Lin Jarvis est le directeur général d’une équipe officielle Yamaha qui semble avoir fait sienne l’adage voulant que les apparences soient trompeuses. En effet, la firme d’Iwata est reconnue pour avoir été la déception de la saison 2020, ce qu’elle assume, et pourtant, ses M1 ont remporté carrément la moitié des courses du calendrier. Mais en ordre dispersé, le salut venant finalement d’une machine satellite datant de l’an passé. Et puis, il y a tout de même eu une sanction qui lui a enlevé des points au championnat. En 2021, on attend d’une firme comme Yamaha plus de constance et de clarté. Lors de la présentation, Lin Jarvis a donné son sentiment. A-t-il rassuré ? 

C’est un sujet qui a été systématiquement abordé par le nouveau duo de pilotes avec lequel Lin Jarvis va travailler en MotoGP. Tant Viñales que Quartararo ont en effet insisté sur leur volonté d’apporter une forte contribution au développement de la M1, l’Espagnol, qui est à présent l’aîné dans le box et doté d’une expérience de cinq ans au sein de la marque, appelant même à une profonde réorganisation sur un modèle Suzuki où le maître mot est la cohésion.

S’il n’y a pas tout à fait crise, ce déferlement de bonnes intentions montre à tout le moins qu’il y a des doutes. Et celui qui est en fonction pour les lever est Lin Jarvis. Le Britannique s’est employé à ce délicat exercice lors de la présentation de ses troupes, et notamment au sujet du moteur. Il a ainsi déclaré : « nous avons été en proie à des problèmes techniques l’année dernière qui sont survenus lors de la première course de la saison. C’était un problème auquel nous devions faire face ». Un souci qui s’est avéré se concentrer sur les soupapes, avec une action corrective qui a valu une sanction à Yamaha, au vu du règlement. Jarvis précise : « les soupapes des moteurs pour cette saison sont les « bonnes ». Nous commençons la saison avec des soupapes dont nous savons qu’elles ne présentent aucun défaut technique ».

C’est déjà ça … Mais Jarvis veut retourner la situation en persuadant que cet épisode a finalement été un mal pour un bien … « Dans le processus où nous avons dû faire face au problème l’année dernière, nous avons également beaucoup appris sur le réglage et la fiabilité du moteur. L’année dernière, vous avez vu que certains de nos pilotes ont parcouru un nombre incroyable de kilomètres avec un moteur, parce qu’ils le devaient. Personnellement, et j’espère que cela sera confirmé, je n’ai aucune inquiétude quant à la fiabilité de nos moteurs ».

Lin Jarvis prévient qu’en matière de performances et de puissance pure rien ne changera

On note tout de même que tous les doutes ne sont pas levés… En revanche, côté performance, la certitude est là. Hélas, pourrait-on dire : « en matière de performances et de puissance pure, nous savons que nous avons un déficit par rapport à nos adversaires. Cela restera ainsi ». Voilà qui n’est pas une bonne nouvelle, mais le même Jarvis est maître dans l’art de la sémantique : « l’un des avantages de ce développement figé est que la situation reste inchangée. Parce que si vous pouvez vous développer, vous pouvez obtenir plus de puissance. Mais peut-être que nos adversaires s’amélioreront encore plus. Dans cette situation, cependant, la performance est assez prévisible ».

Lin Jarvis sait donc ce qui l’attend, et c’est toujours ça. La concurrence ne pourra pas s’échapper encore un plus dans ce domaine de développement, mais l’homme de Yamaha reconnait aussi indirectement que même avec les coudées franches en termes de développement, sa marque n’aurait pas eu les capacités de rattraper son retard et gommer ses faiblesses. Vu comme ça, le fameux gel évoqué est moins rassurant pour le blason aux diapasons.

Reste que Jarvis tient aussi à signaler que le moteur n’est qu’un aspect de la moto : « nous avons remporté sept courses l’an dernier sans la puissance moteur de nos adversaires, donc je pense que nous pouvons recommencer ». C’est pourquoi, ainsi que l’a signalé Meregalli, Yamaha s’est à nouveau penche que la M1 de Morbidelli pour en tirer un nouvel axe de progression, basé sur le châssis, l’aérodynamique, et le poids. Les seuls paramètres où les constructeurs ont encore le droit d’intervenir pour trouver de la performance … Lin Jarvis termine tout de même avec cette évaluation : “je pense que la moto d’usine sera plus constante et plus performante cette année”. On réspire …

Meregalli parle de la Yamaha 2021 ...

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP