On lui a préféré son ancien équipier Danilo Petrucci pour faire l’équipier de Dovizioso au sein du team usine Ducati et pendant l’intersaison, il a été bousculé par le débutant Pecco Bagnaia fraîchement installé dans le box Pramac. Mais depuis que la saison est lancée, Jack Miller a réaligné la mire. Il domine en performance pure le premier cité alors que le second est finalement bel et bien un débutant. L’Australien est passé de la GP17 à la GP19 et, à l’écouter, ça change tout. En Miller dans le texte…

Car l’Australien est un caractère. En Argentine, il a effleuré le podium après avoir été contraint à l’abandon au Qatar à cause d’une selle baladeuse. Une quatrième place à Termas qui a égalé son dernier meilleur résultat qui remontait au Grand Prix de France de l’an passé. Mais cette fois, il semblerait que cette position ne soit pas le point culminant de qu’il peut réaliser cette saison. Et le vainqueur d’Assen 2016 sous la pluie avec une Honda explique pourquoi.

Sur les ondes de redbull.com, il commente : « je prends vraiment du plaisir à piloter la Ducati GP19. C’est une grosse évolution par rapport à la GP17, car je n’ai jamais piloté la GP18. C’est comme si on m’avait donné un pistolet pour aller dans un combat de rue. Je ne pourrais pas expliquer autrement ma situation actuelle ».

Il tente quand même… « les chronos viennent plus facilement, et vous n’avez plus cette impression d’être pendu à chaque virage pour y arriver. J’étais très frustré au Qatar car de la façon dont Dovi a géré et gagné cette course, je pense que j’aurais pu rester dans le groupe de tête et être en mesure de tenter quelque chose dans les derniers tours si cette selle ne s’était pas cassée. Lors des premiers tours, vous n’exagérez plus au freinage jusqu’à griller votre pneu avant juste pour rester dans le peloton avec la crainte de perdre le contact dans la ligne droite ».

« je peux donc à présent gérer les pneus car la moto est intrinsèquement rapide et c’est sans aucun doute un élément majeur. En Argentine, j’ai perdu le podium pour 1.6s seulement mais j’aurais pu aussi finir avec zéro point en insistant. Et il n’y a rien de pire que de commencer la saison sans rien marquer ». Ce qui avait été le cas à Losail pour les raisons que l’on sait…

Il termine : « Nous sommes dans le coup, c’est juste une question de temps si on continue à travailler comme ça ». Le duo en rouge va devoir surveiller ses arrières…



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac