De Diana Tamantini / Corsedimoto.com

Luca Marini clôt sa dernière saison en Moto2 en tant que vice-champion. Heureux de son année 2020, mais avec quelques réserves. Et une grande envie d’essayer la MotoGP… L’interview.

L’un des grands protagonistes de la saison Moto2 2020 est sans aucun doute Luca Marini. Une année où il s’est mis en évidence avec trois victoires, trois deuxièmes places et deux pole positions qui lui valent la deuxième place au classement du championnat du monde. Il y avait aussi quelques «bavures», à commencer par la chute au Mans, ainsi que d’autres petits problèmes qui ont parfois affecté ses performances. Il y a un peu de regret dû à quelques erreurs au cours de l’année, mais le bilan de l’actuel vice-champion de la catégorie est encore plus que positif. L’année prochaine, il a hâte de se lancer dans le défi de ses rêves, à savoir le MotoGP, en pilotant une Ducati. Avec l’espoir que la situation actuelle s’améliorera… Voici ce qu’il nous a dit.


Comment allez-vous physiquement ?
« Actuellement, je vais bien. J’ai poursuivi la physiothérapie et la rééducation de ma cheville gauche. Je ne suis pas capable de courir, mais compte tenu de la préparation hivernale, je dois essayer d’atteindre 100 %. Je ne suis pas encore à 100 %, en fait j’ai encore des douleurs à la cheville, surtout en ces jours froids, alors je travaille dessus avec le kinésithérapeute. Il n’y a pas de fracture, mais on parle de problèmes ligamentaires. Je ne pense pas que cela me dérangera sur la moto par la suite, mais compte tenu de la préparation, je dois essayer de récupérer du mieux que je peux. »

Cela vous a-t-il affecté un peu durant la deuxième moitié de la saison ou y a-t-il eu d’autres problèmes ?
« Pas tellement, je pense. Oui, sur la moto, ça me dérangeait un peu, mais quand je faisais la course, je n’y pensais même pas. Mais après l’accident du Mans, j’ai endommagé le châssis. Nous ne l’avons pas remarqué, l’instrument utilisé pour le mesurer disait que tout allait bien, mais lors de la course en France et dans les deux épreuves à Aragón, j’ai toujours signalé les mêmes problèmes, je ne pouvais pas m’améliorer. J’ai d’abord poussé à changer quelque chose pour trouver une solution : quand nous avons changé le châssis, tout est revenu à la normale. Kalex l’a ensuite analysé et nous avons vu les dégâts. C’est une petite chose, mais même si elle est décalée de quelques degrés, elle a un grand impact sur les performances. En Moto2, on parle de millièmes de seconde… C’est dommage, c’est notre erreur et nous avons payé pour cela. »

A moitié seulement, dans le sens où vous avez quand même fait les vérifications…
« Disons que nous aurions pu éviter de prendre des risques et tout remplacer après l’accident. Bien qu’il ne semblait pas que la moto ait pris un tel coup. En fin de compte, il est facile de dire cela après coup, mais à l’époque, personne n’y pensait et c’est ce qui s’est passé. Je pense simplement que nous aurions dû analyser correctement tous les problèmes et nous en rendre compte plus tôt, mais il n’y a pas de retour en arrière possible. Quoi qu’il en soit, je suis très satisfait de ma saison et de ma progression au cours de l’année, et j’ai pris beaucoup de plaisir. »

Sur le plan personnel, dans quels domaines pensez-vous avoir progressé ?
« Chaque année, je me sens meilleur en tant que pilote. Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de particulier, je dirais plutôt qu’il y a eu une progression générale. Je me suis très bien accordé avec mon équipe, j’ai pu adapter mon style de pilotage à toutes les conditions que j’ai trouvées cette année. Il y a eu quelques difficultés, mais quand j’étais bien, j’ai obtenu de très bons résultats et j’en suis heureux. J’ai également amélioré les qualifications, qui étaient un de mes points faibles jusqu’aux premières courses de cette année. Oui, j’ai changé mon approche pour le tour chrono. Mais je dirais que c’est également le cas pour la gestion de la course. »

Y a-t-il quelque chose que vous auriez pu faire mieux ?
« Je ne pense pas que j’aurais pu faire mieux. J’aurais peut-être dû travailler plus dur avec l’équipe pour convaincre certaines personnes que nous pouvions vraiment gagner. Nous devons être tous ensemble, unis. Quand on regarde la saison de Bastianini et qu’on voit ce que lui et son équipe ont fait de mieux, on se rend compte qu’ils étaient tous plus concentrés sur cet objectif. Parfois, nous n’avons pas fait ce qu’il y avait de mieux. Ce n’est pas que ce soit ma faute ou celle de quelqu’un d’autre, c’est que, tous ensemble, nous aurions dû mieux travailler. Je ne cherche pas d’excuses, je prends mes responsabilités. Tout d’abord, j’ai fait une erreur avec cet accident au Mans, dans des conditions mixtes. C’est juste une analyse de la saison, parce que nous avions toutes les bonnes cartes pour gagner le championnat du monde. »

