Par Rachel Jiménez Rodriguez de Motosan. 

Raúl Fernández s’est confié au micro de Motosan.es avant le début des hostilités du Grand Prix de Grande-Bretagne.

C’est l’une des grandes surprises de cette saison 2021 et le meilleur est peut-être encore à venir. Avec une maîtrise incroyable, il a remporté il y a deux semaines la victoire sur le circuit de Spielberg, un exploit qui était comme un message particulier pour tous ceux qui ont choisi de le critiquer au détriment de ses résultats, de son charisme et de son potentiel. Raúl Fernández fera le saut en MotoGP l’année prochaine, mais il veut le faire en tant que Champion du Monde Moto2, sans oublier la route qui, même si elle n’est pas facile, l’a amené à être ce qu’il est aujourd’hui.

Vous venez de gagner il y a une semaine en Autriche, comment vivez-vous ce weekend à Silverstone ?

Raúl Fernández : « Je suis très motivé car c’est un circuit qui ne m‘est pas favorable. Et après un weekend qui a aussi été difficile, la course la plus difficile que j’ai eue à ce jour en Moto2, nous avons pu surmonter et gagner. Même dans mes meilleurs rêves, je ne l’aurais pas rêvé et la vérité est que remporter une victoire sur un circuit qui ne correspond pas à mon style de pilotage et dans lequel je n’ai jamais obtenu d’excellents résultats me motive beaucoup. »

De plus, vous avez réussi à réduire la différence de points avec Remy Gardner, commencez-vous à voir cela comme une chance pour le titre ?

« Oui, parce qu’en début d’année, quand tu débutes et que tu es un rookie, la dernière chose à laquelle tu t’attends c’est de jouer un titre. C’est pourquoi au début de l’année on pensait se battre pour des victoires et des podiums mais on ne se voyait pas en lutte pour le titre, je ne voyais pas ça faisable. A cette époque je savais que des moments difficiles pouvaient arriver mais ces moments sont arrivés comme l’Allemagne où je suis allé au sol ou l’Autriche 1 qui m’ont coûté cher et nous avons réussi à surmonter. En plus, avec tout ça on a remonté des points au championnat et ça vous rend très motivé et très impliqué. C’est quelque chose que je vois déjà comme faisable, que tu as là mais il ne faut pas y penser. »

Pensiez-vous qu’au cours de votre année de rookie en Moto2, vous vous battriez déjà pour le Championnat du Monde ?

« Non, c’est l’inverse. Je croyais que je pouvais faire bien, que je pouvais faire un Top5 jusqu’au milieu de l’année et en seconde mi-temps un podium mais pas me battre pour la couronne, loin de là. Je savais que c’était une catégorie qui me conviendrait beaucoup mieux en raison de ma taille, de mon poids et de ma forme physique, mais on ne pense jamais que l’on réussira quelque chose comme ça. Dans une catégorie comme le Moto3 où tout est censé être beaucoup plus facile, où je n’ai pas disputé le Championnat du Monde lors de ma deuxième année, comment aurais-je pu penser qu’en Moto2 j’en serais là ? »

On dit que le Moto2 est la catégorie la plus compliquée du Championnat du Monde, pourtant, tu t’es adapté très vite. Cela te rend-il optimiste pour l’avenir ?

« Oui, un peu oui, le Moto2 est une catégorie très difficile où nous n’avons pas d’aides électroniques, tout est fait par le pilote et les pneus. Mais je veux me concentrer sur cette année, ne pas trop penser à la façon dont l’année prochaine se déroulera, c’est un projet totalement différent et je pense que ce sera une moto beaucoup plus facile à piloter car nous aurons plus d’aides électroniques et plus de personnes qui travaillent avec plus d’expérience, mais c’est quelque chose auquel je ne veux pas trop penser. »

Après la victoire il y a deux semaines, vous avez dit que vous aviez dédié la victoire à tous vos ennemis. Comment les critiques ont-elles affecté Raúl Fernández ?

« Je pense que je n’ai pas été bien compris car une victoire n’ira jamais à quelqu’un qui ne vous soutient pas. Ce que je voulais dire, c’est qu’il y a beaucoup de pilotes sous-estimés, comme le cas de Mir, qui, je pense, est sous-estimé après ce qu’il a accompli en remportant un championnat du monde MotoGP, un autre en Moto3. Et les gens, dès que vous avez une année plus difficile tout de suite après, ils disent que vous avez réussi par chance. Mais non, il a été champion du monde deux fois et maintenant il est deuxième du classement général. »

« Je pense qu’il m’arrive la même chose parce que les gens, quand tu as un weekend difficile ou une mauvaise course, te critiquent beaucoup et te disent que tu ne seras plus là, donc c’était un peu dire que je suis un rookie, j’ai gagné, j’ai obtenu de bons résultats et les gens ne l’apprécient pas. Et dans les moments difficiles au lieu de soutenir, ils t’enfoncent. La victoire, enfin, je la dédie aux personnes qui vous aiment, vous soutiennent et souffrent avec vous chaque jour. »

 

Raúl Fernández : “vous ne pouvez pas vivre longtemps avec ce que les gens pensent”

 

Avez-vous l’impression que petit à petit vous avez « fermé la gueule » avec vos résultats ?

« En fin de compte, c’est quelque chose qui plus que fermer la bouche doit vous servir, vous ne pouvez pas vivre longtemps avec ce que les gens pensent. Mais c’est vrai qu’au début de l’année les gens m’ont dit que je n’allais rien faire en Moto2 et qu’ils allaient m’humilier et ces gens ont changé d’avis. Mais c’est quelque chose de secondaire, je ne suis pas focalisé dessus, ça sera toujours là et s’il y a des ‘haters’ c’est parce que tu fais bien les choses. »

Vous êtes depuis le Moto3 avec Aki Ajo, il a été le berceau de nombreux champions par le passé. Quelle est la particularité de cette équipe selon vous ?

J’ai une affection particulière pour cette équipe depuis que j’étais dans la Red Bull Rookies Cup parce que c’est l’équipe qui est la première que vous voyez, c’est l’équipe qui porte les couleurs officielles de Red Bull et KTM. Et Aki est une personne que je voulais. Pour obtenir mon plein potentiel, je devais être avec une personne comme lui, pour me donner un coup de pouce ».

« Je savais que c’était une personne qui vous donne beaucoup d’énergie et vous dit comment elle va et va vous aider. C’était la raison pour laquelle je voulais venir ici. Aki, même s’il est parfois dur, il est aussi très direct et pour des gens comme moi, il m’a beaucoup aidé. Sans enlever l’équipe humaine derrière elle, il y a beaucoup d’équipes qui semblent très familières de l’extérieur et mais pas de l’intérieur. Et cette équipe de l’extérieur a l’air sérieuse mais à l’intérieur il y a une très bonne ambiance. »

Vous parlez d’une très bonne ambiance dans l’équipe, vous jouez actuellement le championnat contre votre coéquipier, quelle est votre relation ?

« Finalement, le premier rival est votre coéquipier, si vous jouez le titre contre lui, une tension se crée, nous essayons d’avoir une bonne ambiance et de jouer le titre sur le terrain. Si vous y jouez à l’extérieur c’est moche, c’est un non-sens. J’essaie de retirer 100% du jeu de la piste. En dehors, nous ne sortirons pas boire une bière parce que nous ne sommes pas des amis pour la vie mais nous devons avoir une bonne ambiance, si nous devons aller manger avec l’équipe, nous allons parler, nous avons une bonne relation et quand nous entrons sur la piste nous sommes des rivaux jusqu’au dernier tour. »

Ces dernières années, il y a eu beaucoup de critiques selon lesquelles certains pilotes montent dans la catégorie sans avoir combattu pour le championnat du monde, à la fois de Moto3 à Moto2 et de Moto2 à MotoGP, cependant, nous voyons des pilotes comme Quartararo qui est maintenant leader mondial en MotoGP ou Jorge Martin vainqueur il y a deux weekends. Pensez-vous vraiment qu’à chaque fois les pilotes montent plus vite en catégorie ?

« Quand je suis monté en Moto2, les gens m’ont dit que je n’avais même pas combattu pour le titre mais que je n’avais fini que quatrième de mon championnat. L’année dernière, j’ai eu une saison très difficile et au final les gens restent avec ça mais ils ne voient pas toute la trajectoire derrière ça. »

« J’ai eu une année 2019 très difficile et c’est pourquoi 2020 m’a tant coûté mais je venais de terminer troisième de la saison, après avoir combattu avec Mahindra… Qu’est-ce que je veux dire par là ? Que je ne viens pas avec une histoire d’avoir fait un championnat dans mon village puis le Championnat du Monde. On m’a beaucoup reproché d’être passé de Moto3 à Moto2 en terminant quatrième du Championnat du Monde mais il y a beaucoup de pilotes qui sans faire de podium sont là et je pense que c’est le problème. En MotoGP, de nombreux pilotes prennent leur retraite car à la fin, l’ère change et nous en introduisons une nouvelle. Ils doivent mettre des pilotes Moto2. »

Enfin, vous partagez actuellement une passion et travaillez avec votre frère, aimeriez-vous également partager une catégorie ?

« C’est le rêve. Son rêve est d’aller en MotoGP et le mien l’est aussi donc j’espère qu’un jour nous le réaliserons tous les deux. J’espère que oui. »

Bien qu’il faudra souffrir si vous disputez la victoire…

« Ouais, ouais… Mais c’est la plus belle souffrance qui soit. »
KTM Raul Fernandez



Tous les articles sur les Pilotes : Raúl Fernández

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Ajo Moto2