour d’Hervé Poncharal de se prêter au jeu des questions-réponses durant une cinquantaine de minutes.

Nous vous proposons le résumé de ce sixième chapitre, pour ceux qui ont un peu de mal avec la langue de Shakespeare…


Le débat débute avec Hervé Poncharal qui fait le point sur son travail actuel et  se déclare positif sur une prochaine reprise du championnat : « nous essayons d’être positifs, nous essayons de penser à ce que pourrait être le futur. Nous l’espérons, il y aura un futur très bientôt car j’ai vu des nouvelles plutôt bonnes en provenance d’Espagne, où la frontière sera ouverte à partir de juillet, ce qui signifie, même si nous devons encore attendre une annonce officielle de Dorna, que les courses à Jerez les 19 et 26 juillet pourraient finalement être quasiment officialisées. »

Après consultation entre l’IRTA et les équipes MotoGP pour savoir quel serait le nombre minimum de personnes nécessaire pour faire les courses, le nombre de 25 a été retenu pour les teams MotoGP satellites et 40 pour les teams Factory (13 en Moto3), ce qui implique que tous les techniciens seront présents et que, par exemple, seuls les journalistes, les petites amies ou les parents des pilotes devront rester à la maison.

Selon Hervé Poncharal, au vu de la reprise progressive des activités en Espagne, de la crainte d’une deuxième vague de la pandémie qui semble s’éloigner, ainsi que du protocole sanitaire très strict proposé par Dorna, il y a 85 % de chances que la reprise du championnat ait bien lieu en Espagne à Jerez au mois de juillet, ce qui, malgré des températures attendues très élevées, ne devrait poser de problème ni aux pilotes ni à Michelin.

« Bien sûr, il fera chaud, mais le plus important est d’avoir une date à laquelle nous pouvons croire et dont nous pouvons être sûrs. Principalement pour les teams et pour les équipes. Maintenant, les pilotes ont cette date en tête du 19 juillet et peuvent travailler dur pour être prêts à cette date. »

A la demande des journalistes, le patron du team Red Bull KTM Tech 3 évoque ensuite l’actualité autour d’Andrea Dovizioso et de KTM, la stratégie de Yamaha vis-à-vis de son team satellite, les pilotes les plus talentueux passés chez Tech3 et les plus difficiles aussi… Nous reviendrons en détails sur les propos d’Hervé Poncharal, nous centrant dans cet article uniquement sur le sujet de la reprise du championnat.

Un championnat qui, à 99,99 %, comportera les 3 catégories MotoGP, Moto2 et Moto3, selon la volonté de Dorna et de son actionnaire principal, Bridgepoint.

Hervé Poncharal exclut à nouveau la possibilité que les pilotes MotoGP n’utilisent qu’une seule machine, même en cette période de restriction.

« Cela serait pour moi un non-sens absolu ! Nous avons un format qui fonctionne bien avec deux motos, avec par exemple les courses flag to flag qui ont grandement favorisé le spectacle, car les médias et les fans pouvaient comprendre ce qui se passait. Nous avons la FP4 qui est suivie 45 minutes plus tard par la Q1 et la Q2, donc vous ne pouvez pas utiliser ce format avec une seule moto. Que pourrait apporter le fait de n’utiliser qu’une seule moto ? Moins de tours ? C’est faux ! Si vous regardez les Moto2 et les Moto3, le nombre de tours efficients est très similaire, voir le même. Les pièces détachées ? Non, car vous apportez alors une moto en pièces détachées dans votre camion, donc vous n’économisez pas de pièces détachées. Les coûts de transport ? Vous n’économisez pas sur les coûts de transport pour la même raison que je viens de dire : vous voyagez avec toutes les pièces détachées. Moins de mécaniciens ! Je n’en suis pas certain car d’abord si vous détruisez votre unique moto et que vous devez la reconstruire rapidement, la sécurité pourrait être un problème si les gars doivent travailler très rapidement sans tout vérifier, et deuxièmement vous aurez besoin de beaucoup de gars pour la reconstruire. Enfin, c’est peut-être le dernier, est-ce que les pilotes vont attaquer autant avec une moto unique, en sachant que s’ils chutent à ce moment, leur week-end sera peut-être fini ? Alors que quand ils savent qu’ils ont une autre moto, regardez ce que Marc a parfois fait… »
« Nous voulons que les gars attaquent à la limite, sans avoir l’esprit quelque chose qui les retient. »

Enfin, pour ce qui concerne la reprise du championnat, Hervé Poncharal confirme qu’une journée devrait avoir lieu le mercredi 15 juillet à Jerez, décomposés en séances de probablement 90 minutes le matin et l’après-midi pour chaque catégorie.



Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Tech3