On appelle cet événement le « shakedown » et on pourrait l’évaluer comme des préliminaires avant les tests privés rassemblant la crème de la crème. A priori, il ne faudrait donc pas trop s’y attarder sauf que cette année, avec la réduction des opportunités de faire des essais en raison d’un calendrier allongeant la liste des Grands Prix, du beau monde y est invité. De fait, la rentrée du MotoGP à Sepang se fera donc plutôt le 2 février que le 7. D’Álex Márquez en passant par Dani Pedrosa sans oublier les usines KTM et Aprilia, cette mise en jambe sera surtout une véritable mise en route…

La rentrée approche pour le MotoGP. Elle est prévue en Malaisie sur le tracé de Sepang et les ténors vont se retrouver le 7 février pour des tests qui se dérouleront jusqu’au 9. Mais ces derniers devront se méfier dès l’entame d’autres collègues qui auront déjà commencé leurs devoirs une semaine auparavant. Le « shakedown » sera ainsi cette année de qualité.

Pourquoi ? Parce que le nombre de tests de pré-saison a été réduit et qu’il se réduira encore dans les années à venir, la FIM a décidé d’autoriser les débutants en MotoGP à y participer avant le test proprement dit. De plus, les pilotes officiels des usines jouissant des largesses du règlement, en l’occurrence KTM et Aprilia, seront présents à cet événement. Álex Márquez a déjà confirmé sa présence à Sepang début février. De leur côté, Brad Binder et Iker Lecuona, tous deux de KTM, sont encore dans le doute au sujet de leur mobilisation.

Chez Honda, Álex Márquez sera accompagné sur la piste par le pilote d’essai Honda Stefan Bradl. Alors que le cadet des Márquez se concentrera sur l’adaptation au RC213V, l’Allemand s’efforcera à mettre au point une moto plus facile à dompter pour tous les pilotes Honda. Bradl continuera de tester le nouveau châssis en carbone que Marc Márquez a déjà évalué lors de certaines courses la saison dernière et lors des derniers tests de 2019.

Chez KTM, les officiels Pol Espargaró, Brad Binder et Dani Pedrosa seront à l’œuvre. Le travail se concentrera également sur le nouveau châssis hybride que Pedrosa et Espargaró ont déjà testé lors des deux premiers tests de l’intersaison effectués fin 2019 à Valence et Jerez. Dans le cas de l’équipe satellite KTM Tech3 , on ne sait pas encore si Iker Lecuona, qui a récemment été opéré du syndrome des loges pourra être de ce shakedown.

 

 

Pour Aprilia, l’échéance est importante avec l’arrivée d’un RS-GP totalement revue et corrigée. Cependant, avec l’affaire de dopage qui concerne son pilote Andrea Iannone, il s’agit de mettre au point un plan de travail avec les bons pilotes. On imagine mal Iannone présent. Pour cette raison, l’usine italienne ne disposera que d’Aleix Espargaró et de son testeur, Bradley Smith, qui pourrait devenir pilote officiel. Reste à déterminer le troisième larron pour l’occasion. Romano Albesiano a cité Abraham, Savadori et même Max Biaggi comme possibilité.

Quant aux autres marques, Katsuyuki Nakasuga travaillera pour Yamaha, qui se concentrera sur l’amélioration de la vitesse de pointe de la M1. Suzuki sera avec Sylvain Guintoli, dont le but est également d’augmenter la vitesse. Enfin, Michelle Pirro œuvrera pour continuer d’améliorer le passage en courbe de la Ducati. Ce shakedown aura lieu du 2 au 4 février, puis le test officiel aura lieu avec tous les pilotes de la grille MotoGP du 7 au 9 février.



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team