Vous vous attendiez tout de suite à vous battre pour le titre ?
« Absolument, en fait j’en étais bien conscient : dès le début, j’ai été l’un des favoris. Il était justifié d’y croire dès le début, même avant les essais, parce que j’avais une bonne expérience en Moto2. J’avais maintenant compris comment rouler avec le moteur de la Triumph, en adaptant mon style aux différents pneus. Je me sentais prêt, j’étais sûr d’être dans cette situation, et en fait nous avons pu faire un bon début. Malheureusement, nous nous sommes un peu perdus par la suite, mais tant pis. Je tiens également à remercier notre entraîneur Roberto Locatelli pour cela, il m’a toujours beaucoup encouragé et y a cru plus que quiconque. »

Dans tous les cas, vous terminez votre dernière saison de Moto2 en tant que vice-champion…
« Si je n’ai pas pu gagner, je n’en étais pas loin, même si le deuxième est en fait le premier des perdants… Je suis conscient de cela, mais j’essaie d’en tirer la force et l’énergie pour faire une bonne saison l’année prochaine et les années suivantes.”

En 2021, vous faites vos débuts en MotoGP…
« C’est magnifique, un rêve devenu réalité ! Mais certainement un point de départ. C’est ce à quoi on pense quand on est enfant : on regarde la télévision et on se dit : “Un jour, j’aimerais être là aussi”. Être vraiment là est incroyable. Je dois m’y habituer car je n’ai pas encore essayé la moto, donc je n’ai pas encore expérimenté l’environnement de cette catégorie. J’attends avec impatience les premiers tests et je suis très excité, mais pas pressé. Je sais qu’il y a beaucoup de choses à apprendre, comme les pneus, l’électronique… Et tout le monde dit que Ducati n’est pas une moto facile, donc je sais que ce ne sera pas facile. Mais j’aime vraiment les nouveautés, et celle-ci est la plus grande qui puisse exister dans ce monde. »

Avez-vous déjà reçu des conseils ?
« Oui et non. J’ai parlé à Pecco [Bagnaia] toute l’année, lui demandant des informations avant même de savoir que j’allais participer au MotoGP. Disons, bien avant que cela ne soit même évoqué comme hypothèse. C’est parce que je suis curieux et passionné par le MotoGP : j’avais l’habitude d’aller voir les motos tourner, d’analyser toutes les feuilles… J’aime ça, c’est tout. Puis j’ai aussi parlé à Vale [Rossi]. Je commencerai à en parler plus précisément plus tard, mais pour l’instant, j’essaie de faire une pause et de me ressourcer pour la prochaine saison. Bien sûr, je vais échanger quelques idées avec Franco [Morbidelli], Vale et Pecco, qui ont de l’expérience dans la catégorie. Pecco a également de l’expérience avec la Ducati, je suis donc sûr qu’il pourra m’en dire plus. »

Les deux autres rookies, Bastianini et Martín, auront également des Ducati différentes. A quoi ressemblera la bataille entre les débutants ?
« Elle sera certainement très belle. Je suis heureux qu’ils aient également des Ducati, nous pourrons ainsi voir comment tout le monde s’en sort. Oui, Martín aura la dernière Ducati, Enea et moi aurons la GP19, la même que Zarco cette année. Je ne sais pas ce qui change sur le plan technique, mais j’espère que c’est peu, pour que nous puissions jouer à armes égales. Cependant, l’objectif n’est pas de se battre qu’entre nous, il faut aussi viser les autres. Nous sommes dans la catégorie reine, avec les meilleurs pilotes du monde. Pour l’instant, je n’ai pas d’objectif particulier, je veux d’abord tester la moto et acquérir quelques sensations, en me donnant bien sûr toujours à 100%. Nous verrons alors où nous arriverons. »

Pensez-vous que l’organisation va changer quelque chose par rapport à celle de cette année ?
« Bien sûr, ils vont essayer de faire quelque chose de similaire, mais je pense avec moins de restrictions, par exemple pour le public, du moins je l’espère. Quant à nous, les pilotes, nous avons connu une année très étrange, mais tout a été fait de la meilleure façon possible. Je ne pense pas que nous verrons encore des courses doubles sur le même circuit, je l’espère, car ce n’est pas une formule dont j’ai raffolé. Cependant, je suis sûr que Dorna et l’IRTA feront de leur mieux pour nous tous et aussi pour les fans. Sans ces derniers dans les tribunes, tout est un peu plus froid, vous perdez cette chaleur que le sport vous procure. À plus d’une reprise, j’ai été désolé de finir la course et de ne voir personne autour. »

Contrairement à d’autres, vous avez dit que vous n’aimiez pas la formule de la double course. Comment cela se fait-il ?
« Je pense que cela fausse un peu le championnat. Il y a des circuits où certaines motos et certains coureurs sont à l’aise, tandis que d’autres ont du mal. Je pense que cela a beaucoup d’incidence. D’un point de vue personnel, ce n’est pas une solution qui me plaît, je n’y vois rien de positif, si ce n’est le fait que nous avons plus de courses. Il faut dire que dans un championnat comme celui-ci, il était difficile de trouver une alternative et je suis heureux que nous ayons réussi à avoir autant de courses. L’organisation a fait un excellent travail. Mais deux courses sur le même circuit, ce n’est pas très intéressant, selon moi. Il est vrai qu’avec ce format, les écarts sont plus petits, donc on peut voir des courses plus disputées, mais c’est juste mon sentiment. Avec une seule course, tout est plus “normal”. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Diana Tamantini

 



Tous les articles sur les Pilotes : Luca Marini

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing