La pause estivale permet aux pilotes de recharger les batteries et aux pros du paddock de dresser un bilan à la mi-saison.

Véritable institution du monde des Grands Prix, Carlo Pernat a eu la gentillesse de prendre quelques minutes pendant ces vacances pour nous partager sa vision.


Carlo, durant cette première demi-saison 2019, qu’est-ce qui t’a le plus marqué ou surpris ?

Carlo Pernat : « ce qui m’a le plus marqué, c’est Márquez. C’est le plus fort, il n’y a rien à dire ! Il vient d’une autre planète. Cette année, Honda a fait une moto avec un bon moteur alors il ne prend plus beaucoup de risques. Il ne prend plus de risques comme lors des années passées quand le moteur était plus faible que les moteurs Ducati. Je le répète, c’est le plus fort, il n’y a rien à dire ».

« Après, c’est sûr que la surprise, qui pour moi n’est pas une surprise, c’est Quartararo. Ce n’est pas une surprise car c’était un phénomène il y a quelques années. N’oublions pas qu’on a changé de règlement pour lui, pour le faire débuter dans le championnat du monde une année avant. C’était un phénomène puis il s’est perdu pendant 2 ou 3 ans, mais il est resté un phénomène. Là, il a retrouvé une bonne moto, un bon team et la confiance de tout le monde : c’est redevenu le phénomène qu’il était il y a quelques années. Ce n’est pas une surprise pour moi. Je pense que dans le futur Marc Márquez devra compter avec lui. C’est presque sûr ! Ce sont les deux qui font des belles batailles, et pour la moto, c’est pas mal car sinon, Marc Márquez se fait la part du lion ».

« Une autre chose que je dois noter, c’est que l’Espagne est toujours devant. Si tu regardes dans le championnat du monde, il y a déjà 3 ou 4 Espagnols qui sont dans le podium : Márquez, Rins, Viñales sont dans le groupe de tête. Pour les Italiens, ce n’est pas une bonne période. Pour les prochaines 3 ou 4 années, il n’y a pas de chance de gagner le championnat du monde pour l’Italie. Parce que Valentino est déjà à un âge où je pense que c’est impossible, même s’il peut faire des choses. Dovizioso est également âgé et n’est pour le moment pas au mieux, et après, tu n’as pas de rechange. Pour sa première année, Bagnaia ne fait pas grand-chose avec Ducati. Morbidelli n’est pas mal mais après tu dois attendre Bastianini, Baldassarri, Marini, Arbolino, Dalla Porta, mais il faudra encore 3 ou 4 années… C’est pour ça que je pense que l’Italie ne gagnera pas le championnat du monde d’ici là. J’espère me tromper, mais « Bou !», c’est plutôt négatif. C’est la vérité ! Il y a bien un français, Fabio Quartararo, dont les parents sont italiens. Alors on peut jouer sur le fait que ses parents sont italiens… (rires) ».

« Après, il y a cette crise de Valentino. Alors je dis qu’il y a trois choses : Ou Valentino est déjà un petit peu vieux, et alors c’est la rue du Sunset, comme on dit en anglais, ou c’est un problème de Yamaha, ou de son équipe. Je pense que Valentino s’entraîne encore tous les jours avec les jeunes, donc ce n’est pas un problème d’âge ou de motivation. Yamaha continue à mettre des pilotes sur le podium, alors pour moi le problème est ailleurs. Je pense que c’est son team, le chef technique “Bou !”, je ne sais pas… Mais je crois que le problème vient de l’équipe. Mais pas de la télémétrie, pas Flamini. Mais le chef technique, il est trop sérieux, “Bou !”, je ne sais pas, il y a quelque chose qui ne marche pas, et ce n’est pas la Yamaha, et ce n’est pas lui ».

Le bruit court dans le paddock que sa garde rapprochée prend trop de place dans sa stratégie…

« Mais ça, ça a toujours été comme ça dans sa vie. Il a confiance dans ses amis et cela n’a pas changé. Donc probablement, je le répète, c’est plutôt dans son team, pas dans les gens comme Uccio et les autres. Non, honnêtement, il a besoin de gens comme ça. C’est sa manière de vivre. Et tous les jours, il s’entraîne au ranch pendant 100 kilomètres, en se battant avec les jeunes. Donc ce n’est pas ça. Pour moi, c’est à l’intérieur du team. J’espère que ce n’est qu’une mauvaise passe car nous avons besoin de Valentino dans le paddock. Heureusement qu’il a encore un contrat pour une 2e année, même si on lit beaucoup de bêtises qui disent que Lin Jarvis va mettre fin au contrat. Je ne crois absolument pas à cette chose. Je pense que Valentino roulera avec Yamaha jusqu’à ce que le contrat arrive à son échéance. Il est trop important comme pilote et comme image pour le marketing. Si Jarvis a dit cette chose, c’est une folie, mais honnêtement, je crois qu’il n’a pas dit ça ».

A suivre…



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Marc Marquez, Valentino Rossi