De Ana Puerto / Motosan.es

Heather Maclennan est la coordinatrice de l’équipe Petronas Yamaha SRT dans les catégories MotoGP, Moto2 et Moto3 du Championnat du Monde. Comme beaucoup de gens qui gagnent maintenant leur vie dans le paddock, ses débuts n’ont pas été faciles, mais connaître les bonnes personnes au bon moment lui a permis de récompenser son dur labeur pour arriver où elle en est aujourd’hui dans ce qui a été la meilleure équipe indépendante de la catégorie reine en 2019.

A l’horizon 2020, la structure MotoGP disposera de matériel officiel pour ses deux pilotes, Franco Morbidelli et Fabio Quartararo. C’est grâce au grand effort d’une équipe qui achèvera sa deuxième campagne dans la catégorie reine du Championnat du Monde avec de très bons résultats et aussi grâce aux titres de team et de pilote indépendants (avec Fabio Quartaro) et de rookie de l’année, toujours avec le Français. En Moto2, ils s’aligneront en compétition l’année prochaine avec Xavi Vierge et Jake Dixon et en Moto3 avec Khairul Idham Pawi et John McPhee.

Q : Comment vous êtes-vous intéressée au monde de la moto, au point d’y entrer ? Vous souvenez-vous de quel âge vous aviez ?
R : J’ai toujours aimé les motos ; j’ai grandi avec mon père et mes trois frères qui couraient, alors j’ai aussi appris à monter à piloter. Quand j’avais 20 ans, je suis allé voir le WorldSBK à Silverstone pour la première fois, et j’ai vraiment aimé ça. J’ai tout de suite su que je voulais faire carrière dans la mécanique. A partir de ce moment, j’ai tout mis en œuvre pour atteindre mon objectif.

Q : Pouvez-vous nous parler un peu de votre travail dans le paddock ?
R : J’ai étudié la gestion des médias et des événements à l’université, mais en fait, la première occasion que j’ai eue dans le paddock a été celle d’un gestionnaire de l’hospitality. Je l’ai fait pendant deux ans, puis j’ai rencontré Johan Stigefelt, qui m’a engagé comme responsable communication dans la nouvelle équipe Moto2 en 2014. Dans ce rôle, j’étais responsable de la rédaction de tous les communiqués de presse de l’équipe, des réseaux sociaux et de la gestion des événements des pilotes. En 2015, je suis devenu coordinatrice d’équipe et de communication, ce qui a ajouté l’organisation logistique de toutes les équipes, également en tant qu’assistante du team manager (Stigefelt) avec des tâches variées.

Q : Quand vous devez passer tant d’heures en voyages et sur les circuits, cela influence-t-il votre vie personnelle ?
R : Beaucoup ! C’est l’un des plus grands sacrifices que vous faites lorsque vous travaillez dans ce domaine. Vous manquez beaucoup d’occasions spéciales à la maison avec votre famille et vos amis, et cela met toutes vos relations à l’épreuve. De plus, en tant que coordonnatrice, votre travail ne s’arrête pas au circuit. Quand je suis à la maison, je dois travailler tous les jours depuis mon bureau pour organiser et préparer les choses pour l’équipe, donc il n’y a pas beaucoup de “temps libre”. Sans compter que lorsque vous avez une équipe de 60 personnes à prendre en charge, votre mobile ne s’arrête jamais !

Q : Comment est-ce de s’adapter à un sport qui était autrefois considéré comme un “sport masculin” et qui, de plus en plus, visiblement, se feminise ? Avez-vous remarqué des changements dans ce domaine ces dernières années ?
R : Oui, j’ai assurément remarqué beaucoup de changements au cours des deux dernières années. Il y a beaucoup plus de femmes qui arrivent dans le paddock dans des rôles différents, comme la mécanique et la gestion, et pas seulement dans des “rôles stéréotypés”. Je pense que c’est formidable et je veux motiver et encourager d’autres femmes à le faire ! Honnêtement, ce n’est pas un environnement “normal” pour les femmes, mais vous devez vous adapter. Personnellement, je me suis endurcie au fil des ans. Il faut être très fort (mentalement).

Q : Quelle a été votre meilleure expérience de travail dans le paddock ? Et la pire ?
R : Je peux honnêtement dire que j’adore travailler dans le paddock. Les meilleures expériences sont les gens que vous connaissez. Ils deviennent votre famille. Vous vivez les hauts et les bas ensemble ; c’est vraiment spécial. Je n’ai pas eu de mauvaises expériences. C’est vrai qu’on traverse des moments difficiles parce que ce n’est pas un travail facile. Vous travaillez de longues heures et vous êtes très loin de chez vous, mais ce sont les gens avec qui vous partagez cela qui vous aident à vous en sortir.

Q : La question des umbrella girls est devenue très controversée, depuis leur retrait de la Formule 1. Qu’en pensez-vous ?
R : C’est une vieille tradition d’avoir des umbrella girls, mais s’il y a des filles qui veulent le faire, pourquoi pas ? Pour certaines, ça les aide à progresser dans leur carrière de mannequin. Beaucoup d’entre elles aiment aussi le sport et veulent voir les courses. Je ne pense pas que nous devrions pénaliser quelqu’un pour la carrière qu’elle choisit.

Q : Pouvez-vous nous raconter une anecdote ?
R : Au fil des ans, j’ai eu différentes réactions à mon travail, mais je suis reconnaissante de dire que 90% sont toutes vraiment positives (après la surprise initiale). Je me sens très chanceuse de faire ce que je fais, donc même si quelqu’un réagit négativement, cela ne me dérange pas.

Q : Enfin, quel conseil donneriez-vous à une fille qui veut travailler dans le monde des sports mécaniques, que ce soit comme pilote, mécanicienne, journaliste, etc. ?
R : N’abandonnez pas ! Travaillez dur et restez forte, montrer que ceux qui doutent ont tort. J’ai été rejetée à maintes reprises lorsque j’ai commencé, mais il faut continuer à essayer et à se concentrer, à acquérir de l’expérience, de la qualification et du travail pour obtenir une promotion.

Lire l’article original sur Motosan.es

Ana Puerto

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Franco Morbidelli, Jake Dixon, John Mc Phee, Khairul Idham Pawi, Xavi Vierge

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team