Après trois jours de test sur le Misano World Circuit Marco Simoncelli, Sylvain a quitté sa GSX-RR du Team Suzuki Ecstar pour retrouver au Royaume-Uni sa nombreuse famille. Il s’est déclaré très satisfait de ses essais, mais ne pourra hélas pas courir un Grand Prix cette année car toutes les wildcards sont annulées. Il participera donc à des séances de développement et de mise au point pendant cette saison avant de se rendre à Suzuka pour y disputer les 8 Heures.

Comment se sont passés, dans l’ensemble, tes tests à Misano ?

« Très bien. On a fait trois jours de test, avec un total de presque 200 tours ! Ça a bien ré-attaqué tout de suite après une si longue interruption. On a complété notre programme, et notre bilan est très positif. Dans l’ensemble, ça a été un bon test pour nous. »

Qu’as-tu pensé du nouveau revêtement du circuit, entièrement refait ?

« C’était bien, vraiment très bien. La grosse différence, en fait, avec ce nouveau revêtement, c’est que dans le passé quand le revêtement chauffait au-dessus de 45°, on perdait pas mal de grip. Il y avait alors beaucoup de patinage. »

« Maintenant, le nouveau revêtement fonctionne très bien, même avec des températures élevées. On a un peu plus de bosses, dans les virages n°3 et n°11, mais globalement les conditions de piste restent plus stables avec l’élévation de la chaleur, donc il est sûr qu’ils ont bien travaillé. Le résultat est bon. »

As-tu été satisfait de ton meilleur temps en 1’34.1 ?

« 1’34.1 est le meilleur chrono que j’ai jamais réalisé à Misano. J’étais à à peine plus d’une seconde du meilleur temps, donc c’était bien parce que notre programme n’était pas axé sur la performance pure. Donc c’était bien, avec un bon rythme. »

« On a bien travaillé, et on a surtout reconfirmé certaines choses. Je ne peux pas trop donner de détails (rire), mais on est vraiment contents du test. »

La Suzuki est maintenant homologuée auprès du responsable technique des Grands Prix pour 2020 et 2021. Estimes-tu que ce soit un bon cru ?

« Oui. On a une base de moto cette année qui est vraiment excellente. Alex (Rins) et Joan (Mir) l’ont montré pendant les tests hivernaux. Je crois qu’Alex a toujours été dans le top 3 lors des essais de l’hiver dernier à Jerez, à Sepang et au Qatar*. »

*Rins a terminé troisième à Jerez à 0.7 de Maverick Viñales, puis troisième au Qatar à 0.1 de Fabio Quartararo, et enfin quatrième à Losail à 0.2 de Maverick Viñales.

« La moto est vraiment bien. Elle est bien équilibrée, et fonctionne bien avec les pneus usés. »

« On avait hâte que ça démarre. C’est vraiment une moto qui est magnifique à piloter et qui est efficace. »

Quelles sont les évolutions les plus intéressantes sur cette GSX-RR par rapport à la précédente ?

« On a plusieurs évolutions par rapport à l’année dernière. On a un nouveau châssis qui fonctionne très bien. C’est une des principales évolutions. On a aussi un moteur qui est différent par rapport à l’année dernière, avec une bonne évolution. Donc ça a travaillé dur et c’est vraiment bien de voir que tout le travail de Suzuki porte ses fruits. Le test team obtient également de bons résultats et ça se voit. Les deux principales évolutions sont donc le châssis et le moteur cette année. »

Depuis son retour en 2015, Suzuki a gagné en MotoGP à Austin ainsi que deux fois à Silverstone. Cette année, avec 7 GP en Espagne sur 13, penses-tu que la GSX-RR pourra monter de nouveau tout en haut du podium ?

« Oui, je le pense. La moto était déjà compétitive à Jerez auparavant, où on va attaquer la saison. Il y aura ensuite certains Grands Prix comme l’Autriche qui seront sur le papier un peu moins bien pour nous. Mais la moto a été compétitive lors des essais hivernaux de Jerez, de Sepang et du Qatar. »

« On avait hâte que la saison démarre parce qu’on était dans une bonne dynamique, les performances s’enchaînaient bien. On va voir tout de suite à Jerez ce que ça va donner lors de l’ouverture du Championnat. »

Bon anniversaire, Sylvain ! Comment se présentent tes 8 Heures de Suzuka ?

« Merci ! Les 8 Heures ont été reportées au 1er novembre. Pour le moment, il y a encore une part d’incertitude. Le 8 Heures sont toujours au calendrier et ça se passera déjà dans des conditions un peu différentes sur le plan climatique. »

« J’y courrai avec Yoshimura, toujours donc avec Suzuki. Par ailleurs, j’aimerais bien faire un jour une course de 24 heures, car ce serait sans doute une nouvelle aventure passionnante. J’aime beaucoup l’endurance et les expériences que j’ai eues dans ce domaine m’ont toutes bien plu. »

La famille Guintoli

Photos Suzuki et Motogp.com / Dorna



Tous les articles sur les Pilotes : Sylvain Guintoli

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar