De Fanny Villaécija / Motosan.es

Marc Márquez a subi la troisième opération de son humérus droit. Avant de subir cette opération, le coureur de Cervera s’est rendu à DAZN et a eu un entretien avec Ernest Riveras. Márquez a analysé tout ce qui s’est passé cette saison, et a également parlé du champion MotoGP en titre, Joan Mir, dont il tentera de prendre le titre en 2021.

Une saison complète loin du paddock.
« Mec, ça devient clairement bizarre. Pas seulement parce que vous regardez la télévision, mais être si longtemps sans action, sans adrénaline, loin de la famille du paddock… et être si longtemps à la maison. Être là et se dire : “Qu’est-ce que je fais ? J’ai du temps libre pour faire des choses”. »

Sur sa blessure à l’épaule.
« Cela peut changer, parce qu’en une semaine les choses changent. En ce moment, j’attends. On attend de voir si l’os finit de bien se consolider. Je suis entré dans une période qu’on appelle le retard de guérison parce que lorsqu’ils ont fait la deuxième opération, ils ont dû y mettre une greffe osseuse et c’est là qu’il y a un petit bout que le corps n’accepte pas, ou qu’il le fait petit à petit, et c’est ce qui retarde tout. Tant que l’os n’est pas complètement consolidé, je ne me vois pas monter sur une moto parce que les sensations ne seront pas bonnes. Et puis aussi parce que même si ça ne se voit pas mais qu’à la radiographie tu vois que ce n’est pas consolidé, tu n’essayes même pas. »

Arrivera-t-il au début de la saison ?
« Oui, je l’espère. Il existe plusieurs possibilités. La possibilité qui a été envisagée d’une troisième opération existe toujours, mais il y a beaucoup plus de possibilités. Que cela finisse par se consolider, peut-être que je devrai aller en chirurgie pour enlever la plaque… ou peut-être que je devrai aller en chirurgie à nouveau pour une nouvelle opération pour changer cette greffe osseuse, et c’est là que selon les médecins, au niveau timing, il semble que j’arriverai au début de la saison. Je suis très clair sur le fait que tant que je n’aurai pas atteint 100%, je ne reviendrai pas. »

Il ne s’inquiète pas de ne pas savoir s’il sera un jour le même.
« Je n’ai jamais été inquiet. Le fait que je sois de retour et pas le même, c’est pourquoi j’attends d’être à 100% et de bien guérir. Quand je reviendrai, je veux être et je serai le même, sans penser “Oh, le bras, je ne peux pas”. Quand je reviens, je dois être prêt à partir à 100%, mon corps doit être prêt à prendre autant de risques, parce que c’est dans mon ADN, car c’est ce qui m’a amené à obtenir ce que j’ai et à faire les erreurs que j’ai faites. Mais, en fin de compte, le bilan est payant. Maintenant, attendre est long, ne pas s’entraîner ou faire quoi que ce soit… Je suis pratiquement dans un mode où je ne fais rien. Je pèse 61 kg, normalement je pèse 65 kg, j’ai tout perdu musculairement… Mais bon, il reste encore des mois avant le début de la saison. »

Félicitations à Dorna pour la saison 2020.
« Je pense que Dorna et le championnat lui-même ont fait un excellent travail. Il suffit de reprendre le championnat, qui a démarré dans le cas du MotoGP à Jerez, pour voir toutes les courses qui ont été faites. D’accord, les circuits ont été répétés, et il y a eu des courses uniquement en Europe… d’accord, mais le championnat du monde a été fait, il est valable. Il a eu ses courses, et je pense que tous les gens qui l’ont fait devraient être félicités. »

Comment il a apprécié la saison 2020.
« Je n’ai rien compris. Je ne peux pas vous dire que c’était un championnat dans lequel j’ai été surpris par ceci ou cela… Je n’ai rien compris. Devant la télé, j’ai même appelé Santi, mais je n’ai rien compris. Car même sur le même circuit, d’une semaine à l’autre, les classements ont changé. J’ai envie de revenir pour voir ce qui se passe, parce que tant que vous n’êtes pas là, vous ne comprenez pas.”

Le titre de Joan Mir.
« Joan a été le plus régulier et a mérité d’être le champion du monde. Dans ce championnat où il semble que la régularité ait été la chose la plus importante, sans rien faire quelque chose d’un autre monde, il a remporté le championnat. Et je pense que pour sa deuxième année de MotoGP, cela a beaucoup de valeur d’être champion. Des favoris théoriques qui semblaient pouvoir remporter le titre, il a fini par remporter ce championnat du monde sans faire beaucoup de bruit. »

Joan Mir, adversaire coriace pour 2021.
« Il est clair que l’année prochaine, il sera le champion en titre, et il devra défendre sa couronne. Si vous êtes champion, vous êtes aussi capable de la défendre. Peu importe qui est sur la piste, vous avez un titre et vous devez vous battre pour le défendre. Il a été champion, l’année prochaine les motos sont les mêmes, parce qu’il n’y a pas de changement dans les règles, et cela signifie que les choses dépendent de toi. Et tu dois te battre, tu dois te battre pour le championnat du monde et tu le feras parce que tu as du talent et que tu l’as montré. Et pour moi, rien, mais je vais essayer de le battre de nouveau. »

KTM, la surprise de l’année.
« KTM, je pense qu’ils ont fait un très bon travail, non seulement avec l’équipe d’essai avec Dani Pedrosa, mais tout le monde. Je pense que Dorna a joué un rôle essentiel. Pourquoi Suzuki, pourquoi KTM ? Tout le monde vient parce qu’il y a ces concessions, ces aides qui vous permettent plus d’entraînements, des développement moteur… et petit à petit tout cela aide la catégorie à s’équilibrer. Pour les pilotes, je pense que c’est mieux, parce qu’au final, c’est le pilote qui fait la différence si les motos sont équilibrés. Mais je pense que KTM est la marque qui a le plus progressé, car Suzuki avait lancé un avertissement depuis la saison dernière en remportant des courses. Cette année, ils ont failli remporter la triple couronne. Et heureusement, les concessions de KTM ont déjà été supprimées. J’ai aussi hâte que Pol teste la Honda, parce qu’il a fait de grandes courses avec la KTM et, avec la Honda qui est une moto gagnante, il doit être régulièrement sur le podium. Voyons aussi le niveau de KTM et Honda. »

Pol Espargaró, nouveau coéquipier.
« L’arrivée de Pol chez Honda est, je pense, une bonne chose en soi. Honda cherchait à mettre un pilote sur cette moto qui assurerait… Avec toute ces histoires sur la Covid, il a été dit que l’on faisait  redescendre Álex et ainsi de suite, mais c’est juste une étape naturelle. L’étape qui n’est pas naturelle est d’aller directement dans une équipe d’usine, et je crois en Pol qui vient de KTM, d’un projet difficile durant ces années. Maintenant il est devant, il fait de bonnes courses, et vous pouvez être sûr d’avoir un pilote qui est constamment dans les six ou sept premiers, qui se bat pour des podiums et pourquoi pas, pour le championnat, ce qui est ce qu’il vient faire au HRC, et ce sera intéressant car je pense que ce sera une bonne recrue pour Honda. Pour Pol, je ne sais pas, je ne lui ai pas demandé s’il regrettait de voir comment fonctionnait la KTM maintenant. »

Satisfait de la première saison d’Álex Márquez.
« Très heureux, car il a beaucoup souffert. Au début de la saison, il a souffert, la Honda est difficile, difficile à comprendre et il a souffert. Je l’ai vu et il m’a demandé des choses comme “J’essaie ça”, “Je ne peux pas le faire”, “J’essaye de mettre la moto comme ça, et on voit comment ça marche” et je lui ai donné quelques conseils, mais je l’ai toujours laissé avec ses techniciens. Mais toujours des conseils… par exemple lors du test à Misano parce qu’ils ont essayé des choses et ont fait un pas un avant. Il voit que pendant la saison, il y a eu une baisse et soudainement il y a eu une hausse à partir de Misano et il a gagné en confiance. J’ai été très heureux pour lui parce que je sais que si vous prenez une bonne direction en MotoGP, il est difficile de la perdre. »

La chute d’Álex Márquez à Aragón alors qu’il se bat pour la victoire.
« C’est normal. Il était temps pour lui de tomber. Vous venez de faire un podium au Mans, vous venez de faire la deuxième place et de ne pas gagner la course par miracle à Aragón après être parti le 11e… Vous pensez que vous allez manger le monde, et c’est normal, car il n’était tombé dans aucune course, dans aucune passe d’armes. »

Álex roule sur une moto beaucoup plus “douce” que Marc. 
« C’est un compromis. Je n’ai pas toujours piloté la moto critique, ni la moto douce. Cela dépend du circuit. J’ai piloté la moto qu’il conduit maintenant et je l’ai fait plusieurs fois. La moitié de 2019, j’ai roulé avec une moto critique, si on peut dire, et la moitié du championnat avec cette moto, qui est un peu plus douce. Mais il semble qu’il soit de plus en plus à l’aise avec la ligne qu’ils sont en train de suivre, et tout cela aide et se passe bien. »

Un championnat sans leader clair.
« Cela a été une surprise. Ce n’est pas la même chose d’être le chassé que d’être le poursuivant. Ce n’est pas la même chose d’avoir la responsabilité de devoir gagner coûte que coûte, ou de dire “C’est son tour de gagner, mais si je le bats, c’est de la bombe”, c’est différent. C’est là que vous ressentez la pression, même dans la course où Joan Mir a remporté le championnat à Valence, vous l’avez vu conduire et non pas piloter. Une semaine avant, il avait gagné la course là-bas et il était le plus rapide, et le jour où il a été champion, il ne roulait pas du tout. Il en a été de même pour Arenas. Au dernier tour de piste de Portimão, il semblait ne pas savoir faire de la moto. C’est une pression qui vous affecte au niveau du pilotage. Jusqu’à ce que vous arriviez à ce point, vous ne savez pas comment ça se passe. Cette année, les choses ne se sont pas déroulées comme Quartararo l’avait espéré, mais Quartararo ne s’était jamais battu pour un championnat jusqu’à présent. Il s’est trouvé face à ça en MotoGP, et quand vous avez des doutes, vous régressez beaucoup plus vite. C’est pourquoi j’avais cette philosophie quand je suis arrivé : tant que vous ne vous battez pas pour un championnat du monde ou que vous ne l’obtenez pas, vous n’êtes pas prêt à faire le saut, vous brûlez les étapes. »

Les problèmes de Yamaha.
« Il y a de nombreux facteurs qui peuvent être analysés. Je ne comprends pas, car il faut en faire partie. Il est très difficile de donner un avis de l’extérieur. Il y avait des circuits où ils étaient à fond et d’autres où ils n’étaient pas dans le top 10. Et pas seulement un pilote, mais tous. C’est difficile, mais ça peut l’être. J’ai passé un an, en 2014-1015 le moteur avait une configuration qui ne convenait pas et j’ai traîné le moteur toute la saison. »

L’année sabbatique de Dovizioso.
« C’est incroyable. De plus, Dovi avait fait trois ans de suite en se battant pour le championnat du monde. Et puis, il y a eu Miller, que Dovi avait toujours surpassé, et Miller n’a pas été mauvais, il a été devant. La moto est peut-être différente, mais elle a fonctionné. C’est étrange, parce que je donne mon avis de l’extérieur du championnat du monde, mais c’est surprenant de prendre une année sabbatique, car ce n’est pas facile de revenir avec une année sabbatique non plus, sans faire de tests, il y a des pilotes Moto2 qui arrivent, une nouvelle génération…”

Après le retour, verrons-nous à nouveau une saison comme celles du passé ?
« Je ne sais pas, je ne peux pas répondre à cette question. Je ne pense pas que beaucoup de choses vont changer : Les motos ne changent pas, les pneus ne changent pas… Tout sera pareil. Je ne change pas, que je sois un pilote sur la piste ou non. Je ne pense pas que cela affectera mon niveau. Je ne regarde pas qui est la référence. Je sais qu’il y a un champion sur la piste qui est Joan Mir qui doit se battre pour le titre, que Fabio Quartararo sera sur la Yamaha officielle et devra être là devant, mais il n’y a pas de favori évident, peut-être Joan Mir. »

Changement de génération en MotoGP.
« Nous en sommes au point où le changement de génération s’annonce. Une nouvelle génération arrive, et tous les pilotes Moto2 se mettent en avant et poussent fort. »

Le championnat dans les catégories inférieures.
« Ils ont été bizarres. Je pense que le fait de refaire les mêmes circuits est un peu comme ce qui se passe lors des tests. Nous allons en Malaisie pour faire des tests et vous voyez les chronos : le troisième jour est très serré, vous êtes dixième… La première fois sur le circuit les pilotes habituels sont devant, puis dans la deuxième course sur ce circuit, les pilotes qui ont peiné un peu plus reviennent… Cela aussi change, dans un championnat. »

Ce qu’il a appris cette année.
« Cela m’a appris beaucoup de choses, à commencer par la blessure que j’ai eu au bras. Le retour était précipité, puis j’ai cassé ma plaque à la maison en ouvrant la porte pour aller dans le jardin. Mais ça ne se casse pas juste là, ça se casse à cause de tout le stress, et c’était une erreur. Ce que j’ai appris : nous, les pilotes, avons une qualité et un défaut, c’est que nous ne voyons pas le risque, nous ne voyons pas la peur. Cela signifie qu’on doit nous la faire voir. En toute logique, j’ai appris que je dois insister beaucoup plus. Je sors de la première opération et la première chose que je demande, c’est quand je peux revenir, car c’est ce que demande tout pilote, et c’est là que le médecin doit savoir comment me freiner et être réaliste. Je suis allé à Jerez avec la certitude que la plaque tiendrait, parce que c’est ce qu’ils m’ont dit. Et je suis courageux, mais je ne suis pas inconscient. S’ils me disent que la plaque peut se casser, je ne monte pas sur une moto à 300 kilomètres à l’heure. Ce sont des choses qu’on apprend, qui nous coûtent, et quand on s’en sortira, on appréciera. »

Referait-il la même course à Jerez, celle où il a chuté ?
« Oui, exactement. Quand l’erreur de Jerez est arrivée, c’est au moment où je prenais le moins de risques. Quand je pilote avec du stress, c’est là où je fais le moins d’erreurs, mais sans pression et déconcentré, je fais l’erreur. Je reviendrai quand je pourrai prendre les mêmes risques, car sinon, il est inutile de revenir. »

Lire l’article original sur Motosan.es

Fanny Villaécija



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team