De Luigi Ciamburro / Corsedimoto.com

L’affaire Yamaha-gate vécue par le garage Petronas SRT lors de la saison MotoGP 2020. Ramon Forcada plaisante: “Nous avons consommé plus d’huile que d’essence”.

La polémique des soupapes non homologuées chez Yamaha a également frappé l’équipe Petronas lors de la saison MotoGP 2020. Pour les techniciens et les mécaniciens, cela a engendré du travail supplémentaire, «l’angoisse de performance» des moteurs, une plus grande consommation d’huile. Au final, des points perdus et le titre des constructeurs qui s’évanouit en finale du championnat. Le personnel technique de Fabio Quartararo et Franco Morbidelli a dû traiter avec des pincettes les quelques moteurs disponibles. Ramon Forcada a abordé le sujet dans le dernier épisode du podcast de Radio Ocotillo présenté par Dennis Noyes.

La compétence de l’ingénieur en chef de Franco Morbidelli réside dans le fait d’avoir prolongé la durée de vie des moteurs. Il a ainsi évité l’utilisation d’une sixième unité, comme c’est arrivé à Maverick Vinales, contraint de partir de la voie des stands à Valence. « Lorsque les moteurs ont cassé lors de la première course, les moteurs de la deuxième course sont arrivés, qui étaient différents. Et nous avons cassé l’un de ces moteurs, qui étaient en théorie neufs. Il y a eu un peu de panique, car nous n’en avions alors plus que deux pour toute la saison ». L’ingénieur en chef de Franco Morbidelli a dû gérer ces deux moteurs pour 12 Grands Prix! Une entreprise presque titanesque pour n’importe quel box MotoGP. “Nous nous sommes occupés des moteurs comme s’ils étaient des enfants. Il fallait démonter beaucoup de choses pour tout vérifier. Il existe de nombreuses façons de vérifier les moteurs sans les ouvrir, sans casser les scellés. Yamaha n’a cassé aucun scellé ».

Les travaux sur les moteurs Yamaha

Le gel des moteurs, conformément au règlement du MotoGP, nous a obligés à procéder avec beaucoup de soin et avec des techniques sophistiquées. “Il faut utiliser des appareils optiques, des mini-caméras pour passer par l’échappement et les trous des bougies, pour regarder ce qu’il y a à l’intérieur, en changeant l’huile très souvent. Cela a fini par coûter cher à Petronas, car nous avons utilisé plus d’huile que d’essence”, a plaisanté Ramon Forcada. Il a été dit que la puissance des moteurs avait été réduite pour prolonger leur durée de vie. Hypothèse démentie par le technicien catalan. “Nous n’avons eu aucune baisse de performance jusqu’à la dernière course… Nous n’avons pas baissé le limiteur de régime, à aucune séance d’essais ni à aucune course. Tout ce qui a été dit sur les tours/minute n’est pas vrai, nous ne les avons pas abaissés”.

Une autre précaution a été prise pour éviter toute rupture dans le quatre cylindres en ligne. “Le “Soft Limiter” vous empêche d’atteindre la coupure d’allumage, il réduit le couple du moteur. La seule chose que nous avons faite, c’est d’essayer, par le biais du rapport de transmission, de toujours utiliser le “Soft Limiter” pour ne pas trop faire tourner trop vite le moteur, parce que ce n’est pas mauvais, mais ce n’est pas bien non plus. Si vous êtes dans une situation critique, vous essayez de ne pas dépasser le “Soft Limiter”. C’était un travail à faire à chaque séance d’essais, étudier les changements de vitesses, dans chaque virage, voir combien de tours nous prenions. C’est le travail qui a été fait”, a conclu M. Forcada, “mais le limiteur de régime n’a pas été abaissé au cours de l’année”.

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Luigi Ciamburro

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Franco Morbidelli

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team