Jorge Lorenzo

Jorge Lorenzo ne gâchera certainement pas avec cette remarque la grande fête que Ducati organisera à Bologne le 15 décembre pour célébrer ses deux triples couronnes en MotoGP et en WSBK, mais il aura voulu ternir un peu leur éclat qu’il ne s’y serait pas mieux pris… Ce dernier a fait deux saisons en rouge, en 2017 et 2018, avec trois victoires à la clé alors que la marque lui avait fait in pont d’or qu’il a traversé depuis son box Yamaha pour ramener le titre. Un échec en ce qui le concerne, ce qui ne l’empêche pas de reconnaitre qu’il en avait les moyens techniques…

Dans l’histoire des Desmosedici qui a amené jusqu’à cette GP22 et son ainée GP21 qui dominent actuellement la plateau MotoGP, c’est la GP16 qui est considérée comme la base de tous les opus à succès qui lui ont succédée. C’est la première Desmosedici gagnante portant le sceau de Gigi Dall’Igna qui a été créé pour s’adapter au mieux aux pneus Michelin et à délivrer une vitesse de pointe impressionnante. Son premier succès a été signé par Andrea Iannone à Spielberg, avant qu’Andrea Dovizioso ne double la mise en Malaisie. Cinq longues années de jeûne venaient de prendre fin. C’est aussi ce modèle qui a rendu irréversible la recherche aérodynamique dans le développement d’une MotoGP.

Le GP16 a remporté une troisième place au championnat des constructeurs, et avec, Dovizioso une cinquième place chez les pilotes. Cette Desmosedici est la genèse d’une dynastie de motos à présent révélées hautement compétitives. Ce n’est pas un hasard si, en 2017, sa succession remportera 6 courses aux mains de DesmoDovi, venant disputer le championnat du monde jusqu’à la dernière course du championnat face à Marc Marquez.

Le Ducati MotoGP che hanno fatto storia: GP16, il ritorno alla vittoria

Jorge Lorenzo : « ils ont peut-être eu des pilotes un peu trop jeunes ou trop irréguliers« 

Une saison qui était la première de Jorge Lorenzo en tant que pilote officiel Ducati. Une aventure qui ne s’est pas passée comme espérée et notamment par Gigi Dall’Igna qui, selon l’aveu du quintuple Champion du Monde aurait quand même retenté le coup en le réintégrant dans ses rangs. Ce qu’il a refusé. A présent, la firme de Borgo Panigale n’a plus besoin d’un cador pour réussir, ayant la machine pour gagner et aussi les jeunes pilotes pour continuer sur belle lancée initiée par Pecco Bagnaia cette année.

Cela étant dit, Jorge Lorenzo veut apporter son grain de sel dans le déroulé de l’histoire en mentionnant sur Speedweek : « Ducati a enfin réussi à redevenir champion du monde après 15 ans » commence-t-il. « Jusqu’à présent, la cohérence ou les résultats ont fait défaut, même s’ils ont probablement le package le plus complet depuis des années. Mais vous devez également reconnaître le fait qu’ils ont peut-être eu des pilotes un peu trop jeunes ou trop irréguliers » ajoute-t-il avant de conclure : « Pecco a réussi à trouver cette régularité cette année, ce qui est crucial si vous voulez devenir champion du monde. Je suis content pour lui, Gigi Dall’Igna et Ducati qui ont construit une moto incroyable ».

Lorenzo voit Ducati comme un devoir si les Italiens veulent redevenir champions du monde

Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team