Ce dimanche 24 octobre 2021, Pecco Bagnaia a répondu aux questions des journalistes depuis le Misano World Circuit Marco Simoncelli, à l’issue du Gran Premio Nolan del Made in Italy e dell’Emilia-Romagna.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote italien, qui a chuté en course après avoir longtemps évolué en tête, et s’est par conséquent incliné au championnat face à Fabio Quartararo.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Pecco Bagnaia sans la moindre mise en forme.


 

Pecco, comment vous sentez-vous après cette course ? On vous a vu aller féliciter Fabio Quartararo pour son titre…

« On avait la possibilité de maintenir encore nos chances au championnat en remportant cette course. J’ai tout donné, à chaque tour. J’avais chaussé le pneu dur à l’avant et cela s’est avéré être un bon choix. J’ai pu attaquer à chaque tour, mais le problème c’est que j’ai légèrement relevé la pression sur une boucle, le pneu s’est refroidi et il était dès lors très facile de chuter. »

« Mais de toute façon nous avons fait de notre mieux, nous étions là pour nous battre pour la victoire de nouveau. Nous avons été très forts et compétitifs, et par conséquent je suis content de ma performance aujourd’hui, même si le résultat n’est pas là. Nous méritions clairement plus. Nous avons essayé d’être encore plus compétitifs que d’habitude, et je pense que nous sommes en bonne position pour l’an prochain. »

« A l’arrivée, j’ai simplement dit à Fabio qu’il méritait amplement son titre. C’était lui qui le méritait le plus, et en ce sens je suis content pour lui. L’an dernier il était dans ma position : C’était la première fois qu’il parvenait à gagner des courses. Je pense donc que l’an prochain ce sera notre tour d’être les mieux préparés pour aller chercher le titre. »

 

 

On a vu énormément de fans italiens durant tout le Grand Prix, et on a perçu de l’émotion chez vous sur la grille avant la course. Quelles ont été vos sensations à ce moment-là ?

« C’était très émouvant, et je tiens simplement à remercier tous les fans qui sont venus ici à Misano, ainsi que toutes les personnes qui ont scandé mon nom, même après ma chute. J’aurais bien aimé assurer le spectacle un peu plus longtemps pour eux, mais malheureusement il y a eu cet accident, et j’en suis désolé. »

Vous avez chuté parce que vous avez perdu l’avant. Mais avez-vous perdu l’avant vraiment parce que votre pneu s’était refroidi, ou bien était-ce lié à une perte de concentration à ce moment de la course ?

« Je peux vous assurer que ce n’était pas parce que j’ai perdu ma concentration… Bien au contraire j’étais en train d’attaquer comme un beau diable. Je tenais vraiment à aller chercher cette victoire et au final j’ai chuté. Je pense que le choix de pneus a été bon, car c’était le seul qui me convenait dans les phases de freinage. »

“Je tenais vraiment à aller chercher cette victoire”

 

« Mais le truc avec le pneu dur à l’avant, c’est que vous êtes contraint d’attaquer à chaque tour pour le maintenir dans sa bonne température de fonctionnement. C’est pour cela que je dis que j’ai eu mon accident : J’ai un peu soufflé l’espace de quelques virages, puis je suis arrivé dans le numéro 15 et j’ai chuté. »

« Nous avons beaucoup travaillé, et ce fut difficile ce weekend. Le rythme a été plus fort qu’il y a cinq semaines. Nous devons en être satisfaits même si tout de suite c’est la frustration qui prédomine, car aujourd’hui nous avons démontré que nous étions de nouveau en mesure d’évoluer aux avant-postes. »

 

 

Est-ce que la présence derrière vous de Marc Márquez vous a rendu les choses plus faciles ou non ? Aviez-vous besoin de lui pour maintenir un rythme de course correct ou auriez-vous préféré vous en passer ?

« Franchement tout ce que je cherchais c’était d’être le plus régulier possible, même si bien sûr j’avais bien conscience que Marc était derrière moi. Mais je savais que j’avais encore du potentiel. J’avais donc la pression, mais pas autant qu’en Aragón ou que la dernière fois ici.

Vous avez décroché jusqu’ici vos deux premières victoires en MotoGP cette saison, ainsi que vos sept premiers podiums. Si vous considérez la saison dans son ensemble, où pensez-vous l’avoir perdu face à Fabio ?

« Le fait est que l’an dernier j’avais fini à la 16e place du championnat, et en dehors de deux courses, globalement j’étais vraiment derrière. En début de saison j’étais donc plutôt dans la perspective de poursuivre mon apprentissage, pas de remporter le championnat. »

« Mais au fil des courses j’ai bien compris que les choses allaient bien mieux que l’année précédente, et j’avais de formidables sensations avec l’équipe et la moto. Nous avons fait du bon travail, et nous devons en être contents car à présent nous sommes deuxièmes du championnat. Je ne pense même pas qu’avoir perdu le titre doit être une source d’agacement pour nous. »

 

 

« Il faut simplement se rappeler que ce n’était pas notre objectif premier cette année. J’ai beaucoup travaillé, et lors des cinq dernières courses je me suis constamment battu pour la victoire. C’est donc un incroyable pas en avant que nous avons réalisé comparé au début de la saison, et nous devons être contents de cela. »

“Le championnat n’était pas notre objectif premier cette année”

 

« Une fois qu’on a dit cela, je pense avoir perdu le championnat au Mugello, quand j’ai chuté en tout début de course alors que j’étais devant. Puis lors de la première manche en Autriche ainsi qu’à Silverstone où j’ai fait des choix de pneus qui n’ont pas fonctionné. Je pense que j’ai perdu le championnat sur ces trois courses. »

« Mais je ne pense pas que ce soit comme cela qu’il faille raisonner. J’ai perdu le championnat un point c’est tout, et il faut que j’apprenne des erreurs commises cette année pour être plus fort l’an prochain et être constamment aux avant-postes, comme ce fut le cas lors des quatre dernières courses. Mais je suis certain qu’avec le pas en avant que nous avons effectué en fin de saison, nous allons pouvoir nous présenter encore plus prêt pour 2022. »

 

 

Sachant que Misano n’est pas la piste la plus favorable aux Ducati, pensez-vous que votre performance du weekend, où vous avez tenu le haut du pavé avec Jack Miller, vous permette d’affirmer que vous pouvez désormais faire face à la concurrence sur n’importe quel tracé ?

« Tout le monde pense que la Ducati est la meilleure moto du plateau. Mais dans les faits c’est bien une Yamaha qui a remporté le championnat. Nous avons beaucoup travaillé et bien sûr notre moto est très compétitive. Nous avons un supplément de puissance dans les lignes droites, mais il nous reste encore du travail à faire. Le pas que nous avons franchi cette année est incroyable, et il est vraiment possible que nous nous présentions la saison prochaine avec la moto la plus compétitive. »

 

MotoGP – Misano-2 – Résultats Course :

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team