Quelles que soient les circonstances, heureuses ou malheureuses comme lors de ce Grand Prix d’Italie sur le circuit du Mugello, Jack Miller prend la plume le dimanche soir pour vous partager ses sentiments sur son blog personnel.

Au terme d’un week-end marqué de noir, le pilote australien y détaille sa course, qu’il a terminée en 6e position, mais s’insurge également contre les replays des accidents, qu’il juge inacceptables.
Nous ne pouvons pas lui donner tort…


Bonjour à tous,

C’était mieux que d’habitude pour moi au Mugello, donc sortir d’ici avec quelques points décents et rester à la quatrième place du championnat est un bon résultat. Comme vous l’avez probablement entendu une centaine de fois ce week-end, le Mugello n’est pas un endroit où j’ai rencontré beaucoup de succès au fil des ans, alors pour finir sixième, obtenir 10 points, rester où j’étais dans le classement et aller à Barcelone la semaine prochaine, je vais prendre ça. Mais ce fut un dimanche triste pour nous tous, le genre de jour où les résultats ne semblent pas du tout importants.

Nous avons eu l’accident en qualification Moto3 avec Jason Dupasquier, et nous espérions tous le meilleur pour lui lorsque nous avons quitté la piste samedi soir. Malheureusement, nous avons appris qu’il était décédé le dimanche avant le départ de la course Moto2, et nous avons tous couru le cœur lourd.

Ce que nous avons vécu aujourd’hui est une tragédie, il n’y a aucun doute là-dessus. Une jeune vie a été perdue et le fils de quelqu’un, le frère de quelqu’un, a été emporté bien trop tôt. Je présente mes sincères condoléances à la famille de Jason, car pour une mère et un père, voir cela se produire, c’est tout simplement terrible. Je sais que certains pilotes ne voulaient pas courir et ont critiqué après coup la décision de courir, et bien que je ne veuille pas en dire trop, je pense que Jason était un pilote dans l’âme et je suis sûr qu’il aurait voulu que la course continue.

Samedi soir, alors que nous espérions et priions tous pour avoir de bonnes nouvelles, j’étais à une réception et les téléviseurs n’arrêtaient pas de montrer les reprises de l’accident. J’ai débranché toutes les télévisions parce que nous n’avions pas besoin de voir cela, voir les replays après les replays, c’est tout simplement une erreur et, pour moi, c’est inacceptable. Nous savons tous que les courses de moto sont dangereuses, nous en sommes tous conscients et nous essayons de ne pas penser au pire qui puisse arriver, mais pour moi, c’était trop. C’était complètement inutile et de très mauvais goût.

Dans la course, j’ai lutté contre le vent et j’ai eu l’impression de forcer un peu les choses au début, et j’avais besoin de faire un tour ou deux pour ralentir et me recentrer pour voir ce que je pouvais faire. J’ai perdu quelques places et probablement trop de temps au début, puis mon rythme s’est accéléré avec le temps, mais les gars devant étaient juste un peu trop rapides pour moi aujourd’hui. Pour être honnête, mon principal objectif était de repartir d’ici avec quelques points, et même si cela peut sembler étrange à dire quand vous avez gagné les deux courses précédentes, j’étais en fait assez satisfait de la sixième place parce que je me suis senti à la limite à plusieurs reprises et je me suis fait quelques chaleurs. Je voulais voir le drapeau à damier au Mugello pour une fois, alors c’est fait.

Le Mugello est un endroit que j’aime, que tous les pilotes aiment, et qui nous a tous manqué l’année dernière. Il ne m’avait pas beaucoup aimé en retour, parce que mes résultats avant cette année avaient été assez mauvais, soyons honnêtes. Les deux années où nous avons couru avec la livrée jaune de Ducati, j’étais dans le groupe de tête, mais j’ai dû le laisser tomber. C’est un circuit sur lequel vous aimez rouler avec une MotoGP, mais sur lequel j’ai déjà fait des erreurs stupides, donc disons que ce n’est pas parce que je ne suis pas assez rapide. Donc, comme au Mans… j’avais quelques comptes à régler en arrivant là-bas et j’ai pu redresser la barre, et l’objectif pour le Mugello était le même.

La grande nouvelle qui s’est produite entre ici et la France, c’est bien sûr que j’ai été confirmé dans l’équipe pour l’année prochaine, et ça a été quelques semaines assez phénoménales. C’est irréel d’avoir signé le contrat et de ne pas avoir à s’inquiéter de cela pendant encore huit mois environ, et je peux maintenant me concentrer sur ce que j’aime le plus. C’est un véritable honneur pour moi de rouler pour cette équipe et de porter ces couleurs, et le soutien que j’ai reçu de l’équipe ces derniers mois, la foi qu’ils ont montrée en moi, ont été irréels. J’espère leur rendre la pareille en remportant d’autres victoires, et nous verrons ensuite où nous en serons au championnat.

Barcelone dimanche prochain, donc je vous parlerai de là-bas.

Au revoir, Jack



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team