L’adage veut que lorsque l’on est heureux en amour on soit malheureux en affaire. Pour ce qui d’Andrea Iannone, au vu de sa présente saison avec Suzuki, son idylle avec Bellen Rodriguez doit être intense et épanouie, car au guidon de la GSX-RR, on est loin du bonheur. Une septième place seulement comme meilleur résultat cette année et une claque au Mugello, sous forme de dixième position sur des terres où Joe le Maniac a fait sa réputation. A cours de solution, il attend de l’aide. Qui peut prendre des formes étonnantes…

Chez Suzuki, on est un peu groggy. On a fini la dernière saison avec un Viñales quatrième au championnat, grâce notamment à une victoire et trois podiums. Pour l’instant, la nouvelle recrue de pointe émarge au quatorzième rang de la hiérarchie provisoire, après six courses. L’ancien de Ducati explique : « mes sensations avec la moto ne sont pas optimales et c’est un réel handicap en MotoGP. Je crois que nous avons déterminé quelle direction il faut suivre, mais c’est compliqué de progresser durant les Grands Prix ».

« Nous attendons de nouvelles pièces du Japon et je pense que pour les prochaines courses, nous aurons une bonne opportunité d’aller de l’avant. Mais pour l’instant, on essaie de faire au mieux avec la moto que l’on a ».

Dans la foulée, il annonce : « les ingénieurs au Japon travaillent dur et ont commencé à construire un nouveau châssis. Il faudra l’essayer car si parfois cela a du bon, d’autre fois, ce n’est pas le cas. Mais nous savons où il nous faut travailler et on fait tout ce qu‘il faut pour réduire l’écart qui nous sépare des leaders ».

Sur ce plan, Ken Kawauchi, l’homme de la technique chez Suzuki a promis que des tests seraient effectués avec de nouveaux éléments après le Grand Prix de Catalogne qui aura lieu le week-end prochain. Voilà pour Suzuki. Mais Iannone attend aussi un autre renfort : celui d’Alex Rins : « j’espère qu’Alex va revenir au plus vite. Il est jeune et il est rapide. On travaille ensemble depuis le début pour faire progresser la GSX-RR ».

« Pour le moment, je n’ai que mes données comme source d’information. J’ai aussi celle de Maverick Viñales de l’an dernier, mais c’est différent car nous avons cette année un pneu avant qui n’a rien à voir avec celui de l’an passé. Or c’est au lâché des freins que nous rencontrons le plus de problème. C’est difficile à comprendre alors j’espère qu’Alex va revenir au plus vite ».

Ledit Rins est blessé depuis Austin et pense faire son retour après la course en Catalogne. En attendant ce sont Takuya Tsuda et Sylvain Guintoli qui lui donnent un coup de main.



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins, Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar