Via le site officiel MotoGP.com, nous avons assisté samedi à la conférence MotoGP post-qualifications du Grand Prix d’Émilie-Romagne qui a réuni Maverick Viñales, Jack Miller, Fabio Quartararo, Luca Marini et Raúl Fernández.

Comme à notre habitude, nous reportons ici l’intégralité des propos de Fabio Quartararo, sans la moindre mise en forme.


Fabio, encore une première ligne très importante pour vous, mais votre rythme de course semble également très solide. Vous semblez avoir de bonnes chances pour la course de demain…

Fabio Quartararo : « Oui, j’apprécie beaucoup d’être en première ligne car nous savons que c’est vraiment important. Notre rythme de course paraît bon. Nous avons essayé quelque chose de différent en FP4 et notre vitesse n’est pas la meilleure, mais je suis heureux car nous avons une bonne base pour demain. Je me sens très bien et normalement nous reviendrons aux réglages de la FP2 qui étaient les meilleurs pour le rythme de course. Nous verrons bien et je me sens bien sur la moto. J’ai commis deux erreurs pendant mon tour de qualification et j’ai été surpris de faire 1’31.2, mais l’objectif principal était d’être en première ligne et je suis également heureux d’avoir progressé sur les départs ce week-end. »

La semaine dernière, votre départ n’était pas le meilleur. Avec le Launch Control, comment peut-on rater son départ ?

« Mon dernier départ n’était pas superbe, mais j’en ai déjà fait des pires (rires) ! Pour moi, c’est sensible : Vous relâchez l’embrayage, vous devez être très précis pour faire un départ parfait. Honnêtement, je peine à vraiment trouver le point pour que le départ soit vraiment régulier à chaque fois. Peut-être pas les meilleurs départs, mais qu’ils soient réguliers, je pense que c’est très important et nous ne trouvons toujours pas cette régularité. Donc nous verrons demain, mais en moyenne je n’ai pas été mauvais cette semaine. »

Certains pilotes ont dit que les performances étaient très serrées parce que tout le monde avait beaucoup pu travailler ici et que cette similarité de chronos pourrait entraîner plus de chutes que d’habitude. Êtes-vous d’accord avec ça ?

« Nous verrons, car la semaine dernière, j’ai senti moins de dégradation des pneus que pour cette course. Si vous regardez les rythmes, tout le monde va très vite. Bien sûr, nous sommes plus à la limite et nous pouvons chuter plus facilement durant la course. Je vais donc essayer de ne pas commettre la même erreur que la semaine dernière, et c’est pourquoi il était important pour moi de savoir pourquoi j’avais chuté. Pour le moment, il n’y a peut-être pas 10 pilotes, mais pas loin de 10 pilotes qui pourront se battre pour la victoire demain. Ce sera donc une course intéressante et nous verrons bien comment ça se passera pour nous. »

Après cinq journées passées à rouler sur ce circuit, qu’avez-vous appris sur vous-même et sur votre moto ?

« Je me sens très bien car nous avons fait plus de 100 tours mardi dernier durant le test. Nous avons appris beaucoup de choses mais pas quelque chose de spécial : Vous apprenez plus à savoir où sont les limites. Honnêtement, le virage 11 est tellement rapide que vous voulez le passer à chaque fois plus vite ! Vous sentez très bien la limite et c’est bien également de perfectionner certains freinages et certaines façons de prendre les virages. Dans le secteur 2, j’étais très mauvais le premier weekend, alors que j’y ai été très bon pendant la qualification. Ce que j’ai appris concerne principalement le secteur 2 mais je peine encore beaucoup dans le secteur 4. Nous devons trouver une solution pour demain et nous avons un plan durant le warmup pour voir si nous pouvons gagner un dixième sur le rythme dans le secteur 4. »

Les pilotes disent que l’adhérence a beaucoup augmenté mais que les bosses sont toujours là. Qu’en pensez-vous ?

« Selon moi, la piste est meilleure d’une certaine manière mais pire d’une autre. L’adhérence est bien meilleure et c’est pourquoi toutes les catégories vont bien plus vite. Et c’est finalement le plus important, mais il est vrai que quand vous arrivez au virage 3, au virage 11, au virage 12, vous sentez que la moto bouge parfois vraiment beaucoup. Si vous prenez la bonne trajectoire, ça va, mais si vous commettez une petite erreur ça ne s’arrête jamais. Ça bouge, mais c’est seulement dans certains virages, donc au final le plus important pour aller vite dépend de l’adhérence, et je pense qu’ils ont fait un bon travail. »

Regardez-vous les courses MotoE, qu’en pensez-vous et vous voyez-vous un jour là-bas ?

« Je regarde les courses et c’est très amusant car ils se battent pour le podium jusqu’au dernier virage. C’est très amusant, mais pas pour moi pour le moment ! Je viens juste d’arriver en MotoGP et je pense que ce sont les motos les plus amusantes du monde. Peut-être dans longtemps, mais pour le moment je m’amuse beaucoup avec un moteur que l’on peut entendre. Pour le moment, je ne me vois pas en MotoE. »

Classement Q2 du Grand Prix d’Émilie-Romagne MotoGP :

Classement Q1 du Grand Prix d’Émilie-Romagne MotoGP :

Crédit classements et photo : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team