Jack Miller a incontestablement appris de son dernier week-end à Misano. Il avait alors passé sa première partie de course à s’épuiser à donner la réplique aux Yamaha. En fin de parcours, il avait dû rentrer dans le rang, voyant même son équipier Bagnaia le passer pour mieux filer vers le podium. Depuis, il y a eu aussi une journée de test sur le circuit. Pour cette échéance, équivalent à un second round, l’Australien montre un autre visage…

Depuis le début de ce septième meeting de la saison, et le second consécutif à Misano, Jack Miller a laissé la main à son équipier Bagnaia, qui le sera aussi sans doute en 2021 sur les Ducati rouges. Mais le moment décisif des qualifications a été le sien. En effet, le voici second de Viñales alors que Pecco est cinquième. Certes, il aurait dû être premier, mais l’histoire retiendra seulement qu’il ne l’a pas été…

Jack Miller est donc dans la position de départ qu’il faut pour élaborer sa stratégie. Et la voici… « La semaine dernière, je me suis emporté à chasser Franky et Vale lors des dix premiers tours. Demain, je veux piloter à mon rythme et ne pas me laisser précipiter vers la ruine. Je dois gérer mes pneus et gérer mes ressources. Ensuite, nous verrons ce qui en sortira à la fin ».

« En ce qui concerne la répartition des pneus, nous sommes tous dans le même bateau. Cette piste met beaucoup de pression sur les pneus. Mais je suis beaucoup plus satisfait de ma configuration avant la course que la semaine dernière. On s’en sort toujours très bien au départ, c’est une de nos forces. Ensuite, nous devons attendre. Il reste à voir à quoi ressemblera le rapport de force sur 27 tours » analyse le troisième du championnat.

« J’ai dû tout mettre sur un seul coup »

Reste qu’avant d’arriver à ce second plot de la première ligne, Jack Miller a dû batailler. Il a fait une erreur en FP3 samedi matin et a donc dû faire le détour désagréable par la Q1 vers Q2, dont seuls les deux plus rapides passent. « Ce n’était pas idéal que je doive aller en Q1. En FP1, je n’ai manqué l’entrée directe en Q2 que d’une position. En Q2, je n’avais qu’un pneu arrière soft. J’ai donc dû tout mettre sur un seul coup. Mais nous l’avons bien géré ».

Pour la course, il développe : « depuis dimanche dernier, nous travaillons à trouver un meilleur rythme de course », a expliqué JackAss. « Parce que dimanche dernier, je n’avais pas le meilleur rythme pour la course. C’est pourquoi nous essayons de nous rapprocher de la régularité des pilotes devant ».

« Les Yamaha sont toujours super cohérentes aux essais, vous pouvez le voir dans les listes de résultats. Je dois travailler dur pour les garder à portée de tir. C’est notre objectif principal. Nous devons également comprendre comment les pneus se comportent. Parce qu’en toute honnêteté, nous avons fait beaucoup de tours avec tous les mix, mais je n’en ai pas trouvé pour la course qui me convient à 100%. Cela a beaucoup à voir avec la température de l’asphalte. Nous devons donc encore faire un plan pour dimanche ».

Tout reste donc à faire dans une conjoncture où beaucoup désignent Bagnaia comme le grand favori…

Jack Miller: 2e sur la grille, meilleur rythme de course

MotoGP Misano2 J2 : qualifications



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac