Bon, le GP du Japon, le pays d’où viennent les motos championnes du monde (sauf en 2007 avec Stoner) c’est forcément un grand moment, un peu ce que Suzuka est à l’endurance, un super GP…

Mais… c’est vraiment pas chez nous… D’accord, ils font de belles motos, il y a et il y a eu de belles autos dans les catalogues (mais aussi des trucs impensables, qui nous font encore rigoler aujourd’hui…). D’accord, à voir les files de clients, même au seuil de l’hiver, qui attendent devant les restaus japonais branchés de la rue St Anne à Paris, il est clair que leur cuisine peut faire saliver, et ça, en France,  c’est un titre mondial permanent, la bouffe… D’accord, on leur en veut d’acheter un million d’euro un très gros thon rouge, le restaurateur de Tokyo sait qu’il va perdre une fortune mais il entre dans le Gotha de la renommée nippone mais… ça existe aussi chez nous, on voit ça à la fin du Salon de l’Agriculture quand on vend les bêtes de concours à des bouchers de très haut de gamme. D’accord, les films de Samouraï, surtout quand ils sont sept, ou quand en version plus moderne le dernier est un amerlo propre sur lui, on peut les adorer. D’accord, le sabre Hattori Hanzō, ce génie de Tarantino nous le raconte sous toutes ses lames durant deux fois deux heures et on en redemande… (Je me souviens, à la sortie du cinoche, d’un mec qui disait qu’il devenait impossible de s’appeler Bill, sous peine de mort immédiate et sanglante…). D’accord, j’aurais adoré être ceinture noire de karaté dans certaines situations potentiellement cassegueulesques… D’accord, au Japon ils circulent à gauche mais en Europe aussi et une Jaguar de collection qui n’aurait pas le volant à droite serait du plus mauvais goût… Et puis j’ai assisté en Suède au soir du changement de côté, on s’est beaucoup marrés (un seul mort dans tout le pays ! En France il y en aurait eu des milliers !) donc ce n’est pas un handicap, juste une habitude… Mais alors ?

Alors il y a que les Japonais se lèvent quand moi je me couche et quand ils lisent un journal ou un livre ils commencent par la dernière page et ils lisent de droite à gauche et de haut en bas!

Qui lit à l’envers pense à l’envers… Enfin pas comme nous. Et pas géographiquement à l’envers, comme les mecs de l’hémisphère sud qui vivent la tête en bas (j’y reviendrai au moment du GP australien). A l’envers intellectuellement… Faire un GP sur un circuit passe sous deux ponts, par exemple, il faut vraiment avoir les hémisphères de gauche et de droite du cerveau inversés ! Et puis vivre avec sept heures de plus que nous, ça rime à quoi ?

Les Grecs de l’Antiquité avaient déjà compris le principe des longitudes et donc des méridiens, mais pour les retrouver, il fallait créer un chronomètre de précision. La terre, à l’équateur, tourne (sur elle-même) à 464,99 mètres secondes mais où que l’on soit, elle fait un tour sur elle-même en 86 164 secondes. Même à un mètre du pôle nord. Donc chronomètre précis obligatoire, ce qui arrive tard, en Angleterre, au début du 18ème siècle. Le mec s’appelle  John Harrison et c’est à cause de lui, qu’on se tape cette m… de décalage horaire. Sinon on ne le saurait pas ? J’adore les raisonnements par l’absurde, pardon…

Cintré le mec ? Normal, il est anglais, on sait qu’ils pensent et parlent à l’envers depuis Astérix, en plus ils roulent à gauche ! Comme les Japonais…

Bon, les Japonais n’écrivent pas comme nous, ils ne pensent pas comme nous, ils ne dorment pas comme nous mais là on est chez eux, c’est forcément géant.

日本へようこそ, on prononce à peu près «Nihon he yokoso » autrement dit Bienvenue au Japon…

« Breaking news » comme on écrit quand on se prend pour les reporters du New York Times grande époque… J’apprends comme tout le monde avec un plaisir vorace qu’en 2022 il y aura un GP à Rio.

Géant de toute façon, mais en plus le décalage horaire est positif, travailler tard me sied…

 

 

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :