Par Abril Gomez Casares / Motosan.es

Jorge Lorenzo a analysé les dernières nouvelles du MotoGP dans une interview en direct avec Moto.it. Il a attiré l’attention sur la situation de Rossi et Márquez en MotoGP.

Le quintuple champion du monde Jorge Lorenzo est devenu un habitué du talk-show MotoGP. D’abord sur sa chaîne YouTube, mais aussi en tant qu’invité dans différentes émissions. Cette fois-ci, il était l’invité du média italien dans une réunion virtuelle en direct, lors de laquelle il a abordé des sujets tels que les situations de Valentino Rossi et Marc Márquez en MotoGP, l’option de passer du MotoGP au WorldSBK, et a analysé par le prisme de sa propre expérience les trois grandes marques du championnat : Yamaha, Honda et Ducati.

Les chances de Márquez dans la lutte pour le championnat du monde.
« Tout dépend du moment où Marquez retrouvera 100% de sa forme. Le favori est Quartararo, mais si Marquez revenait très fort, il serait également en jeu. Je suis plus inquiet de son temps de récupération que de la différence de points. S’il redevient le Marquez de 2019 en un rien de temps, et commence à gagner autant de courses qu’avant, il rattrapera les points. L’inconnue porte plutôt sur le moment où il pourra retrouver sa meilleure forme, sinon sur la gravité de cette blessure, et sur la possibilité d’un rétablissement complet. C’est quelque chose que lui seul sait. »

La pression plus forte que la passion en MotoGP.
« Ce n’était pas vraiment de la souffrance, mais la concentration était très élevée et, si vous êtes concentré, vous n’êtes pas détendu et serein comme lorsque vous êtes en vacances ou que vous regardez un film… Vous travaillez, vous essayez toujours de trouver une amélioration avec votre ingénieur. J’ai passé toute ma vie, dans et hors du box, à réfléchir à la façon dont je pourrais être un meilleur pilote. Wayne Rainey m’a toujours dit : “Ne t’arrête pas de t’amuser”, car j’avais atteint un tel degré de perfectionnisme que je ne m’amusais plus. »

La possibilité de devenir un pilote du WorldSBK.
« Je vais faire un parallèle : Lorsque vous avez conduit une Ferrari ou une Lamborghini, descendre de catégorie est difficile. Lorsque vous avez piloté le meilleur, la Formule 1 des motos, le Superbike semble inférieur, à tous les niveaux. C’est un championnat différent, il a ses propres forces et intérêts, comme les courses de motos de route, ou le fait que le paddock soit plus convivial. Cependant, le MotoGP est le meilleur et j’y ai été champion du monde trois fois. »

Le changement de Valentino Rossi.
« A un moment donné, il a perdu la joie qu’il avait avant. Maintenant vous le voyez sur la grille, mettant son casque, se concentrant comme tout le monde. Avant, il était plus joyeux, il plaisantait parfois avec l’équipe ou avec les autres coureurs. Aujourd’hui, il ne peut plus se permettre de le faire, en raison de l’arrivée de jeunes pilotes très forts : Sans une concentration totale, les résultats qu’il obtenait auparavant sont devenus inatteignables. »

Ce que d’autres pilotes seraient capables de faire à 42 ans.
« Vous devez vous rendre compte que Rossi a 42 ans. Le temps passe pour tout le monde, c’est normal. On le ressent quand on a trente, trente-deux, trente-quatre ans, sans parler de 42 ans. J’aimerais voir si d’autres pilotes seraient capables de faire aussi bien que lui à son âge. Ce qu’il fait est unique, comme je l’ai dit à d’autres occasions. Il est certain que la Yamaha, qui n’est pas une moto très physique, et que Valentino la connaît très bien, l’aide dans ce domaine. Mais ce qu’il fait à certaines occasions, se battre pour la première ligne ou la pole position, il le fait parce qu’il est Valentino Rossi, il est spécial. J’aimerais voir Marc Marquez, ou Miller, ou Bagnaia à 42 ans… »

Casey Stoner et les Bridgestone.
« Valentino Rossi a demandé à passer aux Bridgestone parce qu’il s’est rendu compte que l’avantage de Casey Stoner n’était pas seulement dû au moteur, mais aussi au pneu avant Bridgestone, qui vous permettait de freiner 10 ou 20 mètres plus tard. C’étaient les avantages de Casey, la puissance de la Ducati et le pneu, en plus de son énorme talent. »

L’évolution de la Ducati.
« La Ducati est la meilleure moto. Depuis l’arrivée de Dall’Igna, ils ont fait beaucoup d’innovations. Yamaha, de son côté, apporte des améliorations petit à petit. Si vous comparez la Yamaha 2012 avec la 2021, c’est très similaire. Si vous comparez la Ducati 2012 avec la 2021, ça n’a rien à voir. La même chose qui se passe chez Yamaha se passe chez Honda. Pour moi, la Ducati actuelle est la meilleure Ducati de tous les temps, meilleure que la Ducati de Capirossi et Gibernau en 2006, meilleure que la Ducati de Casey quand il a gagné en 2007, et elle est meilleure que la Ducati que Dovizioso et moi avons pilotée de 2017 à 2019. Mais cette année, Quartararo est très fort. »

Lire l’article original sur Motosan.es

Abril Gomez Casares






Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo