Joan Mir et son équipier Alex Rins placé juste devant lui ont confirmé que les Suzuki restent fidèles à elles-mêmes lorsqu’il s’agit de jouer le meilleur chrono dans une séance qualificative. Avec ou sans botte secrète clamée par Alex Rins, le résultat reste identique : elles rentrent dans le rang et végètent en bas du top 10 en attendant la course où elles remonteront. Car le Champion du Monde Joan Mir confirme aussi que son rythme pour la compétition est excellent.

Les deux Suzuki se sont évitées les affres de la Q1, mais bien que directement en Q2, elles n’ont pas fait mieux qu’à leur habitude. Huitième et neuvième seront les places de la grille de départ d’où elles s’élanceront. « Je suis satisfait du travail effectué. Nous avons pu arriver en Q2 et nous avons assez bien survécu. En FP4, j’ai été assez cohérent avec les pneus usés. En fait j’ai été l’un des rares à ne pas avoir monté de pneus neufs et j’étais toujours en haut du classement » dit Joan Mir.

« Je suis content car nous avons fait un pas de géant par rapport à vendredi et l’équipe a fait un très bon travail. Nous nous sommes beaucoup améliorés en termes de stabilité et de freinage. Vendredi c’était très difficile pour moi de piloter. Je ne suis pas encore là où je veux être mais c’est le début de quelque chose, nous sommes sur la bonne voie » assure le Champion du Monde.

Ce dernier voit ainsi sa course : « nous n’avons pas ce qu’il faut pour prendre la pole position. Mais nous avons un package pour jouer un bon rôle dans la course et attaquer le podium. Le rythme de course me rend optimiste. Il y a des pilotes qui ont pu faire mes temps, mais pas beaucoup ». Il termine : « ce ne sera pas facile pour nous, mais cela vaut aussi pour les pilotes Yamaha ».

Joan Mir et Alex Rins attendront l’usure des pneus

Chez son équipier Rins, on regrettait d’abord d’avoir été privé de la dernière évolution amenée par Suzuki sur la GSX-RR : « c’était vraiment dommage que nous n’ayons pas été mieux classés. C’était un de ces jours où j’allais bien, j’ai pu faire un bon tour rapide mais nous avons eu un problème sur la moto, je n’ai pas pu améliorer mon temps sur la dernière tentative car cela m’a arrêté, il y avait un problème électronique que maintenant ils étudient pour essayer de le résoudre pour la course ».

« S’ils ne résolvent pas le problème, alors nous sortirons avec l’autre moto, cela fonctionne bien, mais il faut trouver le problème pour qu’il ne se reproduise pas. Partir huitième nous pénalise au Mugello, dont la ligne de départ est loin du premier virage. Les sept pilotes devant moi je les vois se battre, la Ducati, la KTM vont bien, Fabio sera là et même Mir peut venir s’accrocher au groupe ».

« Nous avons des options de podium et de victoire, cela dépend du déroulement de la course, si je me mets en tête et que je me laisse tirer, je pense que je pourrais ouvrir une brèche. Il faut faire un bon plan pour la course avec l’usure des pneus » termine Rins qui doit faire une performance ce dimanche après trois abondons consécutifs sur chute.

MotoGP Italie J2 : qualifications

Crédit classement motogp.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins, Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar