Johann Zarco attend, comme l’ensemble de ses collègues pilotes, son heure. Celle qui donnera le signal d’un retour sur la piste avec la moto. Une longue attente et une incertitude qui est aussi une épreuve nerveuse pour ces compétiteurs qui aiment tout sauf l’immobilisme et la routine entre quatre murs. Cependant, cette situation n’est pas inédite pour le Français. En quittant prématurément KTM en 2019, il s’est retrouvé dans l’expectative. Il a donc l’expérience de ce type de crise et sait la gérer. Un recul qu’il espère transformer en avantage, lorsque les hostilités pourront enfin reprendre…

Johann Zarco a laissé ses peintures de guerre de kamikaze sur son casque pour y appliquer des symboles de sagesse et d’harmonie. De nouvelles valeurs qui le persuadent qu’à toute chose malheur est bon. Ainsi, au sujet de la crise provoquée par un coronavirus qui fait le gros vide autour de lui, le pilote Avintia Ducati pense qu’il y aura du positif à en tirer : « c’est une période étrange, mais je me dis que ça peut aller à mon avantage » lâche le double Champion du Monde de Moto2.

« J’ai déjà eu l’expérience d’être sans pouvoir piloter ou d’avoir à connaître une moto et à m’adapter rapidement, c’est arrivé l’année dernière lorsque je suis monté sur la Honda en Australie. J’ai ensuite signé avec Ducati, je n’ai pas passé les tests en novembre et cela m’a fait faire une pause de près de trois mois avant de partir en Malaisie. Il n’y a pas eu de résultats frappants le premier jour, mais les choses se sont améliorées au Qatar. »

Zarco a poursuivi son analyse au micro de Canal+ : « cela me donne confiance. Je me dis que si l’interruption est longue, je me perdrai peut-être moins que les autres. Je ne peux qu’espérer que ce sera à mon avantage, que les choses iront mieux plus vite que les autres et dès que nous reprendrons les courses je pourrai m’améliorer sensiblement. J’espère donc toujours aller dans cette direction. J’ai pleinement confiance en Ducati, je suis déjà heureux d’avoir fait leur connaissance et d’avoir piloté la moto. »

Il termine : « l’équipe peut me donner du temps, elle ne se précipitera sur rien. Je ne discute actuellement de 2021 avec personne. L’idéal serait de rester avec Ducati, si je peux bien faire avec eux, mais il ne faut même pas fermer les portes à d’autres possibilités. Mais ce n’est pas le moment, nous sommes plus dans une situation de survie que de négocier un contrat. » Tout est dit…

 

 

 


Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing