Marc Marquez a arpenté les travées d’un Salon de Milan qui bat actuellement son plein pour mieux célébrer la production motocycliste. L’occasion pour le septuple titré de jouer les vedettes sur le stand Honda. Mais aussi de faire le point sur le MotoGP et sur son évolution. Avec deux idées en tête : l’électronique, et l’arrivée des jeunes pilotes…

Marc Marquez est un champion qui agrémente son palmarès de titres et de victoires. Mais sa réputation, il la forge aussi par des sauvetages les plus improbables. Un instinct sans qui le nombre de ses chutes déjà conséquent serait sans nul doute doublé. Une capacité à rétablir la situation qui est aussi aidée par les machines actuelles et leur électronique.

Mick Doohan a juré qu’un Marc Marquez sur les sauvages 500cc deux temps serait tout autant devant qu’avec les MotoGP actuelles. Sans doute, mais peut-être serait-il aussi blessé… L’officiel Honda, qui va s’en aller fêter sa nouvelle couronne avec les siens à Cervera n’en disconvient pas : « enlever l’électronique sur les motos actuelles ? Mais vous voulez me voir catapulter dans les airs ! L’électronique est l’élément central de la moto. C’est elle qui détermine l’accélération. Les machines actuelles sont conçues pour fonctionner avec de l’électronique. C’est l’avenir de notre sport ».

Les nostalgiques seront sans doute déçus. Mais cette électronique permet aussi la promotion rapide de jeunes pilotes qui peuvent se reposer sur les garde-fous gérés par les puces savantes. Un point sur lequel Marquez n’est pas tout à fait en accord… « Je ne suis pas pour une montée rapide des jeunes. Prenez le cas de Joan Mir : il a marché en Moto3, mais on ne voit en difficulté en Moto2. Le cas Bagnaia est différent. Il est Champion du Monde, et il mérite donc sa place ».

Un message distillé sur GPOne qui sera aussi entendu par son frère Alex, dont l’équipier est justement Joan Mir



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team