Primé lors de la quatrième édition du Monaco World Sports Legends Award, Loris Capirossi dresse le bilan d’une saison 2019 du Moto GP riche en enseignements.

Dans sa longue (22 saisons) et fructueuse (29 victoires, 41 pole positions, 99 podiums) carrière en Grand Prix, Loris Capirossi a amassé bon nombre de trophées et de récompenses individuelles. Sacré à trois reprises roi de sa catégorie (il a coiffé deux couronnes mondiales en 125 cc et une en 250 cc), l’Italien aurait « facilement » pu décrocher trois titres supplémentaires si son refus du compromis (1993, 1994) et un certain manque de réussite (2006) ne lui avaient pas joué des (mauvais) tours alors qu’il semblait bien parti pour prendre la direction d’une nouvelle consécration mondiale.

Mais de ses échecs (relatifs) du passé, « Capirex » préfère ne retenir que le positif, focalisant toute son énergie à sa vie d’aujourd’hui, celle qui le voit écumer les circuits du monde entier dans son nouveau costume de membre de la Commission de Sécurité des Grand Prix. Engagé auprès de la Dorna (société détentrice des droits de la Moto GP) depuis la fin de sa carrière de pilote en 2011, le natif de Castel San Pietro Terme œuvre jour après jour à la sécurisation d’une discipline où le danger demeure le plus grand ennemi. Accessible et enthousiasme comme à ses plus belles heures passées au guidon des Aprilia, Honda et autres Ducati, le Transalpin n’a rien perdu de sa passion pour un sport auquel il a consacré la majeure partie de son existence.

Récompensé lors de la quatrième édition du Monaco World Sports Legends Award, l’ancien numéro 65 profite de cette distinction pour revenir sur la saison 2019 du Moto GP, interrogé par le journaliste Andrea Noviello.

Retrouvez la première partie sur Marc Marquez ici

Retrouvez la deuxième partie sur Jorge Lorenzo ici


Bien que néophyte complet en Moto GP, Fabio Quartararo a réalisé une première saison époustouflante en catégorie reine au sein du team Petronas. Compte-tenu de son immense potentiel, le pilote français peut-il s’imposer comme le grand rival de Márquez dans les années à venir ?

Loris Capirossi : « Sa saison a, tout simplement, été démoniaque ! Le talent de Quartararo a littéralement explosé aux yeux de tous cette année. Maintenant, Fabio doit garder les pieds sur terre et rester calme. S’il commence à penser qu’il y est arrivé, alors il risque de vite déchanter. La route est encore longue. Une chose, toutefois, est certaine : Quartararo a un talent énorme. S’il continue de suivre la méthode qu’il a appliqué cette saison, alors il réalisera de grandes choses à l’avenir. Fabio c’est non seulement un tout bon, mais c’est aussi un garçon fantastique ! Il me plaît beaucoup. Incontestablement, Fabio pourrait rapidement s’imposer comme un prétendant au titre et comme l’un de ceux capables de casser les pieds à Márquez. »

Avant cette tonitruante entrée en matière dans la cour des grands, le palmarès en Grand Prix de Quartararo se limitait à une petite victoire en Moto 2 et à deux podiums en Moto 3. Auriez-vous imaginé que le Quartararo si discret des catégories inférieures se transforme en une véritable machine à podiums (7) et à pole positions (6) en Moto GP ?

« Absolument pas ! Personne ne s’attendait à ce que Quartararo marche aussi fort cette année. Clairement, on n’aurait pas pu exiger plus de lui. Il ne lui manque que la victoire cette saison. Cela s’est souvent joué à peu de choses, mais il a eu le malheur de tomber sur Márquez à chaque fois. Battre Marc dans le dernier virage, ce n’est vraiment pas facile vous savez. Fabio a frôlé la victoire à plusieurs reprises cette année. C’est un pilote qui a de la grinta, du caractère. Il est aussi très jeune (20 ans Ndlr), donc il peut encore progresser. »

Comme vous venez justement de l’évoquer, Quartararo est passé, à plusieurs occasions, tout proche de la victoire en 2019. À Misano (Saint-Marin) et à Buriram (Thaïlande), Márquez semble même avoir tout mis en œuvre pour empêcher « El Diablo » de conquérir son premier succès en catégorie reine. N’est-ce pas la preuve que le champion catalan se méfie tout particulièrement du jeune niçois ?

(Moue dubitative) « On parle quand même d’un pilote qui a remporté huit titres de champion du monde dont six en catégorie reine. Fabio n’a, quant à lui, pas encore signé la moindre victoire en MotoGP. Maintenant, Márquez sait pertinemment que Quartararo est un très bon pilote. En Thaïlande, Marc a d’ailleurs pris d’énormes risques pour rester au contact de Fabio et pour le battre en fin de course. Quartararo a bien tenté de riposter en réalisant un freinage de toute beauté (sourire) dans le dernier tour, mais il n’est pas parvenu à l’emporter ce jour-là. Fabio c’est vraiment un bon, mais de là à dire que dès l’an prochain il se battra pour le titre contre Márquez, cela me paraît un peu prématuré. »

A suivre ici…

Propos recueillis par Andrea Noviello

Retrouvez la première partie sur Marc Marquez ici

Retrouvez la deuxième partie sur Jorge Lorenzo ici


WSLA 2019 : une quatrième édition sur les chapeaux de roues
Inauguré en 2016 dans le but de promouvoir les valeurs éthiques et morales du sport, le Monaco World Sports Legends Award a récompensé, dans le cadre toujours aussi fastueux de la Salle d’Or du Fairmont Monte-Carlo, la carrière de sportifs à la trajectoire légendaire. Honorés tant pour leur fabuleux palmarès en compétition que pour leur rôle d’exemple auprès des nouvelles générations, ces athlètes d’exception se sont vu remettre un Oscar lors d’une cérémonie de remise des prix animée par la désormais incontournable Lorena Baricalla.
Déjà largement représentés lors des précédents WSLA (Mika Häkkinen, Giacomo Agostini, Carl Fogarty, Michael Doohan, Jacky Ickx, Michèle Mouton, Freddie Spencer, Jutta Kleinschmidt, Dr Claudio Costa, Ayrton Senna) les sports mécaniques ont de nouveau été plébiscités en 2019 puisque, outre le triple champion du monde moto Loris Capirossi, Nasser Al-Attiyah (Rallye-Raid) et Mario Andretti (F1, Indycar, Endurance) ont eux aussi été primés cette année. Ils viennent s’ajouter aux trois autres lauréats de cette quatrième édition, Ana Gabriela Guevara (Athlétisme), Connie Henry (fondatrice de l’association Track Academy) et Ferenc Puskás (Football).

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team