Le moment de vérité approche pour Andrea Iannone mais aussi pour le projet Aprilia en MotoGP. L’analyse du second échantillon du pilote dont le premier l’a confondu avec la détection de substances classées comme dopantes et, de fait, prohibées, aura valeur d’arrêt de vie ou de mort de l’œuvre de tout une vie. L’expertise a eu lieu le 7 janvier et les résultats ne devraient donc pas tarder. Pendant ce temps, Aprilia prend le risque de lier le sort de son projet à son pilote par une prise de position sans ambiguïté…

Andrea Iannone est sous le coup d’une suspension de licence par la FIM depuis qu’une analyse d’échantillon a fait porter sur lui de forts soupçons de dopage. Au vu du produit révélé, il semblerait qu’il ait effet sur la musculature, ce qui ne semble pas être en adéquation avec la recherche d’une performance particulière dans le pilotage d’une MotoGP. Pour la beauté plastique, en revanche… Une vocation qui a suscité des commentaires acerbes au sujet d’un Joe le Maniac qui serait plus concentré sur les réseaux sociaux que sur sa moto…

En attendant, il risque beaucoup. Si son avocat, ténor dans ce genre de procédure, fait bien son travail, ce sera un avertissement. Sinon, Andrea Iannone ne pourra plus toucher une moto dans une compétition organisée par la FIM durant, au pire, quatre ans…

Chez Aprilia, à la veille du verdict, on se réveille. Et on prend position. La marque de Noale signale ainsi qu’il est essentiel qu’Andrea puisse participer aux tests de Sepang qui commenceront le 7 février. Et pour cause : c’est une toute nouvelle RS-GP qui sera amenée en Malaisie, avec un moteur ouvert à 90° et non plus 75°, sans compter les autres nouveauté… Chez Aprilia on avoue : « en ce qui nous concerne il est presque plus important qu’Andrea soit sur la piste pour les tests, plutôt que de manquer quelques courses. »

Une logique qu’appuie le directeur sportif Massimo Rivola. Ce dernier apporte un soutien total à son pilote, au risque de sombrer avec lui si les choses tournent à l’aigre. Le premier objectif, après celui de contester les accusations, sera de “libérer” le pilote pour lui permettre de tester la nouvelle moto. Mais le résultat de cette stratégie est loin d’être certain…

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini