Pit Beirer ne le nie pas. La contribution technique de Ducati au MotoGP ces dernières saisons n’est pas loin d’être unique en son genre dans l’histoire des Grands Prix. Car la démarche des Italiens a ouvert de nouveaux horizons à la moto. Du genre de ceux que l’on croyait génétiquement réservés à l’automobile. Et l’exploit est d’autant plus grand que ce feu d’artifice est tiré depuis Borgo Panigale alors que le règlement dans la catégorie est gelé ou uniformisé dans beaucoup de domaines. Alors, forcément, ça agace…

Lorsque Ducati a commencé à mettre des ailettes sur les carénages de ses Desmosedici, le constructeur s’est attiré des sarcasmes. Dont ceux de Cal Crutchlow qui a pris ainsi le risque de s’inscrire contre le cours de l’histoire. Et c’est ce qui s’est produit. Les appendices sont devenus des ailerons et sont maintenant généralisés. Jusque sur le bras oscillant en forme de déflecteur. Mais ce n’est pas tout. Les rouges ne se sont pas arrêtés en si bon chemin.

Il y a eu la « salad boxe, puis l’aide au départ mécanique qui abaisse l’avant de la machine. Une voie exploitée jusqu’à se transformer en un correcteur d’assiette qui abaisse aussi l’arrière et que l’on utilise partout en roulant sur le tracé aussi souvent que l’on en a besoin. Pendant ce temps, la concurrence constate et s’adapte, ou pas, tel que Suzuki qui n’arrive toujours pas à faire baisser sa GSX-RR comme une Desmosedici…

Les cris d’orfraie des Japonais par leurs pilotes interposés n’y ont rien fait. Les lames de couteaux décrites par Pedrosa pour les ailerons et le correcteur d’assiette vilipendé par Marc Marquez, tous des pilotes Honda, n’ont pas ralenti le progrès initié par les Italiens. Ces derniers se donnent donc de la peine, et Pit Beirer, le patron des sports chez KTM, précise que cela commence par une étude très approfondie du règlement, pour mieux y découvrir ce dont il ne parle pas très clairement…

Miller, Bagnaia, Mir und Binder: Ducati ist immer vorne dabei

Pit Beirer : “ils repoussent simplement les limites et investissent beaucoup d’argent”

Ainsi, Beirer précise sur Speedweek : « nous ne poussons pas la démarche comme Ducati le fait en ce moment. Ils apportent des inventions qui sont des zones grises dans la réglementation, mais en aucun cas illégales. Ils repoussent simplement les limites et investissent beaucoup d’argent dans ce domaine. Gigi Dall’Igna fait un excellent travail dans ces domaines ».

L’homme étant ainsi félicité, pourquoi dès lors ne pas tenter de l’embaucher ? Beirer rassure son personnel KTM : « je reste convaincu que nous avons une bonne équipe technique. Nous avons cinq victoires en MotoGP au crédit de notre projet sorti de nulle part. Cela n’est possible qu’avec d’excellents concepteurs et techniciens dans tous les domaines, du châssis au moteur en passant par l’électronique et la suspension ». Au passage, on rappellera que Ducati a promis d’amener encore quelques surprises pour 2022.

Oliveira vor Binder: Der Portugiese holte bei den letzten sechs Rennen nur 7 Punkte!



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, KTM MotoGP